2ème réunion du CSMA à l’Irma

Politiques culturelles

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, a présidé la séance du Conseil Supérieur des Musiques Actuelles (CSMA), qui s’est tenue lundi 19 juin 2006 à Paris dans les locaux du Centre d’Information et de Ressources pour les Musiques Actuelles, l’IRMA.


Ce Conseil a été installé le 16 janvier dernier par le Ministre afin de pérenniser les travaux de la Concertation nationale engagée à la demande des organismes professionnels.

Communiqué du ministère :

C’est la deuxième réunion du conseil supérieur des musiques actuelles. Il a été installé le 16 janvier dernier par Renaud Donnedieu de Vabres afin de pérenniser les travaux de la concertation nationale engagée par le ministère de la culture et de la communication à la demande des organismes professionnels. Le conseil supérieur des musiques actuelles est présidé par David Kessler, directeur de France Culture.

Cette réunion a eu pour objet la présentation du rapport des inspecteurs généraux de l’administration Anita Weber et Michel Berthod sur « Le soutien de l’Etat aux musiques actuelles », qui leur avait été commandé par le Ministre le 9 juin 2005.
Daniel Colling, président du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV), a présenté également une étude établie par le centre de ressource du CNV, sur la diffusion des spectacles de variétés et de musiques actuelles en 2005.


Elle a été par ailleurs l’occasion de la signature par le Ministre, les associations représentant les collectivités territoriales et les membres du collège professionnel du CSMA du « Plan pour des politiques nationales et territoriales concertées en faveur des musiques actuelles ».
L’adoption de ce texte permettra la mise en oeuvre de concertations territoriales, régionales, départementales ou communales dès la fin de l’année 2006 avec le concours des directions régionales des affaires culturelles. Cette démarche d’un type nouveau engagera les professionnels et les collectivités publiques autour d’un processus de co-construction d’une politique de développement des musiques actuelles sur l’ensemble du territoire national.

La séance du 19 juin aura également permis la mise en place de quatre commissions de travail consacrées à la structuration économique et sociale des musiques actuelles, aux pratiques des amateurs, à la mise en oeuvre du « Plan pour des politiques nationales et territoriales concertées en faveur des musiques actuelles », et à l’évolution de la filière musicale et des nouvelles technologies.

Le discours d’ouverture du Ministre

Le Plan "Pour une politique nationale et territoriale des musiques actuelles


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU