Captation : la duplication instantanée se profile

Publié le lundi 29 mars 2010

Merchandising

Annoncée depuis plusieurs années et testée à plusieurs reprises, la captation audio de concerts et sa duplication en temps réel sur clés USB disponibles dès la sortie du spectacle risque de se développer avec l’arrivée de prestataires en charge de développer le marché en France.

Nous évoquions déjà cette possibilité en juin 2008 dans le focus Captation live : les nouveaux modèles. À l’époque, les spectateurs de concerts d’Emily Loizeau, de Nouvelle Vague ou de Joseph Arthur s’étaient vus proposer, dès la sortie de salle, l’enregistrement du live auxquels ils venaient d’assister sous forme de CD. L’idée des producteurs à l’initiative de ces démarches étaient avant tout, à l’époque, de tester le produit, de ne pas perdre d’argent avec l’opération, et d’en profiter pour satisfaire un public de fan en contribuant à la promotion du groupe.

Une autre technique apparaissait également à l’époque : la duplication de l’enregistrement sur des clés USB, customisées sous forme de bracelet plastique à l’effigie du groupe et regorgeant d’informations sur le groupe. La reproduction sur USB pouvait laisser penser qu’un marché verrait le jour avec cette technique, qui offre un produit plus complet et plus pratique qu’un CD, d’autant que la duplication en nombre est plus rapide que sur disque.
Seulement, l’entreprise américaine All Acces Today qui proposait déjà ce service n’avait pas conclu de contrats avec des producteurs français.

Depuis, des prestataires proposant ce service ont vu le jour, comme Musicnetworx, ou plus récemment l’arrivée de l’opérateur Aderra, qui détient la technologie, et d’Action Media Prod, société qui s’est vu confier l’exploitation de la licence pour la France, la Belgique, le Luxembourg et le Québec, pourrait accélérer le développement de ce service.
1000 clés sont duplicables en 10 minutes par un seul technicien. Expérimentée sur des concerts de David Guetta ou Raphaà« l, l’opération fonctionne. Reste à déterminer le modèle économique à appliquer au produit : est-il vendu à la fin du concert ? dès l’achat du billet ? Quels sont les tarifs praticables ?
Le développement de ce marché repose également la question des droits qui y sont associés : aujourd’hui, le producteur du spectacles, non titulaires de droits voisins, ne toucherait rien sur ces exploitations...


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU