Agi-Son lance une nouvelle campagne de communication

Risques auditifs

"Pour que la musique reste un plaisir", Agi-Son et les professionnels de la musique se mobilisent. La nouvelle campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l’écoute des musiques amplifiées débutera le 1er octobre 2005, dans 15 régions. Si le mot "hein" vous est familier, prenez-garde et adoptez les bons réflexes !

Avec l’évolution des pratiques musicales, de plus en plus de jeunes sont concernés par les risques auditifs.
Depuis plus de 10 ans, rapports médicaux et enquêtes épidémiologiques démontrent que les publics des concerts et musiciens sont exposés à des niveaux sonores pouvant causer des lésions irréversibles du système auditif.

Exemple : en 1998, une enquête menée par le Ministère de l’Environnement et le CNRS portant sur des musiciens pratiquant des instruments amplifiés montrait que 70 % d’entre eux souffraient de traumatismes auditifs .

Là où la guérison est impossible, il reste l’information et la prévention.

Une campagne pour informer les publics des concerts et les musiciens :

Constatant que le public demeure peu informé, des syndicats professionnels et des réseaux de salles de concerts se sont regroupés au sein de l’association AGI-SON afin de mener une campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l’écoute des musiques amplifiées.

A partir du 1er octobre 2005, des affiches et des dépliants (600 000 ex.) décrivant les bons réflexes comportementaux à adopter pour limiter les risques auditifs seront diffusés. Puisque chaque individu réagit différemment face au son, des bouchons d’oreille en mousse seront aussi mis à disposition des plus sensibles.

Affiches, dépliants et bouchons seront diffusés dans de nombreux lieux de concerts mais aussi dans des locaux de répétition, associations ou sites étudiants.

100 000 dépliants seront également distribués à la billetterie des magasins FNAC à une échelle nationale, et accompagneront l’envoi postal des places de concerts.

Dossier de presse :

Agi-Son

Plus d’information.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU