IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > TPLM s’élargit et se dote d’une nouvelle gouvernance

Voir aussi...

Publié le lundi 14 avril 2014

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Structuration

TPLM s’élargit et se dote d’une nouvelle gouvernance

Près de cinq ans après sa création, l’association Tous pour la Musique (TPLM) s’élargit et se dote d’une nouvelle gouvernance "à même de prendre en considération les différentes sensibilités de la filière musicale et de relever les défis auxquels celle-ci va devoir faire face".

Communiqué


Ce sont d’ores et déjà cinq nouveaux membres qui viennent de rejoindre l’association : la GAM (Guilde des artistes de la Musique), l’ESML (Syndicat des Editeurs de Services de Musique en Ligne), le SNES (Syndicat National des Entrepreneurs de Spectacles), le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles) et le Profedim (Syndicat Professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique).

TPLM compte désormais 26 structures (dont les 11 fondateurs : Adami, CSDEM, MMF, Prodiss, Sacem, UNAC, SNAC, SNEP, SCPP, UFPI, SPPF), la réforme statutaire qui vient d’être validée ouvrant la porte à de nouvelles adhésions.
Portée par TPLM, la filière musicale dans ses différentes composantes démontre qu’elle n’est pas une galaxie d’électrons dispersés et qu’elle sait se rassembler pour défendre ses intérêts et se donner les moyens de se faire entendre. En s’élargissant et en réformant sa gouvernance, TPLM renforce sa légitimité et sa capacité à agir, à peser sur les choix de politique culturelle qui la concernent et à multiplier les initiatives pédagogiques auprès des différents publics.

Comme l’ont démontré deux études récentes dont le Panorama sur les Industries culturelles et créatives, le secteur de la musique contribue de manière déterminante à la croissance et à l’emploi de notre pays et à la vitalité de ses territoires.

Au lendemain des élections municipales et de la formation d’un nouveau gouvernement et à la veille d’un scrutin européen qui s’annonce décisif pour le secteur culturel, l’association TPLM compte faire entendre une voix forte afin que soient pris en compte les intérêts de la filière musicale et de l’ensemble de ses représentants.

Le nouveau bureau de TPLM devient le nouvel organe de gouvernance :
- Président : Bruno Lion (CSDEM)
- Vice-président : Jules Frutos ou Aline Renet (Prodiss)
- Vice-président : Guillaume Leblanc (SNEP)
- Trésorier : Michel Joubert (Adami)
- Secrétaire : Jean-Marie Moreau (SNAC)

Membres :
- MMF, la GAM, SPPF, SNAM, Sacem, SNES, ESML, Profedim, SMA.


Le mot du président de TPLM, Bruno Lion :

« Nous sommes très heureux d’accueillir aux côtés des fondateurs de TPLM, des organisations de l’univers des musique classiques comme le Profedim, au cœur du numérique comme l’ESML, une nouvelle représentation d’artistes avec la GAM, et d’élargir encore notre représentativité avec des producteurs comme ceux qui sont regroupés au sein du SNES ou du SMA, particulièrement ancrés dans nos territoires.
 
Nous espérons que d’autres organisations de la musique nous rejoindront bientôt, pour construire ensemble, la parole de la filière musicale, et convaincre que les enjeux de la musique peuvent et doivent être mieux pris en compte dans ce pays. A plus court terme, nous sommes évidemment mobilisés pour obtenir plus de diversité musicale dans les médias, comme nous l’annonce le rapport Bordes, et bien sûr pour obtenir enfin cet établissement public dont la filière musicale a besoin, autour d’un CNV aux moyens significativement renforcés, comme s’y est engagée la Ministre de la Culture ».

PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

LE CONTRAT D’ARTISTE EN QUESTION(S)

Le SFA fait son contrat - Révolution numérique, crise du disque, recherche de nouveaux débouchés, logiques de 360, l’économie de la musique enregistrée a profondément muté ces dernières années, entrainant une évolution des métiers et des usages. Qu’en est-il de la traduction de ces changements en termes contractuels ? Le SFA (Syndicat français des artistes) a décidé de se pencher sur la question, en proposant un nouveau modèle de contrat d’artiste. Les analyses et les réactions divergent.

Avec des interviews de Jean-François Dutertre (musicien et auteur du contrat SFA), Jean-Marie Guilloux (avocat au barreau de Paris), Rodolphe Dardalhon (fondateur de Roy Music), Kent (chanteur, fondateur et trésorier de la Gam) et Philippe Couderc (président de la Felin).

>> Lire la suite


Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0