IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > Sacem : les droits collectés sur le spectacle vivant en hausse en 2012

Voir aussi...

Publié le mercredi 24 avril 2013

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Spectacle

Sacem : les droits collectés sur le spectacle vivant en hausse en 2012

La Sacem dévoile son étude annuelle sur le montant des droits collectés sur le spectacle vivant, baromètre de l’état de santé du secteur. Et la tendance est à la hausse pour 2012, avec 79,4 millions d’euros perçus pour 127 000 événements. Les chiffres seront présentés au Printemps de Bourges jeudi 25 avril.


La Sacem présentera et commentera les résultats de cette étude lors de la table ronde organisée au Printemps de Bourges :

Spectacle vivant, l’atout numérique
Jeudi 25 avril
11h-12h30

En savoir plus


Les chiffres relatifs aux droits collectés par la Sacem pour le spectacle vivant marquent de nouveau pour 2012 une tendance à la hausse (+3% par rapport à 2011), pour un montant total de 79,4 millions d’euros, un montant encore jamais atteint. Depuis 2008, cette hausse est constante (+14%), excepté pour l’année 2010. Sur cette somme, 61,3 millions d’euros ont été répartis (+2% par rapport à 2011).

Le secteur du spectacle vivant représente ainsi 10% des revenus collectés par la Sacem, à égalité avec les revenus collectés à l’international, mais devançant ceux collectés sur les supports physiques. Des chiffres raccord avec ceux des sociétés d’auteur au niveau international pour le live et le théâtre.

Une dynamique contrastée

Les concerts de variétés et les festivals représentent à eux seuls 75% des 127 000 événements pour 56% du montant des droits collectés. L’écart entre les deux chiffres ’explique par un nombre important d’événements à faible économie. Suivent les tournées, qui, à l’inverse, ont un poids économique fort : 30% des droits collectés pour seulement 4% du total des événements. Les autres secteurs sont plus équilibrés : 9% des droits et 12% des événements pour les ballets, cafés concerts et autres cabarets, et 5% des droits et 8% des événements pour les concerts de musique symphonique.

La Sacem précise cependant le caractère contrasté de la dynamique, dépendante des fluctuations liées à la programmation. Les concerts symphoniques par exemple, affichent une hausse de 48% en 2012 (passant de 2,7 millions d’euros à 3,9), mais les tournées un recul de 9,5% (passant de 26,1 millions à 23,6), et les concerts de variétés et festivals une faible hausse de 2% (de 43,7 millions à 44,6). La baisse des droits perçus sur les tournées depuis 2009 peut s’expliquer par une baisse du nombre total de dates et par l’atonie de l’économie hexagonale.

S’il est économique, le contraste est également géographique. Ainsi, l’Ile de France est en tête des collectes sur les concerts de variétés et les festivals, mais derrière les régions Rhône Alpes et Aquitaine en nombre d’événements. Pour ce qui est des tournées, on observe une concentration économique (les 50 premières tournées représentent 20% des droits collectés) et une concentration géographique, avec 44% à Paris et en Ile-de-France. Cette dernière affiche une hausse de 5%, liée à un effet Stade de France, l’enceinte dyonisienne représentant à elle seule 13% des droits collectés dans le secteur des tournées.

Johnny, Julien Clerc et Laurent Gerra, les artistes français se portent bien

Le top classement en droits générés des tournées compte 5 artistes français dans les 10 premières places, Johnny Hallyday se classant premier, devant Madonna et Coldplay ! Suivent Julien Clerc, puis en sixième position Laurent Gerra, MPokora et Sexion d’assaut, devant Lady Gaga et Metallica. Les bonnes performances des productions hexagonales nes’arrêtent pas là : 66 % des œuvres réparties en 2012, au titre des droits collectés en 2011, appartenaient au répertoire de la Sacem pour ce qui est des concerts de variétés, et 49 % pour les concerts de musique symphonique.

La Sacem a également complété cette étude par un portrait type du créateur et de la créatrice membre de la Sacem, ainsi que par des éléments sur l’utilisation du numérique par les festivals.


Lire l’étude

Spectacle vivant : l’atout numérique, état des lieux du spectacle vivant en 2012


PDF - 1.2 Mo
PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

UN NOUVEAU PLAN POUR LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

De l’urgence à la mutation - Alors que la crise perdure, la DGMIC vient de lancer un nouveau Plan en direction des petites entreprises du secteur de la musique enregistrée. Impulsé par l’urgence du sauvetage, ce dispositif s’insère dans un processus d’intervention qui s’oriente désormais vers le soutien à la mutation.

Aves des interviews de Laurence FRANCESCHINI (DGMIC), Pierre DARMON (Bonsaï music), Arthur DAGARD (Evergig), Eric JIROUX (Victorie music), Patrick FABRE (Mirozoo Lab), Benoît TREGOUET (Les Disques Entreprise) et Julien HOH (Deaf rock records)

>> Lire la suite


Chroniques radio

Artistes musiciens, porteurs de projet, vous souhaitez vous lancer dans le secteur musical ? Tout ce qu’il faut savoir, des conseils pratiques, les erreurs à éviter : ces chroniques sont pour vous !
Écouter les chroniques de l’Irma sur Widoobiz

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0