Bretagne : Rennes et Vannes avancent sur leur projet de salle de concerts

Filière Spectacle

Spectacle

La réhabilitation du Liberté à Rennes est en cours. L’équipement devrait abriter deux salles et rouvrir fin 2009. Dans le Pays de Vannes, la préfiguration d’une nouvelle salle de musiques actuelles à Saint-Avé s’organise également, pour une ouverture prévue en 2010, mais sans le collectif d’associations locales...


Le Liberté, la salle du centre ville rennais construite en 1961, est en travaux depuis un an. Sa réhabilitation s’accompagne d’une extension des locaux qui permettra au Liberté de devenir un complexe musical doté de deux salles et de locaux d’accueil.
Les deux salles, le Grand Liberté (4772 m•², 3 700 places assises, 5 200 debout) et l’Étage (1025 m•², de 400 à 800 places), pourront fonctionner simultanément et indépendamment l’une de l’autre.

Le Grand Liberté accueillera des spectacles musicaux et de variété mais également d’autres manifestations à caractère culturel, sportif et socio-économique. L’Étage sera un lieu complémentaire dont la vocation est d’être ouvert aux associations et sociétés de production régionales, aux artistes émergents ou plus confirmés mais à "potentiel commercial" moindre.
Un parking de 800 places situé en sous-sol et des espaces d’accueil, administratifs et techniques verront également le jour.

L’ouverture de cet équipement refait à neuf est prévue pour la fin de l’année 2009 et le coût global du chantier est estimé à 24 millions d’euros. La Ville de Rennes complétera ainsi son offre de salles de musiques actuelles, déjà composée de l’Ubu (450 places), de L’Antipode (500 places), du Diapason (700 places) et de la salle de la Cité (1015 places).


La communauté d’agglomération de Vannes avance également sur son projet de salle qui sera situé sur la commune de Saint-Avé. Les travaux ont débuté et devraient se finir fin 2009 pour une ouverture au premier semestre 2010, avec un espace de diffusion, quatre studios de répétition, un espace multimédia et un studio d’enregistrement. On ne connaît pour l’instant ni le budget des travaux ni la jauge de cette future salle.
La préfiguration a été confiée à Pierre Pauly, ancien directeur du festival JDM et de l’agence Prodige Music, qui souhaite "aider les amateurs de musique à se perfectionner, à travailler leur technique, à communiquer, proposer des concerts. Et aussi accompagner les associations qui organisent des concerts. Ma mission est aussi de faire découvrir des artistes au public. De le surprendre, d’être une poulie qui fait le lien entre les associations, les musiciens et le public. Je définirai une programmation à l’année avec les associations mais aussi avec les groupes et les producteurs privés." [1]

Avant l’ouverture de ce lieu, était prévue la mise en place d’une "salle éphémère" qui devait s’installer provisoirement au Parc du Golfe à Vannes en attendant le complexe de Saint-Avé. Pierre Pauly et le collectif d’acteurs locaux du Bruit défendu devaient s’entendre avec la mairie et la communauté d’agglomération afin de lancer ce lieu et sa programmation. Mais le collectif a semble-t-il jeté l’éponge face à une situation ainsi décrite dans Ouest-France par les associations locales : "Nous avions été sollicité au mois de mai dernier, par la Ville de Vannes, pour la gestion associative du lieu. Mais depuis, nous constatons une dérive complète du projet initial. Outre le fait de ne plus avoir la gestion du lieu, les propositions faites par la communauté d’agglomération du Pays de Vannes ne nous laissent plus aucune place réelle. D’initiateur et de coordinateur du projet, nous devenons un simple prestataire technique.
Depuis le mois de juin, les problèmes liés à l’exploitation du lieu n’ont pas trouvé de solutions ! Aucun système de chauffage n’est à disposition, aucun traitement acoustique spécifique n’est envisagé et le résultat de la commission de sécurité ne nous a pas été transmis. Aucune proposition de mise à disposition des bureaux de l’Ephémère ne nous a été faîte ! Mais surtout, le peu de reconnaissance donnée aux acteurs culturels locaux historiques que nous sommes révèle une volonté politique sans équivoque.
"


[1Lire sont interview sur Vannes.maville.com


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU