IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Documentation > Focus > Point de vue : Patrick Frémeaux

Article mis à jour le vendredi 3 septembre 2010
Article créé le mercredi 2 mai 2007

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  

Point de vue : Patrick Frémeaux

Patrick Frémeaux est le président de Frémeaux & Associés. Il revient sur l’implication de son label pour les médiathèques.

Quelle image vous donne la notion de médiathécaire, bibliothécaire musical ou discothécaire, aussi appelés -thécaires ?

Chaque médiathèque ou bibliothèque témoigne d’une volonté muséographique de conservation et de mise à disposition pour tous du patrimoine sonore. Il n’y a donc pas de différence de vocation entre une collectivité qui met en place une bibliothèque musicale et le projet de Frémeaux & Associés. Les médiathèques, d’ailleurs, ne s’y trompent pas en faisant, pour la plupart d’entre elles, des acquisitions quasi exhaustives des collections édités par Frémeaux & Associés.

Pensez-vous que les -thécaires soient prescripteurs ? notamment en ce qui concerne les nouveaux médias de la musique ?

Non seulement les -thécaires sont prescripteurs, mais toute ville possédant un fonds Frémeaux & Associés important dans sa bibliothèque entraîne généralement une bonne dynamique commerciale sur les disquaires et les libraires locaux. Contrairement à l’idée reçue, il n’y a pas de marché substitutif entre les -thécaires et les espaces commerciaux, mais une synergie d’exposition.

Comment envisagez-vous des collaborations avec les -thécaires ?

Frémeaux & Associés livre aux 3500 médiathèques françaises chaque année un catalogue exhaustif de 150 pages pour leur permettre de constituer leurs fonds, diffuse des affiches et met à la disposition de leur public des mémoires thématiques (patrimoine sonore, diversité culturelle, licence légale, etc.) La dimension muséographique de nos deux activités, qui peuvent sembler différentes à premier abord, est bel et bien la même et se conjugue pour permettre de donner à entendre à la majorité des citoyens sa mémoire collective de l’intégrale Django Reinhardt, jusqu’aux discours de François Mitterrand en passant par l’histoire de la musique populaire du monde entier.

Propos recueillis par Jean-Noà« l Bigotti.
PUBLICITÉ
IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0