Collectivités publiques et culture : dans quel espace, pour quelle coopération ?

Les rencontres de l’IDDAC propose une journée d’intervention autour du thème "Agglomérations, villes centres ou périphériques : des collectivités publiques au service de la culture. Dans quel espace, pour quelle coopération ?" le vendredi 15 avril 2005 à Lormont (Gironde).

L’IDDAC (Institut départemental de développement artistique et culturel de la Gironde) invite des responsables de collectivités territoriales à débattre sur la place de la culture dans leurs compétences.

"Les espaces de l’action culturelle territoriale sont en train de changer d’échelle. Leur évolution est en même temps riche d’évolution des processus, des acteurs et des finalités en jeu. Les échelles de la politique culturelle, qui impliquaient, aux côtés du Ministère de la culture, les villes en première ligne, sont en train de s’ouvrir à l’intercommunalité.

La variété de ces transferts est considérable, et témoigne de la multiplicité des variables, contraintes et opportunités qui existent dans la France urbaine contemporaine. L’intervention culturelle "en ville" concerne aussi le développement, depuis une vingtaine d’année, de la politique de la ville et de son volet culturel. De nouveaux processus de partenariat affectent le lien entre intégration sociale et action culturelle. Ils interrogent aussi la place de l’art contemporain dans l’action territoriale.

La rencontre est basée sur deux tables rondes. La première traitera du changement d’échelle, au travers du thème : « les agglomérations et la culture ». La seconde concernera à la fois un bilan et des perspectives de la dimension culturelle de la politique de la ville, et l’examen d’un programme singulier : « Les nouveaux commanditaires », de la Fondation de France, en partenariat avec les acteurs de terrain.

Pour cela, nous avons convié des intervenants de statuts différents : experts, représentants du ministère de la culture, de collectivités territoriales, médiateurs de programmes en région.

Les interventions, d’une durée approximative de 20 minutes chacune, devront laisser une large place au débat. Celui-ci sera animé, le matin, par Emmanuel Négrier, chercheur au CNRS et l’après-midi par Philippe Maffre, chargé d’étude à l’OPPES."

Programme :

9h Accueil autour d’un café/croissant

10h Ouverture par Jean-Jacques Benoît, Président de l’iddac, Jean-Pierre TURON, Président du Grand Projet des Villes, maire de Bassens, Vice-Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB).

10h15 Table ronde I : Les Agglomérations et la culture

12h20 Intervention de Jean TOUZEAU, maire de Lormont, Vice-Président du Conseiller général et Vice - Président de la CUB.

12h30 Buffet (Salle Condorcet)

14h30 Table ronde II : Les Nouveaux partenariats culturels

16H30 Synthèse générale : Jean-Pierre Augustin, Professeur des universités, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine - Université de Bordeaux

17h00 Clôture

Pour conclure de manière festive cette journée, la Ville de Lormont est heureuse de vous convier au spectacle "L’affaire sardines" et "Liberté, égalité, fraternité" par la Cie Avec-ou-Sanka à 20h30.

LES INTERVENANTS

Table ronde 1 : Les Agglomérations et la culture

Exposé introductif et animation : Emmanuel Négrier, chercheur CNRS au CEPEL, Université de Montpellier I.

Robi Rhebergen, chargé de Mission Culture, Communauté d’agglomération de Clermont-Ferrand :

« Un schéma de développement culturel communautaire. L’exemple de Clermont-Ferrand »

Venue plus tard que certaines autres communautés d’agglomération à la compétence culturelle, Clermont-Communauté compte 21 communes et 283000 habitants. Dès 2002, elle s’engage dans l’élaboration d’un schéma d’orientation communautaire de développement culturel, qui répond à deux défis : conforter le rayonnement de l’agglomération dans le concert français et européen des métropoles ; renforcer le service public culturel dans un contexte de solidarité territoriale. On mettra l’accent sur les trois dimensions suivantes :
- 1° la méthode d’élaboration du schéma et les relations élus-administration-acteurs culturels
- 2° l’articulation des dimensions "rayonnement métropolitain" et "service public culturel de proximité"
- 3° les enjeux de politique artistique, culturelle et territoriale.

Jean-Louis Biard, Directeur de la Culture, Rennes-Métropole :

« Du transfert de compétence à la politique culturelle communautaire. L’exemple de Rennes »

Rennes-Métropole regroupe autour de Rennes (210.000h) 37 communes et au total 380.000 h. Elle résulte d’une succession d’étapes : un district créé en 1970, l’adoption dès 1992 de la taxe professionnelle unique, la transformation en communauté d’agglomération au 1er janvier 2000 et le choix de la compétence optionnelle "Construire, aménager, entretenir ... etc", le transfert au 1er janvier 2001 du projet NEC (Les Champs Libres), du Musée de Bretagne, de l’Ecomusée du Pays de Rennes, de la Bibliothèque centrale. En transférant quelques grands établissements, les coûts culturels sont partiellement pris en charge par la fiscalité portant sur le développement économique. Par l’application d’un principe strict de subsidiarité, chaque commune reste maîtresse de sa politique culturelle. Les capacités d’intervention de Rennes Métropole sont donc limitées, d’autant que les projets transférés génèrent des charges importantes.

Mariette Sibertin-Blanc, Docteur en Géographie et Aménagement urbain, CIRUS-CIEU CNRS & GRSOC, Université de Toulouse-Le Mirail :

"Diagnostic culturel dans trois agglomérations toulousaines : entre consensus intercommunaux et initiatives municipales"

L’aire urbaine toulousaine se singularise à plusieurs titres. Sa composition - 342 communes, avec un pôle urbain de 72 communes - illustre un étalement urbain exponentiel, et s’inscrit dans une configuration institutionnelle caractérisée par la cohabitation de trois communautés d’agglomération. Si aucune d’entre elles n’a pris la compétence culture, ce domaine d’intervention n’est absent ni des préoccupations intercommunales, ni des enjeux politiques actuels. Entre consensus intercommunaux et initiatives municipales, souci de développement artistique et instrumentalisation territoriale, les politiques culturelles sont multiformes et fragmentées, et aboutissent, à une construction de l’offre urbaine à (très) petits pas.

Table ronde II Les Nouveaux partenariats culturels

Exposé introductif et animation : Philippe Maffre, Chargé d’études, Observatoire des Politiques Publiques en Europe du Sud (OPPES) - Département culturel.

Laura Michel, Maîtresse de Conférence, Université de Montpellier I :

"Le Programme Les Nouveaux Commanditaires, de la Fondation de France. Un nouveau partenariat culturel territorial pour l’art contemporain"

Ce programme comporte quatre objectifs qui sont autant de modes de transformation escomptés des rapports entre territoires, citoyens et art contemporain ; donner la possibilité à des individus de prendre part à la culture contemporaine par une commande à des artistes ; donner une valeur d’usage à l’art ; rapprocher la société de ses artistes ; réaliser des œuvres reconnues par le monde l’art. 120 projets ont été réalisés sur le territoire français. Ils constituent une contribution originale au développement culturel.

Sylvie Amar, Directrice du Bureau des Compétences et des Désirs, Marseille :

"Partenariat culturel et médiation artistique : Les Nouveaux Commanditaires en Provence-Alpes-Côte d’Azur"

Avec une quinzaine de projets en cours ou réalisés, La région PACA est l’une des plus dynamiques dans la mise en œuvre du programme. Le Bureau des Compétences et des Désirs assume la fonction de médiation, l’une des originalités du dispositif. A partir de plusieurs exemples de réalisations, l’intervention se propose de faire le point sur ce qu’il faut entendre par médiation (territoriale, artistique, sociale et culturelle) dans les rapports entre l’art et les citoyens. Elle se propose aussi d’indiquer, pour la région PACA, les opportunités et contraintes liées au partenariat, l’une des exigences des Nouveaux Commanditaires.

Marc Villarubias, Chef de projet culture du contrat de Ville de Lyon et conseiller technique du pôle culture de la Ville de Lyon :

"La Charte de coopération culturelle de Lyon"

Les services de la Ville de Lyon, en partenariat avec les services de l’Etat et de la Région Rhône-Alpes ont animé une démarche qui vise à rendre visibles les actions déjà conduites pour la prise en compte des diversités, la solidarité en direction des populations en difficulté et la réinvention de nouveaux modes de relations aux différents acteurs de la cité. Elle consiste à les inscrire dans des logiques de coopération culturelle, en particulier autour du Contrat de Ville. Les missions des grands équipements, leur implication actuelle et à venir dans des démarches territoriales et transversales, les nouveaux services qu’ils proposent en direction des différents publics sont réunis au sein d’une « Charte de Coopération Culturelle ».

François Duval, Conseiller Théâtre et Danse, DRAC Languedoc-Roussillon :

"L’artistique, le culturel et le socio-culturel : quelles frontières, quelles synergies ?"

Synthèse générale : Jean-Pierre Augustin, professeur à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux, Directeur de recherches à la MSHA et à l’UMR ADES du CNRS.

Programme susceptible de modification.

Cette rencontre aura lieu le vendredi 15 avril 2005,
Espace Culturel du Bois Fleuri à Lormont.
Une initiative de l’Institut départemental de développement artistique et culturel de la Gironde (IDDAC).
En partenariat avec le Grand Projet des Villes (Bassens, Cenon, Floirac, Lormont)

Infos pratiques : tarif : 20 € (déjeuner compris).
Inscription, réservation au 05 56 17 36 36 avant le 8 avril 2005.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU