TPLM : à quoi tient l’essor du streaming ?

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mardi 22 mars 2016

Publication

Ce mois-ci dans sa newsletter, Tous pour la musique revient sur les conditions qui ont amené le streaming à devenir le modèle dominant du marché de la musique. Avec des focus sur l’Asie du sud-est, l’Afrique et les Etats-Unis.

A quoi tient l’essor du streaming ?

Par Véronique Mortaigne

Le streaming, usage et format d’époque, semble parti pour devenir le modèle dominant du marché de la musique. Comment en est-on arrivé là et quelles sont les tendances et difficultés liées au développement du streaming ?

Quelle forme prendra dans le futur la distribution des œuvres ? La question fut posée aux industriels de la musique de façon cruciale après l’effondrement des ventes au mitan des années 2000, puis aux artistes, débordés par la déferlante internet. Longtemps habitués au format album, ces derniers se sont alors mis à créer et à réfléchir au titre par titre. On le vérifie aujourd’hui avec les salves de titres à succès tirées « avant l’album » par les pop stars américaines Rihanna ou Beyoncé. La séquence commerciale a été ainsi construite sur la vente à l’unité, via le téléchargement. Tout a changé avec l’arrivée du streaming (…)

>> Lire la suite sur le site de Tous pour la musique


Asie du sud-est : une industrie qui renaît

Par Julien Le Tertre

La seule évocation du numérique en Asie renvoie souvent des images fortes. La Chine est le royaume du piratage, le Japon est réfractaire au streaming, tous les Asiatiques sont connectés…et j’en passe. Qu’en est-il vraiment ? Les clichés ont-ils toujours la vie dure ? Plus que jamais, il serait incohérent d’aborder l’Asie dans sa globalité même si de toute évidence le numérique est à l’œuvre partout. Si le piratage, l’absence de réseaux de distribution et les contrôles du gouvernement empêchent toujours l’émergence d’un véritable marché de la musique en Chine, des acteurs locaux importants (Tencent, Alibaba, Baidu…) tentent de développer le modèle payant même si le streaming gratuit reste largement dominant. Certes, le potentiel du marché chinois est sans égal et fait rêver plus d’un acteur occidental mais la perspective de deals rentables et la transparence relève encore du mirage. Si la Corée demeure (…)

>> Lire la suite sur le site de Tous pour la musique


Afrique : un immense potentiel, mais…

Par Virginie Berger

Le marché africain suscite les convoitises des majors et des start-up, mais l’industrie musicale peine néanmoins à se structurer et la musique à s’exporter. De nombreux facteurs bloquent l’expansion de la musique africaine dans le monde. Comme ceux liés au continent en lui-même : 53 pays, une surface qui correspond à peu près à la surface de la lune, des multiplicités de langues, cultures, des difficultés de connexion ou liées au traitement étatique et/ou politique de l’art. Sans compter les difficultés liées au système de communication. Comment faire connaître son œuvre quand on n’a pas la possibilité de l’uploader sur Youtube ? Vu d’Europe, le réflexe est souvent d’associer (…)

>> Lire la suite sur le site de Tous pour la musique


Etats-Unis : le streaming grand public s’impose

Par Emmanuel Legrand

Quel est le point commun entre la diva Adele, la country girl devenue pop star Taylor Swift et le boy band anglais The 1975 ? Outre que leurs récents albums ont trôné sur les cimes des charts de Billboard aux Etats-Unis, ils ont effectué cette performance sans que leur musique soit accessible sur la principale plate-forme de streaming, Spotify. Car c’est un des paradoxes de l’industrie musicale aux Etats-Unis : le streaming musical est définitivement en 2015 devenu la principale source d’accès à la musique aux USA, et a détrôné le téléchargement comme première source de revenus numériques du secteur de la musique, mais ce boom du streaming se traduit par une insatisfaction croissante des artistes envers ce mode de consommation. En cause : le faible taux (…)

>> Lire la suite sur le site de Tous pour la musique