IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > Tower records en faillite

Voir aussi...

Publié le mercredi 27 septembre 2006

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Distribution

Tower records en faillite

La célèbre chaîne de magasins de disques américaine établie partout dans le monde, accuse un déficit record. Date butoir de reprise : le 30 septembre. Pour l’instant, aucun repreneur en vue pour cette société en vente depuis l’été 2003.

Tower records a bâti son modèle sur un principe très simple depuis 1960 : un concept de supermarchés musicaux. Par deux fois, en mars 2004 et depuis fin août, la société s’est mise sous la protection de la loi des faillites. Approchée par des repreneurs, les 3 000 salariés attendent de savoir quel sera le futur de cette chaîne. Un avenir vraisemblablement plutôt orienté vers le numérique.
Phil Leigh [1] déclarait dans Le Devoir du 28 août dernier : "Tower était l’un des plus gros sur le marché, et si l’évolution des espèces nous sert de guide, ce n’est pas le plus gros qui survit, mais celui qui s’adapte le mieux au changement".
Et c’est bien d’adaptation qu’il s’agit puisque, bien que la diminution des ventes de disque soit mise en cause, il semble que ce soit plutôt le manque d’adaptation aux changements rapides qui soit la raison de la fin de cette aventure : « Les ventes de musique baissent régulièrement depuis 1999, pour diverses raisons comme la concurrence des DVD et des jeux vidéo, le vieillissement de la génération du baby-boom, et seulement très récemment le téléchargement musical. La musique numérique n’est que de la petite bière en comparaison des ventes de CD » [2].
Mais aussi la victoire des grandes surfaces non spécialisées, comme l’écrit Alain Brunet dans Cyberpresse : "Alors que les supermarchés musicaux comptent plus de 10000 titres en magasin, les Wal-Mart de ce monde réalisent plus de ventes de CD avec quelques centaine de titres. Par conséquent, les produits de masse deviennent de plus en plus prévisibles et de plus en plus stéréotypés afin d’être rapidement consommés… dans les grandes surfaces."

Le site de Tower records

Revue de presse

Le Monde
Cyberpresse
Le Devoir
NPR

[1] cabinet d’étude de marchés Inside Digital Media

[2] David Card, analyste de la société Jupiter Research, in "Industrie de la musique - La chute de Tower Records marque l’avènement de l’ère numérique"

PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

UN NOUVEAU PLAN POUR LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

De l’urgence à la mutation - Alors que la crise perdure, la DGMIC vient de lancer un nouveau Plan en direction des petites entreprises du secteur de la musique enregistrée. Impulsé par l’urgence du sauvetage, ce dispositif s’insère dans un processus d’intervention qui s’oriente désormais vers le soutien à la mutation.

Aves des interviews de Laurence FRANCESCHINI (DGMIC), Pierre DARMON (Bonsaï music), Arthur DAGARD (Evergig), Eric JIROUX (Victorie music), Patrick FABRE (Mirozoo Lab), Benoît TREGOUET (Les Disques Entreprise) et Julien HOH (Deaf rock records)

>> Lire la suite


Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0