Signature du contrat de filière Musiques actuelles et variétés en Nouvelle-Aquitaine

Publié le vendredi 1er septembre 2017

Territoire

Après s’être doté d’un contrat de filière pour le livre et pour le cinéma, la Région Nouvelle-Aquitaine a signé le 1er septembre avec l’État (DRAC), le CNV et le RIM un Contrat de filière Musiques actuelles et de variétés permettant de poursuivre le travail de conventionnement déjà établi depuis 2015 avec les anciennes Régions.

L’État (DRAC Nouvelle-Aquitaine), le CNV, la région Nouvelle-Aquitaine et le RIM (Réseau indépendant de la musique en Nouvelle-Aquitaine) ont décidé de se retrouver au sein de ce contrat afin de "répondre ensemble aux enjeux de l’écosystème musical" et de "déterminer les conditions pour soutenir et développer la filière régionale des musiques actuelles et des variétés".

Validé par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine le 13 février et par le conseil d’administration du CNV le 15 mars, cette nouvelle convention 2017-2019 est dotée de 240 000 € provenant de la Région (110 000 €), du CNV (110 000 €) et de l’État (20 000 €).

La signature de ce Contrat de filière en Nouvelle-Aquitaine a eu lieu le vendredi 1er septembre à Biarritz), en présence de Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, d’Alain Rousset, Président de la région Nouvelle-Aquitaine, et de Gilles Petit, Président du CNV.

Ce contrat de filière a pour ambition de répondre aux problématiques des acteurs du territoire en instaurant un dialogue pérenne avec les professionnels et en les accompagnant dans les mutations qu’ils rencontrent. Il vise également à explorer de nouveaux partenariats susceptibles d’être associés au présent contrat.
Les dispositifs d’accompagnement issus de ce contrat de filière sont co-construits sur la base d’un diagnostic partagé par les partenaires.

Ils ont pour objectifs :

  • d’encourager l’adaptation aux enjeux numériques et environnementaux,
  • d’accompagner les mutations professionnelles et l’évolution des compétences,
  • de susciter la coopération entre les acteurs de la filière des musiques actuelles pour créer des dynamiques artistiques et territoriales,
  • d’impulser l’évolution des modèles économiques,
  • de repenser les modèles de gouvernance et la relation aux personnes dans une perspective de diversité culturelle et du respect des droits culturels des personnes.