Soundsgood, la plateforme des curators de playlists

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 17 septembre 2015

Starting Blocks

#playlist #curation #recommandation #streaming

Pour partager et découvrir la musique à l’heure du streaming, les créateurs de Soundsgood ont misé sur la recommandation des curators. La jeune plateforme héberge et publie leurs playlists, leur propose un lecteur exportable et peaufine leur diffusion sur les plateformes de streaming. En pleine levée de fonds, son cofondateur Josquin Farge nous parle du rôle des curators dans l’industrie musicale.

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting Blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique !




« La playlist, c’est la compil à l’ère du streaming »

Cette phrase de Josquin Farge, son cofondateur, c’est en quelque sorte le leitmotiv de Soundsgood, startup qui propose une plateforme au service des curators de musique depuis un an. Emergée de l’écosystème d’innovation créé par l’ouverture des données musicales via les API, Soundsgood ne stocke pas la musique, elle utilise les données des API et produit des couches de données supplémentaires. En l’occurrence, le système de playlists s’est connecté aux 30 millions de titres respectifs dont Deezer et Spotify détiennent des licences d’exploitation, aux millions d’heures de musique uploadées par les utilisateurs de Soundcloud, aux milliards de vidéos de Youtube et à toutes les métadonnées qui les accompagnent. Leur idée, utiliser ces données pour faciliter la rencontre entre les amateurs de playlists, ceux qui les écoutent et ceux qui les font.

Après la programmation en salles et en radio, la prescription dans les médias, la curation des influenceurs sur internet se structure. Dernier de ses avatars, le "curator" trouve, sélectionne, agrège et republie la musique vers les communautés d’auditeurs en ligne. Soundsgood les rassemble et leur propose un moyen simple de créer, d’éditorialiser et de diffuser des playlists. « La playlist, c’est le nouveau CD, la nouvelle radio. C’est ce nouveau format qui, à l’ère du streaming, va recréer une vraie expérience musicale : elle a un début, une fin, elle est tangible, stockable, réécoutable et souvent, elle a été faite par quelqu’un qui raconte une histoire à travers elle ». Une réponse adaptée au besoin de curation des plateformes de streaming, à mesure que l’accès à la musique devient illimitée.

De la mixtape à la playlist

Le playlisting, Josquin Farge, 28 ans, le pratique depuis longtemps. Le mix, c’est une moitié de sa vie déjà. Pendant des années, il enregistre ses mixtapes sur cassettes et mini-disc, pour les partager avec ses amis. La profusion des nouvelles sorties et la taille exponentielle des catalogues, il a appris à s’y adapter. La rencontre avec Louis Viallet, son premier associé, se fait sur les bancs de l’Ecole de Management de Lyon en 2011. S’en suivent des expériences en stratégies business chez Warner Music et Accenture pour l’un et des projets en publicité et marketing chez BETC et Orange pour l’autre. Ils créent une première boite dans le web, pour s’expérimenter. « Vendre des sites automatisés en masse ne nous faisait pas vibrer. Quitte à monter une boite, autant en monter une dans un secteur qui nous passionne et où l’on sent que l’on a quelque chose de nouveau à apporter ». La rencontre avec le troisième associé, le directeur technique David Billamboz sera décisive. Soundsgood est lancée.

Ils s’attèlent alors à trouver le moyen d’industrialiser les playlists produites par des curators. Le projet intègre tour à tour les incubateurs Startup 42, et NUMA. Dès leur première version, sortie en novembre 2014, la plateforme ne laisse pas indifférent. « Donner ses lettres de noblesse à la playlist, ça passe par une bonne sélection, bien ordonnée, ainsi qu’un aspect visuel et un éditorial de qualité ». Soundsgood s’applique donc à construire un outil convivial pour ses utilisateurs. Elle oriente les curators grâce à des « guidelines » dans l’intention d’« embellir le format de la playlist avec un format standard sans la standardiser ».

Bâtir la plus grande communauté de curators au monde

Une bonne playlist, c’est quoi ? Pour Josquin Farge elle compte idéalement de 10 à 15 titres et raconte une histoire qui plait aux auditeurs. Et le premier titre choisi est primordial : « il doit être à la fois catchy et évocateur ». Sur Soundsgood on peut même importer ses playlists pour les rendre accessibles sur toutes les plateformes. Chaque playlist est ensuite habillée d’un titre, d’une courte présentation et d’une image, puis indexée par genres, par curateurs et par « ambiances » (Morning time, Une aprèm au bureau, Chilling with friends. Pour les sportifs, l.o.v.e., ou encore Around the world) pour trois parcours de découverte possible. A cela s’ajoute l’animation de la communauté des curators au quotidien, qui peuvent se « mettre en scène » et constituer leur propre communauté d’auditeurs. Et cela semble fonctionner. A ce jour, 1700 curators ont produit plus de 15 000 playlists, écoutées par plus de 522 000 auditeurs.

Pour améliorer encore la circulation des playlists, la startup a sorti en mars dernier son « player agnostique », qui à l’instar d’une marque blanche, affiche le logo d’où provient la musique et permet à la banque de données source de s’exporter avec la musique. « Les curators utilisent un player Youtube généralement parce qu’ils vont pouvoir toucher l’audience la plus large. Avec le player de Soundsgood, ils touchent maintenant les auditeurs de toutes les plateformes », explique Josquin. La communauté des curators Soundsgood tisse depuis son propre réseau sur le web.

Enrichir l’offre des plateformes de streaming

Passé le premier âge de la musique en ligne, marqué par la course à la taille des catalogues, la recommandation est aujourd’hui un enjeu central pour les plateformes de streaming. Et dès le départ, Soundsgood les a approchées pour concevoir le service. « Toutes les plateformes veulent attirer les meilleures curators mais aussi la longue traine, pour contextualiser et faire vivre leur catalogue. Ce sont eux qui drive de l’audience vers elles et peuvent la retenir ». Et c’est justement cette plus-value que Soundsgood entend leur apporter. Et Josquin Farge d’annoncer la mise en place d’une nouvelle fonctionnalité pour novembre prochain : la publication et synchronisation des playlists directement sur Deezer, Spotify ou encore Xbox Music (Apple Music, Tidal, Rdio, Google ou encore Napster devraient suivre). Avec cette nouvelle fonctionnalité, les curators vont avoir accès à ces communautés pour continuer à jouer leur rôle de prescripteur pour l’industrie musicale.

Aujourd’hui, Soundsgood s’affirme comme le premier service dédié aux curators. La startup va poursuivre sa roadmap dès cette rentrée. Au programme, une levée de fonds qui va leur permettre de recruter, sur la technique et le business développement. Ce mois de septembre est aussi celui de la lancée de son Ambassadors Program, pour se faire connaître auprès de plus de curators. Elle devrait aussi bientôt passer au mobile grâce à une première application IOS. Mais Josquin Farge voit déjà plus loin. « Depuis plusieurs mois on a reçu beaucoup de demandes de playlists sur-mesure de la part de marques et de plateformes ». Faciliter la rencontre entre les curators, les marques, ou les promoteurs de musique (pour une sortie de disque, l’annonce d’un festival ou encore du brand content), Soundsgood y réfléchit déjà. Avec pour objectif de proposer à l’avenir la possibilité de déposer un brief et se voir proposer une liste de curators. Mais ce sera pour 2016.

En attendant, écoutons la playlist Soundsgood à ne pas manquer selon Josquin, celle de l’artiste Broken Back :


Fabrice Jallet