IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > Un CNV élargi pour accompagner le financement du secteur de la musique

Publié le vendredi 31 janvier 2014

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Politique culturelle

Un CNV élargi pour accompagner le financement du secteur de la musique

La ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti a annoncé la réforme à venir du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz, pour élargir ses compétences et son domaine d’intervention à l’ensemble du secteur musical.

Le sens du timing, c’est ce dont a fait preuve Aurélie Filippetti, en annonçant, deux jours avant l’ouverture du Midem à Cannes, l’élargissement de la mission du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV). Dans une interview à l’AFP, la ministre a en effet envoyé un signal fort à la filière musicale, en réactivant le projet d’un Centre national de la musique. Le CNV, établissement public dédié au spectacle vivant de variétés, va ainsi être réformé pour "accompagner l’ensemble de la filière musicale" et "devenir le réceptacle du financement dédié à la musique".

La question du financement

Alors que le candidat François Hollande s’était engagé, pendant sa campagne, à poursuivre le travail entamé sous la mandature de Nicolas Sarkozy, Aurélie Filippetti avait, en arrivant rue de Valois, abandonné le chantier d’un Centre national de la musique (CNM). En cause, un défaut de financement. Mais depuis fin 2013, la taxe sur les services de télévision (TST-D), principal canal envisagé pour abonder le nouvel établissement, a été sécurisée au niveau européen.

"L’engagement du président de la République était de reprendre le chantier du CNM, ça ne voulait pas dire créer un établissement public qui s’appellerait CNM, ça voulait bien dire assurer l’accompagnement du secteur musical, du secteur de la production musicale. Ce sera le rôle d’un CNV profondément rénové et réformé", a ainsi déclaré Aurélie Filippetti. Le CNV "ne va pas perdre sa mission sur le spectacle vivant" mais il sera réformé "dans sa gouvernance et dans ses finalités pour que sa mission puisse être élargie à la musique et pour qu’il puisse être le réceptacle du financement dédié à la musique", a détaillé la ministre. "On travaille pour pouvoir avoir un financement d’ampleur du CNV destiné au secteur de la musique. Ça sera le grand chantier de cette année", a-t-elle ajouté.

Mais la ministre n’a pas avancé de chiffrage des fonds supplémentaires dont pourrait bénéficier le CNV, et précisé qu’il était nécessaire "d’attendre la Loi de finances pour avoir une idée précise du chiffrage possible".

Une filière dans l’attente de concret

L’annonce, attendue, a été saluée par les représentants de la filière. Ainsi, Jérôme Roger (SPPF-Upfi) dans un communiqué, s’est "félicité de cette initiative forte prise par Aurélie Filippetti. Sa volonté de mettre la priorité sur le financement de la filière musicale démontre son attachement à accompagner la transition numérique que traverse l’industrie musicale". Le Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacle) estime de son côté "qu’un nouvel élan pour le CNV est nécessaire et se réjouit des nouvelles ambitions formulées par la ministre. Cependant, selon lui, encore faut-il avoir l’assurance que cet établissement élargi et rénové puisse être doté de ressources nouvelles".

En effet, si l’annonce est unanimement saluée, la prudence est de mise, précédent du CNM oblige. Réunis en conférence de presse jeudi 30 janvier, les membres de l’association Tous pour la musique (TPLM) ont pointé les nombreuses questions en suspens, résumées ainsi par le président Bruno Lion : "pour l’ensemble de nos métiers, c’est d’abord une grande joie. Mais plusieurs questions restent sur la table : combien, comment et quand ?" Et d’ajouter : "s’il n’y a rien de concret avant 2015, c’est peu de choses de dire que le compte n’y sera pas". S’il faut attendre la loi de finances 2014, il faudra pourtant s’y résoudre. Pour Marc Slyper, délégué général du Snam-CGT et administrateur du CNV, il faut commencer par revenir sur le plafonnement de la taxe affectée au CNV : "pour prouver sa volonté, le gouvernement doit immédiatement annuler le plafonnement cette taxe. Dire qu’on va créer des recettes nouvelles alors qu’on pompe déjà celles existantes pour le spectacle vivant, c’est un peu contradictoire".


PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

PRESSE PROFESSIONNELLE : LES PLUMES DE LA FILIÈRE MUSICALE

On connaît leurs noms, souvent leurs visages. On les lit ou les écoute régulièrement. On les croise dans les salons, conventions et autres rencontres professionnelles. Ils sont, pour certains depuis plus de 30 ans, les plumes qui racontent la filière. Entre souvenirs et prospection, leur(s) histoire(s) se confondent avec celle de l’industrie musicale, offrant un angle de vue différent.

Avec : Emmanuel LEGRAND, Emmanuel TORREGANO, Gildas LEFEUVRE, Philippe ASTOR, Rémi BOUTON, Romain BERROD, Sophian FANEN, Nicolas DAMBRE.

>> Lire l’article


Starting-blocks : les startups de la musique se racontent !

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting-blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique ! Chaque mois, une startup présentée en détail par leurs créateurs : parcours, produits, services, clients, business models…

>> Découvrez les startups qui font le secteur musical de demain !

Suivez l’Irma en continu !

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0