Créa’Fonds, fonds d’aide pour une économie solidaire de la création

Publié le lundi 29 mars 2010

Spectacle

Des artistes, opérateurs culturels et structures de l’économie sociale ont signé en février une charte triennale qui les implique dans un fonds mutuel d’accompagnement à la production et à la diffusion du spectacle vivant, mutualisant ainsi des fonds parcellisés et fragmentés et confortant l’emploi artistique et culturel.

Présentation de Créa’Fonds
Les Cnar Financement et Culture, le C2RA, Aquitaine Active et l’Institut Départemental
de Développement Artistique et Culturel de la Gironde (iddac) ont réalisé un outil d’accompagnement à la
professionnalisation financière du secteur artistique et culturel
sous la forme d’un référentiel.

C’est sur ce référentiel qu’est né et s’appuie le collectif Créa’Fonds. Composé de structures unies par leur volonté de s’impliquer dans
une démarche solidaire et innovante autour de la création, il regroupe aujourd’hui en Gironde, des opérateurs
culturels publics (Creac de Bègles, Le Carré-Les Colonnes St-Médard-Blanquefort, Clap de St-André de Cubzac,
les Villes de La Teste, Libourne et Villenave d’Ornon et l’iddac, l’agence du Conseil général de la Gironde), des
compagnies artistiques (Opéra Pagaï) et des organismes privés (Banque Française de Crédit Coopératif) et en
préfiguration demain, le Centre National des Arts de la Rue Poitou-Charentes, l’Agence Culturelle Dordogne-
Périgord, le Conseil général des Landes et les Compagnies Tombés du Ciel et la Grosse Situation.

Le collectif Créa’fonds se veut une prise en charge collective d’une création artistique et "une mutualisation
accrue des risques de production et des résultats de la diffusion
" afin de lutter "contre une création artistique
massivement reportée sur chaque producteur élémentaire et spécialement sur les compagnies
". Au-delà de
l’apport en numéraire, tant en création qu’en diffusion, l’engagement du collectif se concrétise par une charte qui
permet à tous de disposer d’une réelle compétence de producteur, suivant les projets de leur conception initiale
jusqu’à leurs dernières manifestations publiques à l’issue de l’exploitation, et porte également sur des apports
matériels et en industrie dans le cadre notamment de résidences rémunérées.

Ce collectif a également posé, en lien avec les acteurs
de l’économie sociale (Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire, le Réseau France Active et les
Centres Nationaux d’Appui et de Ressources), un autre rapport à l’économie de la création, basée sur une
véritable reconnaissance du travail artistique et de ses différents temps et sur un amortissement des productions
dans la totalité de la chaîne de distribution
. Les coûts de création encore à la seule charge des compagnies sont
ainsi couverts et les droits de suite perçus par Créa’fonds (2,5 % du prix de cession reversés par les compagnies
bénéficiaires) viennent abonder le fonds pour, de manière solidaire, soutenir de nouveaux projets artistiques. Ce
principe de redistribution de la valeur d’échange des créations artistiques pose la "nécessité d’une appropriation
moins privative et moins concentrée de la valeur d’échange générée par les secteurs de production
".

Cette coopération, qui lie intérêts publics et intérêts privés, ceux des organismes financiers comme ceux des
compagnies, dans une économie mixte assumée, repose sur une valeur hautement partagée, celle de préserver
la notion d’intérêt général. A ce titre, et à son niveau expérimental et artisanal, Créa’Fonds contribue à une
politique publique de la culture, soucieuse de la dimension solidaire des activités et des personnes
qui les produisent.

Par ses principes de non lucrativité et de gouvernance démocratique, avec le modèle exemplaire du principe
coopératif quels que soient les apports de chacun (1 voix = 1 tête), par ceux qui définissent l’égalité dans la mise en
oeuvre d’un service à la population et la revendication d’appartenir à une économie qui situe femmes, hommes et
travail au centre des projets artistiques et culturels, par enfin, le seul fait d’être ensemble, "sans aucune
hypothèse d’identité commune, sans aucune intensité d’importance, mais exposée à la banalité, au commun de
l’existence
", Créa’Fonds contribue à combattre l’isolement artistique et culturel par la mise en oeuvre d’espaces
partagés, outils d’échanges des savoirs, de partage de la connaissance et de solidarité artistique.

Plus d’infos sur Créa’Fonds


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU