IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > Soutien à la pédagogie, aides nouvelles, le CNC présente sa nouvelle politique musicale

Voir aussi...

Publié le lundi 15 octobre 2012

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Audiovisuel

Soutien à la pédagogie, aides nouvelles, le CNC présente sa nouvelle politique musicale

Dans le cadre du Festival des musiques à l’image, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a présenté les grands axes de sa nouvelle politique en direction de la musique, basés sur les préconisations du rapport conduit par Marc-Olivier Dupin.

Que serait 2001, l’odyssée de l’espace sans Ligeti, Fellini sans Nino Rota ou encore plus récemment Pirates des caraïbes sans Hans Zimmer ? Au cinéma, la musique est bien plus qu’un complément à l’image, qu’une simple illustration sonore, tout le monde en convient. Mais les rapports entre musique et image sont assez tortueux. Pour preuve symbolique, l’absence d’un prix au festival de Cannes récompensant la musique de film. C’est pour cela que le CNC avait demandé à Marc-Olivier Dupin, compositeur, de mener une mission de réflexion sur le sujet. Cette mission a abouti au rapport "Musique à l’image", sur les préconisations duquel sont fondées les nouvelles actions de l’établissement public, présentées samedi 13 octobre 2012 dans le cadre du Festival des musiques à l’image.

Marc-Olivier Dupin, a d’abord rappelé le double constat révélé par l’étude, expliquant la place de parent pauvre du 7e art qu’occupe la musique. Artistiquement, le lien entre le réalisateur et le compositeur est trop tardif dans le processus d’élaboration d’un film, mis à part pour les "couples légendaires". De plus, la musique est souvent une variable d’ajustement dans le bouclage du budget d’une production (en cinéma comme en télévision).

Soutien à la pédagogie

Premier axe fort de cette nouvelle politique musicale du CNC, le soutien aux actions de pédagogie. Éric Garandeau, son président, affiche clairement les ambitions : "il faut faire de la musique à l’image un vrai outil pédagogique et éducatif. Le travail mené par les ministres Vincent Peillon et Aurélie Filippetti sur l’éducation artistique et culturelle intégrera aussi cette dimension." Ainsi, en partenariat avec l’Inspection générale de l’Éducation nationale, le CNDP (Centre national de documentation pédagogique) et France Télévisions, le CNC propose aux lycéens en classe musique de réaliser un travail de création ou d’illustration musicale pour un film muet ou un film contemporain duquel on aurait soustrait la musique. A titre expérimental, ce dispositif devrait concerner dans un premier temps, une vingtaine de classes.

L’enseignement supérieur et la formation professionnelle sont également concernés. Une classe de composition de musique à l’image ouvrira en janvier 2013 au CNSMDP (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris). La Fémis et l’Ircam travailleront également avec le CNSMDP pour développer les formations bilatérales. Enfin, depuis l’été 2012, de nombreuses master class se sont mises en place. Comme le souligne Marc-Olivier Dupin, "il est très important de construire un langage commun entre les jeunes réalisateurs et les jeunes compositeurs".

Les aides du CNC

Le rapport dirigé par Marc-Olivier Dupin a également identifié des améliorations possibles dans les aides du CNC. Certaines sont déjà mises en œuvre, comme l’amélioration de l’aide au long métrage. En effet, dans le cadre de l’aide à la musique originale des œuvres cinématographiques de longue durée, l’aide a été renforcée (une aide plancher de 5 000 € est attribuée, assortie d’une part variable destinée à mieux soutenir les projets les plus ambitieux). Par ailleurs, le seuil d’éligibilité maximum en termes de budget du film passe de 4 à 7 millions d’euros pour les œuvres de fiction et de 7 à 10 millions d’euros pour les œuvres d’animation. La commission se réunit désormais quatre fois par an au lieu de trois. (Pour information, lors les trois premières séances de 2012, la commission a aidé 28 films pour un total de 239 000 k€).

De même, le CNC a décidé de créer une aide complémentaire à la musique originale dans le court métrage. Ce dispositif comprend un complément d’aide de 3 000 euros pour la création d’une musique originale dans le cadre de la contribution financière. Dans le cadre de l’aide au développement, l’aide accordée est désormais majorée quand un contrat est signé entre le producteur et un compositeur, en vue de produire une musique originale. Enfin, le CNC travaille actuellement à la mise en place d’une future aide à la musique originale dans les programmes audiovisuels. Mais celle-ci nécessite au préalable de réaliser une étude permettant d’évaluer les besoins. Comme le précise Éric Garandeau, "il est plus compliqué de savoir quelles sont les pratiques et les données budgétaires en rapport avec la musique." Ainsi, les producteurs sollicitant une aide du Cosip devront fournir des renseignements simples relatifs à la musique dans les dossiers de demande. L’objectif est d’obtenir des données statistiques fiables début 2013, en vue d’une mise en œuvre courant 2013 à l’issue d’une concertation professionnelle.

Enfin, dans les autres commissions, un bonus sera accordé aux jeux vidéos qui mettront en valeur la musique, avec "une attention forte portée au respect des droits d’auteur".

Le problème des orchestres français

Un autre problème a été soulevé lors de la présentation, celui du recours systématique à des orchestres étrangers pour l’enregistrement de la musique à l’image. Le constat est unanimement déploré, et les raisons avancées multiples : problème de coût, de droits voisins, de réactivité… En effet, le fonctionnement des orchestres français fait qu’il est difficile d’en trouver des constitués disponibles dans des délais courts. Pour exemple, le London Symphonic Orchestra est "bookable" dans un délai de 3 semaines/un mois quand un orchestre français doit être réservé un an à l’avance. Mais n’oublions pas qu’il s’agit aussi, comme le rappelle Thomas Jamois, superviseur musical (Creaminal), de l’intérêt fiscal que représente, pour les producteurs, d’aller enregistrer à l’étranger…


- Lire le rapport de Marc-Olivier Dupin, La musique à l’image

- Lire la présentation dela nouvelle politique musicale et des nouvelles aides du CNC

- Lire le Memento musique de film, cinéma et audiovisuel


PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

LE CONTRAT D’ARTISTE EN QUESTION(S)

Le SFA fait son contrat - Révolution numérique, crise du disque, recherche de nouveaux débouchés, logiques de 360, l’économie de la musique enregistrée a profondément muté ces dernières années, entrainant une évolution des métiers et des usages. Qu’en est-il de la traduction de ces changements en termes contractuels ? Le SFA (Syndicat français des artistes) a décidé de se pencher sur la question, en proposant un nouveau modèle de contrat d’artiste. Les analyses et les réactions divergent.

Avec des interviews de Jean-François Dutertre (musicien et auteur du contrat SFA), Jean-Marie Guilloux (avocat au barreau de Paris), Rodolphe Dardalhon (fondateur de Roy Music), Kent (chanteur, fondateur et trésorier de la Gam) et Philippe Couderc (président de la Felin).

>> Lire la suite


Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0