De la délégation de responsabilité aux directeurs techniques

Publié le mardi 26 août 2008

Spectacle

Dans le numéro d’été du magazine Actualité de la scénographie (AS), Clarisse Daull met en alerte le secteur à propos d’une pratique nouvelle : quand les entrepreneurs de spectacles exigent de leur directeur technique la signature d’une délégation en matière de sécurité...

Les règles en matière de sécurité du spectacle sont devenues pointues, et les responsabilités pénales qui les accompagnent semblent effrayer plus d’un organisateur...

Clarisse Daull, journaliste et responsable de collection au magazine AS, pointe ce phénomène au travers d’un édito paru dans le numéro d’août : "Une pratique est en passe de se généraliser dans le spectacle, avec, une fois encore, comme principale conséquence de le désolidariser. Il s’agit de se décharger de responsabilités éminemment collectives en les déléguant à une personne (...) ’À moi le pouvoir, à vous la responsabilité !’ : voilà donc ce que semblent dire ces dirigeants de festival, ces organisateurs d’événements artistiques, ces patrons d’entreprises culturelles qui prétendent désormais exiger de leur directeur technique la signature d’une délégation en matière de sécurité."

Sur le domaine de la sécurité des établissements recevant du public (ERP) et qui organisent des spectacles, la question est donc : qui est responsable ? Le problème se pose fréquemment, d’autant que cela ne peut être qu’une personne en responsabilité et dont les missions de sécurité font partie de sa fiche de poste. Pour rappel, il est obligatoire qu’au moins une personne de la structure ait suivi une formation dans ce domaine.
Au sein de la formation dispensée par l’Irma sur la sécurité des spectacles, la question est d’ailleurs fréquemment abordée.
Plus d’infos sur cette formation


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU