Baromètre du live Prodiss : 85% des français vont chaque année à un spectacle

Publié le

Spectacle

Début octobre, le Prodiss (Syndicat des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacles) publiait les résultats de la deuxième vague d’enquête de son Observatoire du live, réalisée par l’institut de sondage Harris Interactive. Il confirme la place centrale du du spectacle dans la vie culturelle des Français.

Baromètre du live Prodiss : 85% des français vont chaque année à un (...)Les Français sont très attachés au spectacle musical de variété. C’est ce que confirme la deuxième vague de l’Observatoire du live du Prodiss. En effet, selon cette étude, 85% des Français déclarent assister une fois par an à un spectacle (+6 points par rapport à 2014). Et 38% des Français déclarent se rendre au moins une fois par an à un spectacle musical et de variété. Une fréquentation en hausse de 7% par rapport aux résultats de l’étude 2014.

Autre aspect important relevé, la prépondérance de la scène dans le renouvellement des artistes. En effet, pour 37% des Français, le spectacle vivant est le meilleur moyen de découvrir ou d’approfondir sa connaissance d’un artiste. pour Guy Marseguerra, nouveau président du Prodiss, le travail d’observation permet "d’enrichir la compréhension et la vision pour nos artistes et le secteur : tel est l’objectif développé avec l’Observatoire du Live, dont ce baromètre est une pierre angulaire".

Le live : une expérience à partager

Pourquoi va-t-on assister à un concert ? Si l’on en croit les répondants, avant tout pour partager un moment, avec sa famille ou ses proches (pour 59% d’entre eux), vivre des émotions (Pour 56%), et... pour se changer les idées (46%) ! Si les motifs "purement" artistique n’arrivent qu’ensuite, ils osnt plus nombreux à qu’en 2014 chercher à découvrir de nouveaux artistes (31%, en hausse de 8% par rapport à 2014). Et pour 37%, la scène est le meilleur moyen de découvrir un artiste. Ces chiffres montent en flèche si l’on considère les festivals : 80 % des personnes qui mentionnent s’y rendre le font pour découvrir de nouveaux artistes.

Ces résultats semblent confirmer la dimension expérientielle du concert, sur laquelle le secteur se penche depuis quelques temps, en témoignent notamment les travaux en cours du think tank Proscenium, initié par le Prodiss, et qui se penche sur l’impact du numérique sur le spectacle vivant. Les mutations qu’il entraîne, dans le comportement des spectateurs, sont d’ailleurs déjà bien ancrées : 69% des Français utilisent Internet pour acheter des billets et 83% l’utilisent pour se renseigner sur des spectacles (en augmentation de 6 points par rapport à 2014, quelle que soit la tranche d’âge), alors que 54% déclarent visionner un extrait ou l’intégralité d’un spectacle sur Internet.

De la place du live dans l’écosystème musical

Les professionnels du secteur voient dans les enseignements de cette étude la nécessité de développer le lien entre artistes et public à travers les spectacles. Le spectacle apparaît également comme le point de départ d’une chaîne économique avec des effets directs et indirects, dans le secteur culturel et au-delà. En effet, 40% des Français amateurs de spectacles musicaux et de variété indiquent avoir déjà acheté le DVD ou le CD d’un spectacle et 23% décident à l’issue du spectacle de garder le lien avec l’artiste en achetant du merchandising. Par ailleurs, assister à un spectacle est souvent suivi d’autres dépenses connexes, et donc de retombées économiques, comme la restauration, le transport et l’hébergement.

Pour Guy Marseguerra, "les enseignements de ce baromètre renforcent notre conviction que la Scène musicale et de variété en France se trouve face à 3 enjeux clés : d’une part le renforcement des moyens des entrepreneurs de spectacles, et plus précisément des producteurs, à travers un crédit d’impôt pour assurer un renouvellement artistique et sa diversité plébiscitée par les Français ; d’autre part, le partage de valeur – tant culturelle qu’économique - entre les différentes parties prenantes de l’écosystème afin que le numérique soit une opportunité, et non pas une menace : un droit de propriété pour le producteur de spectacles est ainsi la clef de voute de nos investissements pour relever ce défi ; enfin, et surtout, le spectacle cristallise pour les Français un moment unique, celui du lien avec l’artiste, une proximité rendue possible par les entrepreneurs de spectacles. Ce constat est partagé en France, mais aussi à l’international : avec la richesse de la créativité musicale en France, et le numérique, les frontières s’effacent : à nous entrepreneurs de permettre à nos artistes de rayonner à l’international, si nous pouvons être soutenus par la volonté politique".


Le baromètre du Live 2015



Nous suivre /asso.irma /IrmACTU