Chiffres Snep du 1er trimestre 2011 : le marché numérique continue sa progression

Publié le

Musique enregistrée

Comme tous les trimestres, le Snep (Syndicat national de l’édition phonographique) a présenté, lors d’une conférence de presse, mardi 17 mai, les chiffres de ce début d’année 2011 pour le marché du disque. L’occasion également de rappeler que le syndicat change d’adresse.


Le Snep (Syndicat national de l’édition phonographique) change d’adresse à partir du 23 mai 2011. La nouvelle adresse est la suivante :

14 boulevard du général Leclerc
92200 Neuilly sur Seine

Il est à noter que les adresses mail de l’équipe restent, elles, inchangées.



Chiffres Snep du 1er trimestre 2011 : le marché numérique continue sa (...)

Lors de la conférence de presse du 17 mai, le syndicat a présenté les chiffres des premiers mois de 2011 pour le marché du disque. Le Snep a également rappelé ses priorités d’action pour l’année à venir : mise en oeuvre de la loi Hadopi, renforcement de la diversité musicale dans les médias, la mise en place d’une aide au développement de la production de nouveautés francophones).

Le Snep a souligné les effets encourageants de la loi Hadopi, en pointant une baisse de la pratique du Peer-to-Peer depuis l’envoi des premiers mails d’avertissement (-2 millions d’utilisateurs dont 1,2 depuis les premiers envois).

Sur le renforcement de la diversité dans les médias traditionnels,
le syndicat a également détaillé ses propositions :

- mise en place d’un régime des heures d’écoute significative pour les radios musicales,
- la prise en compte uniquement des titres diffusés en intégralité
- la définition d’un seuil de rotations au-delà duquel un titre n’est plus comptabilisé dans le calcul des quotas,
- la consultation et l’information des producteurs sur tout changement de format.

Le souhait a également été émis de voir se concrétiser une émission récurrente en prime time consacrée à l’actualité musicale sur France 2.

Enfin, le syndicat a plaidé en faveur de la mise en place d’une politique d’aide à la création pour le développement de la production de nouveautés francophones, en pointant le caractère déficitaire de celle-ci, et le risque de voir ce phénomène s’aggraver sans intervention.

Les principaux chiffres :

Le marché de la musique enregistrée représente au 1er trimestre 2011 121,8 millions d’euros (-5,2%), dont :

- 26,3 millions d’euros pour le marché numérique (+13,2%)
- 95,5 millions d’euros pour le marché physique (-9,3%)

La répartition du marché numérique fait apparaître une augmentation des abonnements (+57%, pour une valeur de 5,9 millions d’euros) et du streaming financé par la publicité (+23% pour un montant total de 3,1%), alors que la téléphonie mobile continue de décliner (-15% pour un total de 3,8 millions). Le téléchargement sur Internet affiche une hausse de 7,8%, pour un montant total de 13,5 millions (+15% pour les titres à l’unité et +21% pour les albums). La structure des ventes numériques a donc sensiblement évolué depuis 2009 :

Lire le document : le marché de la musique enregistrée 1er trimestre 2011 :

Le marché de la musique enregistrée 1er trimestre 2011

Nous suivre /asso.irma /IrmACTU