Concerts : la revente de billets sur Internet interdite ?

Publié le mardi 21 février 2012

Spectacle

Le Sénat devrait adopter aujourd’hui mardi 21 février, un texte de loi prévoyant de sanctionner la revente, sans l’autorisation de l’exploitant, de billets pour les manifestations sportives, culturelles et commerciales. La proposition de loi votée le 16 février dernier à l’Assemblée nationale devrait être acceptée en l’état. Une victoire pour le Prodiss, le syndicat des producteurs de spectacles.

La revente de billets pour les manifestations sportives, culturelles et commerciales sur Internet, c’est peut-être bientôt terminé. En effet cette revendication ancienne du Prodiss, le syndicat des producteurs de spectacles, devrait être entérinée par le Sénat aujourd’hui 21 février 2012, suite au vote de l’Assemblée nationale le 16 février dernier.

Ainsi, "le fait de vendre, d’offrir à la vente ou d’exposer en vue de la vente (...) des titres d’accès à une manifestation sportive, culturelle ou commerciale ou à un spectacle vivant, de manière habituelle et afin d’en tirer un bénéfice, sans autorisation du producteur, de l’organisateur ou du propriétaire des droits d’exploitation" sera passible d’une amende de 15 000 euros, qui pourra être doublée en cas de récidive. La France sera le premier pays à adopter une telle législation au sein de l’Union européenne.

Apparue en France il y a environ 4 ans, la revente sur Internet, au départ ciblée, s’est depuis généralisée pour constituer un marché très lucratif. Des sites comme Starlight ou Viagogo avaient en effet créé la polémique et entrainé des poursuites en justice suite à la revente de billets de concerts du spectacle des Enfoirés ou du festival des Vieilles charrues avec des prix multipliés par 5.

Sont concernés par cette disposition, non pas les particuliers qui cherchent à revendre, au dernier moment, leurs places de spectacle, mais les différents sites Internet de revente de billets qui en font un véritable business et qui "pratiquent l’assèchement des billetteries", précise Jules Frutos, codirecteur d’Alias Production et président du Prodiss.

Début février, le Prodiss avait, pour la première fois mobilisé les artistes sur ce sujet. Une quarantaine d’entre eux avaient en effet cosigné une tribune parue dans Libération, Le Monde, Le Figaro et le Journal du dimanche (comme Jean-Louis Aubert, Bénabar, Manu Chao, Stephan Eicher, Thomas Fersen, Grégoire, Indochine, Izia, Christophe Maé, Mimie Mathy, Yannick Noah, Pascal Obispo, Joey Starr, Zaz, Zazie...). Ils demandaient aux pouvoirs publics d’intervenir pour que cesse « la pratique scandaleuse » qui permet que des places de spectacle soient revendues sur Internet cinq fois leur prix. Leur revendication devrait être définitivement entendue aujourd’hui.

Lire la proposition de loi


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU