Collectivités et lieux musicaux s’engagent sur des objectifs communs

Publié le mardi 23 avril 2019

Politique

Au Printemps de Bourges, la FNCC pour les collectivités locales, le SMA et la Fédélima pour les lieux musicaux, ont signé une charte pour s’entendre sur des principes de maintien de la diversité, d’équité territoriale et de
coopération comme alternative à la mise en concurrence.

Signature de la charte au Printemps de Bourges 2019

FNCC – fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture
SMA – syndicat des musiques actuelles
Fédélima – fédération des lieux de musiques actuelles

Les collectivités territoriales "sont le premier soutien financier des lieux, structures et festivals de musiques actuelles" a-t-il rappelé en préambule à cet accord signé par Jean-Philippe Lefevre, président de la FNCC, Yves Bommenel, président du SMA, et Ludovic Renaux, président de la FEDELIMA, le jeudi 18 avril.

Les collectivités ont en effet largement contribué à l’émergence des musiques actuelles à l’échelle locale et nationale, tant au niveau de l’accès aux pratiques qu’en matière d’accompagnement et de diffusion.
Cela a le plus souvent été mené en coopération avec une grande diversité d’acteurs culturels, avec des objectifs de promotion de la diversité culturelle, mais également parfois avec une concurrence entre les collectivités sur le sujet.

Des discussions initiées entre les trois organisations a découlé la rédaction d’une charte à travers laquelle elles s’engagent mutuellement sur plusieurs objectifs communs :
  • Renforcer la diversité des esthétiques, des pratiques et des initiatives qui permettent leur émergence et leur développement.
  • Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les métiers des musiques actuelles et mener une action résolue contre le harcèlement moral et sexuel.
  • Œuvrer pour une plus grande équité territoriale et un ancrage local des projets et des acteurs, au plus près des attentes, des besoins et des cultures des populations.
  • Favoriser la coopération et la solidarité comme alternative à la mise en concurrence accrue des acteurs professionnels.
  • Initier et consolider des espaces de concertation à l’échelle des territoires, et plus généralement faciliter le dialogue et l’échange entre les élus territoriaux et les acteurs professionnels.
  • Accompagner l’adaptation aux changements législatifs et aux nouvelles normes (sécurité, volumes sonores, emploi, formation…) selon les réalités des acteurs et des territoires.
  • Œuvrer pour un Centre National de la Musique soucieux de l’équilibre de l’écosystème musical, de l’intérêt général et de la diversité des territoires.

Avec cette signature, la FNCC, le SMA et la Fédélima s’engagent à promouvoir cette charte et à favoriser sa prise en compte par leurs partenaires dans les territoires.

La charte


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU