CNV : léger recul des montants perçus et redistribués en 2018

Publié le lundi 24 juin 2019

Spectacle

Organisme percepteur de la taxe sur les spectacles de variétés, le CNV a enregistré une diminution de nombres de redevables (-16%) et des montants perçus (-3%). Moins impactés par le Fonds d’urgence que les années précédentes, les montants redistribués baissent dans leur ensemble (-6%) tout en étant réparti entre un plus grand nombre de bénéficiaires (+5%).

Dans son dernier rapport d’activité, le CNV qualifie 2018 comme une « année de transition ». L’établissement a en effet clôt sa réforme des programmes et se projette dorénavant dans la création du futur Centre national de la musique.

Cette année de transition représente également pour la première fois « un léger fléchissement de la perception de la taxe fiscale » selon la direction de l’organisme. Les montants perçus en 2018 s’élèvent ainsi à 31,9M€ en 2018 contre 32,8M€ en 2017 (-3%), pour 78.563 représentations déclarées (-3%) et 2.949 redevables (-16%).
Ce recul s’explique par un nombre moins important de représentations données dans les très grandes jauges, notamment par des artistes internationaux à forte notoriété. Le CNV précise également que « la bascule de l’outil de perception dans le nouveau système d’information a pu perturber l’identification de séances non déclarées », séances qui seront rattrapées sur 2019.

Le montant total des aides enregistre également ce fléchissement (34,5M€, -6%) tout en étant réparti entre un plus grand nombre de bénéficiaires (+5%).
Ce retrait s’explique notamment par la baisse des aides allouées dans le cadre du Fond d’urgence au spectacle vivant (2,9M€, -46%), dispositif mis en œuvre par le ministère de la culture et le CNV au lendemain des attentats du Bataclan, et qui a pris fin, sous cette forme, en 2018.
En revanche, 31,5M€ d’aides du CNV (+10%) ont été réparti à 1.021 structures (+7%), et ce sont principalement les aides non-remboursables, les aides non-financières et les aides territoriales qui ont bénéficié d’une augmentation de moyens.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU