David Guetta, Feist et Selah Sue roi et reines de l’export

International

Lundi 21 janvier, le Bureau Export organisait sa conférence de presse annuelle. L’occasion de présenter les chiffres 2011 de l’export, les succès à l’international ainsi que les priorités d’action pour l’année à venir. Une année particulière, puisque le Bureau export va fêter ses 20 ans.

Lundi 21 janvier, La Bellevilloise, dans le 20e arrondissement parisien, accueillait la conférence de presse annuelle du Bureau Export. Un rendez-vous avec une saveur d’anniversaire, puisque 2013 verra l’association fêter ses 20 ans d’existence. La soirée a permis de détailler les chiffres de l’export pour 2011 et a confirmé la bonne santé des artistes français ou produits en France à l’export.

Les stars à l’export

L’album Metals de Feist (chanteuse canadienne produite en France) est certifié Triple platine, avec 313 400 ventes, et l’éponyme de Selah Sue double platine, avec 200 100 unités écoulées. Mais le maître français incontesté à l’international reste David Guetta avec un album certifié platine (Nothing but the beat 2.0, sorti en septembre 2012, 156 800 exemplaires écoulés), un album certifié Or (F*** me i’m famous) et plus de 8 millions de singles vendus, (3 singles certifiés diamant, à savoir plus de 400 000 ventes) et un single platine (288 800 exemplaires). Le palmarès est complété par M83 et son album Saturdays=Youth, Nolwenn Leroy (Bretonne), et Christophe Maé (Mon Paradis) ainsi que Ludovic Bourse pour la BO de The Artist, tous certifiés platine. Les artistes certifiés Or (50 000 ventes) sont Air pour Le Voyage dans la lune, Django Django, Zaz, Tinariwen et 2 compilations Hôtel Costes.

Le numérique prend son essor

En 2011, le chiffre d’affaires des producteurs phonographiques français à l’export s’élève à 55,2 millions d’euros. (65% sur les ventes physiques et 35% en numérique). A 70%, ces revenus proviennent de l’Europe. Si l’on compare avec ceux des années précédentes, on remarque que le chiffre d’affaires global est en augmentation, montrant ainsi le dynamisme des productions françaises à l’export ainsi que le travail chaque année plus performant des structures d’aide et de soutien (45,2 millions de CA en 2009, 56,7 en 2010). Autre élément notable, l’augmentation de la part du numérique : 18% en 2009 contre 35% en 2011.

Pour ce qui est des producteurs de spectacles, le chiffre d’affaires à l’export en 2011 s’élève à 21 millions d’euros (80% en Europe). Les droits d’auteur perçus par la Sacem à l’export en 2011 s’élèvent à 80,2 millions d’euros (+8,3% par rapport à 2010), et les perceptions directes des éditeurs français à l’export sont stables, à 13 millions d’euros.

L’action du Bureau Export

Le budget total du Bureau Export en 2012 s’est élevé à 2,9 millions d’euros. 1,1 millions a été versés en aides directes aux professionnels français (aides aux tournées, actions de promotion et projets numériques, promotion et spectacle vivant et fonds pour la musique contemporaine) et 1,38 millions d’euros sous forme d’aides indirectes. L’association compte 293 sociétés membres, dont 116 ont été aidées financièrement (pour 192 artistes aidés). 4 444 concerts d’artistes produits ou édités en France ont été réalisés sur les territoires couverts par le Bureau Export (Berlin, Londres, New York, Sao Paulo et Tokyo), dont 68% ont été aidés par le Bureau Export.

En 2013, le Bureau Export souhaite en priorité profiter de son 20e anniversaire pour valoriser le dynamisme de la musique française à l’international. L’association souhaite également élaborer une cartographie précise des besoins des professionnels français à l’export pour améliorer les systèmes d’aide. Également en projet, la mise en place d’un nouveau dispositif d’aides aux musiques classiques tenant plus compte de besoins en matière de spectacle vivant, ainsi que l’amélioration du dispositif d’accompagnement au développement numérique de la profession, en proposant des outils de veille et d’observation économique. De nombreux projets pour cette année 2013, mais après tout, quoi de plus normal quand on a 20 ans !

Lire le dossier de presse :

Visiter le site du Bureau Export


La vidéo des 20 ans du Bureau Export :



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU