Cahier de doléances sur la gestion publique de la fête

Publié le vendredi 10 juin 2005

Spectacle

Les états généraux de la fête se sont réunis les 14 et 15 mai à Rennes à l’initiative d’un collectif d’associations préoccupé par les difficultés croissantes de à ?« faire la fête à ? ». Suite à cet évènement, le collectif propose un texte afin d’innover dans la concertation avec les pouvoirs publics et dans la gestion collective de la fête.

CAHIER DE DOLEANCES SUR LA GESTION PUBLIQUE DE LA FETE

"Les états généraux de la fête se sont réunis les 14 et 15 mai à Rennes à l’initiative d’un collectif d’associations préoccupé par les difficultés croissantes de « faire la fête » à Rennes.

Les débats ont été précédés d’un travail important de collecte de la parole publique pour mieux dégager les enjeux de la fête autour des thèmes : « La fête est-elle une nécessité ? », « la fête est-elle une nuisance ? », « quels sont les cadres légaux de l’organisation (ou de l’interdiction) des fêtes ? » , « comment la fête révèle l’état des sociétés ? ».

Les états généraux de la fête ont voulu cette réflexion pour que Rennes sorte de l’impasse actuelle et soit capable d’INNOVER dans la gestion COLLECTIVE de la fête, avec un seul objectif : mieux VIVRE ENSEMBLE EN VILLE.

Les états généraux de la fête proposent ainsi à la concertation avec les pouvoirs publics un document à partager : « les cahiers de doléances sur la gestion publique de la fête » .

Sommaire

I - LE CONSTAT DE DEPART EST CELUI DES TENSIONS LIEES A LA FETE A RENNES.

II - POUR EVOLUER, IL FAUT D’ABORD CONSIDERER QUE LA FETE A DE MULTIPLES SIGNIFICATIONS.

III - LA PREMIERE REGLE DE BONNE GESTION QUE NOUS PROPOSONS EST DE BON SENS : LA FETE ETANT UN PHENOMENE COMPLEXE, ELLE DOIT ETRE GEREE COMME TEL.

IV- LA SECONDE REGLE DE BONNE GESTION EST DE PARTAGER LES RESPONSABILITES DE LA GESTION PUBLIQUE DE LA FETE.

V - LES ETATS GENERAUX ONT CONSTATE L’URGENCE D’AGIR ET LA NECESSITE DE LA CONCERTATION.

Conclusion

Les états généraux proposent trois pistes de travail pour agir :
- La première piste est celle du bien connaître.
- La seconde piste est celle du dialogue, de l’écoute, de l’échange.
- La troisième piste est celle de l’action sous forme d’expérimentations concertées. Faire évoluer les situations de fêtes et évaluer collectivement les conséquences. Quatre terrains sont concernés :

1 - Le premier terrain d’expérimentation d’une nouvelle gestion publique des temps sociaux de la fête, notamment sur le transports, commerces, espaces publics...

2 - Le second terrain d’expérimentation concerne l’ivresse dommageable.

3 - Le troisième terrain de l’expérimentation est celui des nouvelles initiatives.

4 - Le quatrième terrain de l’expérimentation est celui des projets d’urbanisme pour parvenir à intégrer la dimension festive dans l’aménagement des territoires.

C’est cela sans doute l’essentiel des conclusions des états généraux : le collectif qui les a organisés est prêt à prendre toutes ses responsabilités pour contribuer à une meilleure gestion de la fête à Rennes. Il s’engage à participer à la concertation avec les décideurs publics pour que les actions servent de repères aux futures évolutions législatives. Le collectif est mobilisé pour mener ce travail en commun. Il continuera à recueillir la parole publique, à s’associer les compétences des citoyens pour mieux gérer ensemble les risques et les responsabilités... pour que la fête à Rennes soit, pour tous, une fête réussie."

Rennes, le 16 mai 2005

Les signataires : Association « Le Collectif/Jardin Moderne », « L’Elaboratoire », « Les Ateliers du vent », « L’Antipode », « Katarsis », l’Amicale des élèves de l’Insa de Rennes, Korn’g heol, Bagad Roazhon, Kerig et divers citoyens....

Contact : Fred Picard, Le Collectif/Jardin Moderne

11 rue du Manoir de Servigné - 35000 RENNES

Tél : 02 99 14 04 68 - Fax : 02 99 14 04 69

e-mail : le-collectif@jardinmoderne.org

Le texte intégral


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU