Sacem : l’aide à l’autoproduction évolue

Financement

Le programme d’aide aux projets autoproduits dans les secteurs des musiques actuelles et du jazz, ouverts à tous les membres de la société d’auteur, prend désormais en compte les projets distribués uniquement en numérique.

Lancé en 2004, ce dispositif avait déjà évolué en 2016 en acceptant tous les porteurs de projets membres de la Sacem quel que soit leur statut (adhérents, professionnels, définitifs).

Afin de "mieux s’adapter aux besoins du secteur", il continue à être repensé par la société civile qui vient d’élargir ses critères pour que les projets distribués uniquement en numérique soient également recevables.

Cette aide concerne la première et/ou deuxième autoproduction, et l’enregistrement doit être composé d’au moins 5 titres.

Pour être éligible, le nombre d’exemplaires de l’enregistrement doit être au minimum de 250 réservés à la vente dans le cas d’une sortie "physique", ou la demande doit être effectuée au plus tard 6 mois après la date de la première mise en ligne de son projet sur une plateforme via un agrégateur numérique dans le cas d’une distribution numérique.

Le montant de l’aide est de 4 500 € et ce dispositif n’est pas cumulable avec le programme Autoproduction / Emergence phonographique du FCM.
La commission d’aide de la Sacem se réunit dix fois par an et 70 projets sont retenus chaque année (voir la liste des projets aidés en 2016 et en 2017).