3 ânes pour les Trois Baudets ?

Publié le jeudi 29 novembre 2012

Spectacle

Le conseil de Paris examinera le 11 décembre la proposition de la société 3 ânes Prod pour l’attribution de la délégation de service public pour l’exploitation des Trois Baudets à partir du 1e janvier 2013.

Les Trois Baudets, un haut lieu de la chanson française. Et comme tout lieu mythique, les aléas de son histoire sont à la hauteur de son prestige. Un nouvel épisode de cette histoire va peut être s’ouvrir début 2013. Le Conseil de Paris doit en effet examiner le 11 décembre prochain la proposition de la société 3 ânes Prod, créée spécialement pour l’occasion et dirigée par Olivier Poubelle et Alice Vivier. Il s’agit en effet d’attribuer, à partir du 1er janvier 2013, la délégation de service public pour l’exploitation du lieu.

Pour s’inscrire dans la continuité de la vocation initiale de la salle fondée en 1947 par Jacques Canetti, le projet devra assurer un rôle de découverte, de diffusion et d’accompagnement d’artistes émergents, mais aussi mettre en place un plan ambitieux d’action culturelle en direction de divers publics : actions avec les établissements scolaires, mise en place de concerts "hors les murs", d’un festival "jeune public et parents cools", d’ateliers musicaux, etc.

Pour rappel, Olivier Poubelle est le fondateur d’Asterios spectacles, producteur et tourneur spécialisé depuis plus de 15 ans dans la chanson francophone (Cali, Mademoiselle K, Alex Beaupain, Vincent Delerm, Olivia Ruiz, les Têtes raides, Thomas Fersen, Brigitte Fontaine, Babx, Loïc Lantoine, Jeanne Cherhal, etc.). Il est gérant de la Maroquinerie, co-gérant du Bataclan et de la Flèche d’Or, co-directeur des Bouffes du Nord. Alice Vivier est, quant à elle, directrice de la salle de spectacles La Loge (Paris 11e). Le volet bar et restauration du projet pourrait être géré par Renaud Barillet, directeur de la Bellevilloise.

L’on saura donc très prochainement si ce projet est validé par le Conseil de Paris. Les Trois Baudets, qui a vu débuter des artistes comme Georges Brassens, Jacques Brel, Boris Vian, Raymond Devos, Serge Gainsbourg ou encore Jeanne Moreau ou Guy Béart, connaîtra donc une nouvelle étape dans sa vie tortueuse. Fermée pendant près de 40 ans, elle a été successivement un sex-shop puis un cabaret érotique, et une salle de concert pop-rock au milieu des années 1990 (L’Erotika). La salle avait ouvert à nouveau ses portes en 2009, sous la direction de Julien Bassouls, mais avait connu des difficultés financières.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU