Aurélie Filippetti : "je poursuis ma politique de soutien à la création et aux jeunes talents"

Publié le mardi 21 janvier 2014

Politique culturelle

La ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti a, ce mardi matin, adressé ses vœux à la presse. L’occasion de balayer tous les domaines d’intervention de la rue de Valois, dont la musique.

Ce mardi matin, la presse était conviée rue de Valois, pour les traditionnels vœux de la ministre à la profession. L’occasion pour Aurélie Filippetti de passer en revue les dossiers importants de son ministère, en esquissant une feuille de route pour l’année à venir.

Après avoir vanté "la force émancipatrice de la Culture" mais également son poids économique (la culture contribue pour 3,2% à la création de richesse en France, soit près de 58 milliards d’euros de valeur ajoutée) et son rôle de dynamisation des territoires, Aurélie Filippetti a affirmé fortement vouloir faire entrer le ministère dans le XXIe siècle : "Je serai la ministre qui aura fait entrer le ministère de la Culture de plain-pied dans l’ère numérique. Pour faire de la France un pays pionnier et de la rue de Valois, une Silicon Valois".

Création, rémunération, export

Entre la volonté de créer un outil de mesure de la "qualité des programmes", dont la réflexion est confiée à l’INA, ou celle de renforcer le réseau des écoles supérieures de la culture, et l’annonce de la restitution "dans les meilleurs délais" de trois œuvres dérobées à leurs propriétaires pendant la guerre, la ministre a évoqué tous les domaines d’intervention de son ministère, dont la musique.

Ainsi, elle entend poursuivre sa "politique de soutien à la création et aux jeunes talents, ces petits labels qui font la diversité du secteur". Peut-être faut-il y voir la volonté de réfléchir à la pérennisation d’actions comme le plan de soutien à la production et à la diffusion de la musique pour l’accompagnement de leur transition numérique, lancé en fin d’année 2013. Ensuite, la ministre a rappelé sa demande de maintien et de renforcement du plan Smac, "pour renforcer le réseau des lieux de musiques actuelles implantés sur tout le territoire français". Pour 2014, Aurélie Filippetti entend poursuivre son travail de réforme du soutien au secteur musical, "à travers une attention particulière portée à l’exportation de la musique et, dans la suite du rapport Phéline, à la rémunération des artistes à l’ère numérique".

Les prises de parole à venir, d’abord jeudi 23 janvier lors des BIS (Biennales internationales du spectacle-Nantes), puis lors du Midem début février, seront l’occasion de préciser plus spécifiquement l’action du ministère pour le secteur musical.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU