Consolidation des NSEJ dans les réseaux musiques actuelles

Rapport

Rapport final conçu et réalisé par OPALE - décembre 2003

Cette enquête est née de la volonté de cinq réseaux de musiques actuelles associés pour travailler sur les problèmes posées par l’arrivée à terme du programme emplois-jeunes, réfléchir à des solutions, apporter aux associations du secteur de la musique des outils pour leurs négociations au niveau local.

Retrouvez le rapport et de nombreuses autres informations sur le site dédié aux emplois jeunes : Retrouvez le rapport et de nombreuses autres informations sur le site dédié aux emplois jeunes

Ces cinq réseaux sont La Fédurok (fédération des lieux de musiques actuelles), la FSJMI (fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées), la FNEIJMA (fédération nationale des écoles d’influence jazz et de musiques actuelles), l’AFIJMA (association des festivals innovants en jazz et musiques actuelles) et le Réseau Chaînon. En outre, deux autres réseaux ont décidé de prendre part aux travaux : la Férarock (FEdération des Radios Associatives ROCK) et la FAMDT (Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles)

Au mois de juin 2003, les travaux effectués par ces différents réseaux aboutissent à une Convention Promotion de l’Emploi (CPE) signée entre le ministère des Affaires sociales, du travail et de la solidarité et les cinq réseaux de musiques actuelles. Les objectifs de cette convention étaient les suivants :
- Identifier les emplois et les activités créés dans le cadre du dispositif NSEJ ;
- Développer une analyse socio-économique du secteur des musiques actuelles ;
- Déterminer et mettre en oeuvre des actions de formation ;
- Développer des outils méthodologiques en direction des employeurs ;
- Poser les conditions d’une concertation large entre les acteurs institutionnels, professionnels et associatifs des musiques actuelles.

L’étude effectuée par OPALE découle de cet accord


Focus du mois

L’Europe s’ouvre à la musique

Du 12 au 14 octobre 2014, MaMA va accueillir une forte présence européenne. Mobilisée par la perspective d’un programme de soutien pour la musique, la Commission européenne sera de la partie, notamment à travers trois conférences, dont la présentation de cette ambition par Karel Bartak, patron de Creative Europe à la direction générale Éducation et Culture.

>> Lire l’article



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU