IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > SMAC : quels équilibres budgétaires pour les lieux de petite et de moyenne jauges ?

Voir aussi...

Publié le mercredi 16 avril 2014

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Spectacle

SMAC : quels équilibres budgétaires pour les lieux de petite et de moyenne jauges ?

Le CNV publie un dossier autour de cette question et présente des indicateurs sur le budget moyen de ce type de lieu, leurs particularités économiques et l’évolution de leurs ressources. Il en ressort qu’entre 2010 et 2012, les produits progressent moins rapidement que les charges des structures.

EXTRAITS DU DOSSIER :
(dossier en intégralité)

Ces indicateurs ont été collectées auprès de 74 lieux répartis en 4 catégories :
- 14 grandes scènes (600 à 2 000 places / recettes de billetterie annuelles supérieures à 180 000€)
- 31 salles de jauges moyennes (300 à 600 places et jusqu’à 900 places pour celles qui ont des recettes annuelles de billetterie inférieures à 180 000€.)
- 19 lieux de petite capacité (moins de 300 places / recettes annuelles de billetterie ne dépassent pas 90 000€ par an)
- 10 lieux en milieu rural (quel que soit la jauge, ils possèdent tous des recettes annuelles de billetterie inférieures à 60 000€)

DIFFUSION ET FRÉQUENTATION
En 2012, les 74 lieux représentaient 6% de la diffusion nationale et 3% de la fréquentation nationale avec, en moyenne, 37 concerts par an et par lieu.
La fréquentation moyenne frôle les 10 000 spectateurs par an et par lieu. Elle varie selon le type de lieu, entre 24 000 entrées pour les grandes scènes et 3 500 entrées pour les lieux de petite capacité.
De 2010 à 2012, on observe une stabilité du nombre total de représentations et de la fréquentation totale.

LES PRODUITS DES LIEUX
La moyenne totale des produits des 74 lieux étudiés s’élève à 871K€, la médiane étant de 709K€ (1,6M€ pour les grandes scènes / 880K€ pour les salles de jauge moyenne/ 517K€ pour les lieux de petite capacité / 302K€ pour les lieux en milieu rural).
De 2010 à 2012, l’évolution du total des produits est de +4%.

LES SUBVENTIONS DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
Elles représentent 10% du total des produits des 74 structures et s’élèvent en moyenne à 85K€ avec une médiane à 75K€.
De 2010 à 2012, les subventions du Ministère de la Culture et de la Communication ont progressé de 10%.

LES SUBVENTIONS DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES
Globalement, elles représentent 48% de la totalité des produits des lieux, soit 33% pour les Villes et Établissements Publics de Coopération Intercommunale, 9% pour les Régions et 6% pour les Départements.
La moyenne totale par structure de ces subventions s’élève à 418K€ et varie de 139K€ (pour les lieux en milieu rural) à 794K€ (pour les grandes scènes).
De 2010 à 2012, les subventions des collectivités territoriales ont progressé de 4%.

AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT
- En 2012, 0,6% des produits des lieux provient de subventions européennes (68K€ en moyenne pour 6 lieux aidés).
- Le mécénat et le partenariat (sponsoring) comptent pour une part assez faible (2%) dans les produits des lieux en 2012, quelle que soit leur catégorie. On observe cependant entre 2010 et 2012, une progression de 24% du nombre de structures bénéficiaires de ce financement privé dont l’enveloppe financière totale augmente de 67%, imputable à la forte croissance du partenariat.
- L’aide des organismes professionnels correspond en majeure partie au soutien du CNV et représente 3% des recettes totales des lieux. De 2010 à 2012, on note une progression de 5% du total de ces aides, pour une moyenne qui atteint presque 30K€ par structure en 2012.

LES RECETTES PROPRES
Elles représentent 35% de l’ensemble des produits des lieux en 2012.
De 2010 à 2012, la part des recettes propres n’a pas évolué dans la globalité des ressources.


DU CÔTÉ DES CHARGES
31% des charges sont liées à la diffusion de concerts, dont 21% concernent les charges artistiques, 7% les charges techniques et 3%, la communication.

Les charges artistiques :
Elles représentent 182K€ en moyenne annuelle par lieu, variant de 375K€ pour les grandes scènes à 184K€ pour les salles de jauge moyenne et moins de 100K€ pour les lieux de petite capacité et les lieux en milieu rural.
L’ensemble des charges artistiques pour les 74 lieux a augmenté de 2010 à 2012 de 11%.

Les charges techniques :
La moyenne par lieu s’élève à 57K€ de charges techniques en 2012 et ces charges représentent un peu plus de 6% du budget total des structures.
Entre 2010 et 2012, les charges techniques progressent de 7%, du fait de l’augmentation des frais de location de matériels et des achats de prestations techniques (+18%).

UN ÉQUILIBRE PRÉCAIRE
Les différentes sources de produits (subventions et ressources propres) progressent moins rapidement (+4% de 2010 à 2012) que l’ensemble des charges des structures (+6% au cours de la même période).

PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

ARTISTES, ACCOMPAGNEMENT ET PROFESSIONNALISATION

Entrer (et rester) dans la carrière en 2015 - Reconfiguration de l’écosystème musical, difficultés des labels, montée en puissance de l’autoproduction, révolution numérique et des moyens de communication…Etre artiste en 2015, ce n’est plus se contenter d’une simple proposition artistique, c’est aussi assumer une partie de son développement. Plus nombreux,, mieux formés, mieux équipés, les artistes d’aujourd’hui ont à leur disposition tous les leviers pour entrer dans la carrière. Mais encore faut-il y rester… La filière en général et les dispositifs d’accompagnement et les structures de formation en particulier, ont suivi cette évolution et tentent d’apporter des réponses à ces nouveaux besoins.
>> Lire la suite

Interviews
"C’est l’accompagnement à la professionnalisation qui est aujourd’hui primordial"

Avec les interviews de Julien Soulié, Philippe Albaret, Emilie Yakich, Stéphane Riva et Adrien Marchand. >> Lire les interviews

Starting-blocks : les startups de la musique se racontent !

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting-blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique ! Chaque mois, une startup présentée en détail par leurs créateurs : parcours, produits, services, clients, business models…

>> Découvrez les startups qui font le secteur musical de demain !

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0