Chiffres Snep : dans un marché en baisse, le streaming poursuit sa percée

Publié le vendredi 12 septembre 2014

Musique enregistrée

Lors de sa conférence de presse de rentrée, le Snep a dévoilé les chiffres du premier semestre 2014. Dans un marché global en baisse de 9,2%, le streaming poursuit sa progression. Il représente désormais 53% des revenus numériques.

C’est dans les locaux de Sony music France, dans le IXe arrondissement de Paris, que se tenait la conférence de presse de rentrée du Snep, le Syndicat national de l’édition phonographique. L’occasion pour Guillaume Le Blanc, son directeur, et Stéphane Le Tavernier, son président, de présenter les chiffres du marché de la musique enregistrée pour les 6 premiers mois de l’année 2014. Et ces chiffres sont contrastés. En effet, le marché français de la musique enregistrée affiche un recul de 9.2% sur le premier semestre 2014, avec un chiffre d’affaires réalisé de 197.7 millions d’euros.

Les ventes physiques poursuivent leur inexorable chute (-13.6%), mais représentent toujours 67% du marché. Stéphane Le Tavernier, également président de Sony music France, a cependant nuancé cette baisse, rappelant que les 6 premiers mois de l’année 2013 avaient été exceptionnellement bons. Celui-ci estime même que, compte tenu des sorties prochaines prévues "le marché devrait pouvoir être équilibré sur le physique en 2014".

Une montée en force du streaming

Pour ce qui est du marché numérique (+1,1%), le basculement déjà pressenti ces deniers mois semblent se confirmer. En effet, les téléchargements à l’acte sont en net recul (-18%), alors que le streaming affiche une forte progression (+33%), et représente désormais plus de la moitié du marché numérique (53%) et compte pour 17,5% dans le marché global. C’est la première fois que le streaming passe devant le download. Dans le même temps, les revenus issus de la téléphonie mobile continuent leur route vers une lente disparition...

Des chiffres qui font dire au syndicat que "le marché de la musique enregistrée se restructure autour du streaming", mettant notamment en avant les 30 millions de titres disponibles, ainsi que les 10 milliards de streams enregistrés en 2013. Pour coller à cette évolution du marché, le Snep a d’ailleurs lancé, depuis le 10 septembre, un Top streaming audio, en partenariat avec les plateformes. Le streaming, qui est aussi un moyen nouveau de découverte, prescription et recommandation musicale, séduit de plus en plus : 70% des consommateurs de musique en ligne ont écouté un titre en streaming au cours du derniers mois. De même, les revenus issus des abonnements représentent à eux seuls les 2/3 du chiffre d’affaires du streaming et plus d’1/3 du chiffre d’affaires du marché numérique. Selon le syndicat, qui n’a pourtant pas apporté de précisions sur le mode de calcul et d’estimation, plus de 2 millions de Français sont aujourd’hui abonnés à un service de streaming audio.

Malgré les très mauvais résultats de Fnac Jukebox, le Snep a balayé les réactions de l’Adami, qui estimait dans un communiqué que "le streaming était un marché artificiel".

Un appel à la ministre Fleur Pellerin

Estimant que l’industrie musicale a "effectué sa révolution numérique, et est en train d’apporter des promesses pour l’avenir", le syndicat en appelle à la ministre d la Culture et de la Communication Fleur Pellerin pour accompagner le secteur "sur le chemin du retour à la croissance". Pour cela, trois mesures sont préconisées : veiller à l’exposition et à la diversité musicale dans les médias (Selon le Snep, le nombre de titres francophones entrés en rotation ont chuté de 50 % au premier semestre), en mettant en œuvre les préconisations du rapport Bordes, maintenir la lutte contre le piratage, et sécuriser et renforcer les revenus des droits voisins. Le Snep préconise ainsi, pour éviter de se retrouver dans la situation actuelle d’une commission Copie privée à l’arrêt, de la réunir, ainsi que celle sur la Rémunération équitable, sous l’égide du ministère. Pour rendre équitables les rémunérations entre auteurs, interprètes et producteurs, le syndicat voudrait aussi voir aligner les droits voisins sur les droits d’auteur.


Marché de la musique enregistrée
Les résultats du premier semestre 2014



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU