11èmes rencontres européennes des artistes

Publié le mardi 2 novembre 2010

Rencontre

Les 25 et 26 novembre se tiendront les 11èmes rencontres européennes des artistes à Cabourg, organisées par l’Adami. Parmi les ateliers, projections et hommages au programme, des débats auront lieu autour de la gestion collective, du rapport droit-création, et du rôle de l’Europe.

Chaque année, l’Adami vise à créer, dans ces rencontres, un espace de dialogue entre des acteurs parfois situés aux extrêmes de la filière : producteurs, consommateurs, acteurs culturels, experts du monde numérique, spécialistes des nouvelles technologies, juristes, représentants des pouvoirs publics, sociétés civiles, politiques, sociétés de répartition de droits étrangères, et artistes de toute l’Europe.

Programme des ateliers

25 et 26 novembre 2010 à Cabourg

Premier atelier – La gestion collective est-elle une solution à la diffusion des œuvres sur les réseaux numériques ?

La mission Création et internet a surpris le milieu de la musique en se prononçant franchement en faveur de la gestion collective de l’ensemble des modes de diffusion de la musique sur Internet.
La médiation conduite par Emmanuel Hoog pour faire aboutir cette proposition entre les producteurs, les artistes-interprètes et les plates-formes numériques, nous donne l’occasion d’évoquer les enjeux et les conséquences d’un tel choix pour la filière professionnelle.

Deuxième atelier – Le droit est-il un obstacle à la création ou à la diffusion des œuvres ?

Créer, c’est transgresser. La protection juridique des ayants droit est-elle un frein à la création ? Le droit et les règles existants doivent-ils évoluer pour faciliter les processus de création ? Comment établir une politique d’aide à la création qui soit contraignante socialement et favorise dans le même temps la liberté et la singularité des créateurs ?

Troisième atelier – L’Europe : chance ou menace pour la création ?

La construction de l’Union européenne ouvre un vaste territoire dans lequel les biens et les personnes circulent librement. Pourtant, les créateurs et les artistes s’interrogent sur les politiques mises en œuvre et expriment des craintes…
Doit-on se méfier de l’Europe ? Dénoncer et combattre ses initiatives en matière de culture ? Ou bien s’appuyer sur ses institutions et ses travaux, et considérer que l’évolution de la création artistique repose en grande partie sur le développement de l’Union ?

En savoir plus

Contacts :
- Jean Pelletier : délégué général
- Myriem Borgne : organisation


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU