SALON DE LA MUSIQUE ET DU SON
Du son, des conférences et du sens

Publié le mardi 2 septembre 2008

Article

Le Salon de la musique et du son s’impose comme un des événements de la rentrée 2008. Deux ans après sa première édition qui avait réuni près de 35 000 visiteurs, le salon aura lieu du 12 au 15 septembre au Parc des expositions de Paris. Destiné aux musiciens en herbe comme aux confirmés, le salon accueillera une cinquantaine d’exposants (luthiers, éditeurs, enseignants, institutionnels…) et, nouveauté, un mini-festival aura lieu au sein même du salon.
Trois jours de conférences réuniront également le public et des professionnels pour débattre des moyens de diffuser sa musique, d’en vivre, de l’apprendre et de la transmettre, mais aussi pour échanger autour des métiers qui entourent la création et leurs fonctionnements. En guise de "sommet", une rencontre publique aura lieu entre l’économiste Jacques Attali et le compositeur/chef d’orchestre Laurent Petitgirard.
Partenaire de ces conférences, l’Irma présente à travers ce focus le programme de ces rencontres sur les pratiques, les outils et les métiers de la musique.

Le Salon de la musique et du son (SMS), organisé par Reed Expositions en partenariat avec la Chambre syndicale de la facture instrumentale, est un événement qui s’adresse avant tout aux musiciens à la recherche d’instruments, de "matos" son, de conseils voire de contacts. En matière d’information, les conférences et ateliers du SMS tournent également autour des préoccupation des musiciens : comment me former ? comment me faire connaître ? dans quelles conditions exercer mon métier ? etc. Plusieurs conférences s’adresseront ainsi tout particulièrement aux artistes, qu’ils soient des "amateurs" en recherche de public ou des professionnels en recherche de (multi)activités et d’opportunités professionnelles.

La promotion des artistes sur Internet

Comment se faire connaître ? La question a toujours été d’actualité pour les musiciens et les groupes. Mais face à une économie du développement d’artistes en entonnoir - peu de tourneurs, labels ou managers pour une multitude de groupes -, Internet est apparu comme un moyen autonome de développement, permettant de trouver un public, et, qui sait, des dates ou une piste avec des producteurs ou tourneurs.
Pour envisager l’impact du buzz sur Internet, une conférence modérée par le journaliste Philippe Astor aura lieu en présence de spécialistes des nouveaux médias pour la musique. Couplé à cette conférence, un atelier pratique sur la façon de gérer les outils du net, animé par le consultant en web-marketing Guillaume Barrat, s’adressera plus particulièrement aux musiciens et aux jeunes labels ou managers.

***
Comment exposer sa musique en 2008 ?

Samedi 13 Sept. / 12h30 « 14h00

Dans la jungle des projets et des productions qui fleurissent, comment se faire remarquer• ? Comment faire le « • buzz• », fédérer autour de sa musique, déclencher l’intérêt, se distinguer du lot• ? Avec le net, sont apparues de nouvelles formes de communication, de nouveaux rapports au(x) public(s), de nouvelles fenêtres pour la création musicale. Labels virtuels, blogs, réseaux sociaux, agrégateurs, sites communautaires et plates-formes en tous genres redessinent la carte de l’émergence. Entre réalités et fantasmes, comment appréhender l’univers numérique et ses potentialités « exemples et cas d’école à l’appui « , sans pour autant renier les fondamentaux. Internet, nouvel Eldorado pour les artistes• ?

Modérateur :
> Philippe Astor, rédacteur à ZD Net et bloggeur (Digital Jukebox)

Intervenants :
> Stéphane Beillaud, responsable éditorial Wat TV
> Emma Raynaud, manager, agence promo et marketing web
> Pierre-Eric Jacoupy, communities marketing manager, Orange
> Vincent Florant, consumer relations manager, EMI Music
> Nicolas Claramond, fondateur Spidart
> Xavier Collin, alias Bill, manager, éditeur, directeur général WTPL

***
Atelier pratique : Les nouveaux outils pour exposer sa musique

Samedi 13 Sept. / 17h30 « 19h00

Cet atelier, qui intéressera principalement les artistes émergents, complète la conférence du matin « • Comment exposer sa musique en 2008• » et en constitue la mise en application pratique.
Une fois assimilé l’intérêt des nouveaux outils de visibilité, comment les utiliser concrètement ? Comment créer et optimiser son blog, sa page MySpace, son site ? Comment se faire remarquer sur le web (référencement, plateformes) ? Comment dynamiser sa « • fan base• » et sa communication• ? Quelles sont aussi les limites de ces nouveaux outils ? Comment susciter l’intérêt des internautes et des professionnels ?
En 1h30, Guillaume Bara, qui a été notamment en charge des services d’AOL Music en France, tentera de donner des clés concrètes pour avancer dans ces nouvelles techniques au service des artistes.

Animateur :
> Guillaume Bara, ex AOL Music, consultant en marketing web

***

Artiste musicien : une profession multifacette

Se faire connaître est la première voie pour "entrer dans le métier". Viens ensuite l’exercice même de ce métier, trouver des dates, jouer sur scène, enregistrer en studio, recevoir des cachets, signer des contrats, encore jouer, percevoir des droits, enseigner, jouer à l’étranger, etc.
Pour ceux qui veulent gérer au mieux leur "carrière", connaître les démarches stratégiques et administratives de ce métier, sans "se faire rouler" et tout en développant leur activité, Stephan Le Sagère, musicien, enseignant et auteur du guide Profession Artiste, débattra avec le public le dimanche 14 après-midi.

***
Profession Artiste
Dimanche 14 Sept. / 17h30 « 19h00
En partenariat avec l’Irma

Artiste, une profession ?
Oui mais pas seulement…
Stéphane le Sagère rappelle dans « • Profession artiste• » (éditions Irma) le cadre de ce métier aux aspects si différents. Les questions de statut, de droits, de revenus… Mais aussi l’intermittence, les aspects sociologiques, économiques, administratifs… Il interviendra pendant 1h30 sur les réalités du métier d’artiste et répondra aux questions qu’elles suscitent.

Animateur :
> Stéphane Le Sagère, directeur de la Fneijma, formateur et auteur de Profession artiste

Lire l’interview de Stephan Le Sagère

« Un manque de considération pour les artistes professionnels, hormis les quelques stars courtisées »

***

Tendance qui s’est largement développée depuis 20 ans en France, les artistes multiplient les activités rémunératrices pour pouvoir vivre de leur pratique musicale. Ils sont sur scène et tournent, enregistrent des disques, des jingles ou des musiques de films, enseignent en école de musique ou en cours particuliers… (lire à ce sujet le récit de vie du bassiste Marc Perrenoud, Les Musicos)
Explorant certaines voies de l’activité du musicien, trois conférences (sur les nouvelles méthodes d’enseignement, les débouchés de la musique à l’image et les innovations dans le secteur jazz) s’inscriront dans une démarche d’information pour les artistes cherchant à développer leur activité à travers des secteurs spécifiques.

***
Pédagogie musicale : quelles initiatives innovantes ?
Vendredi 12 Sept. / 17h30-19h00
En lien avec l’îlot pédagogique du salon

Où en est-on en matière de pédagogie musicale ?
Quelles initiatives se démarquent ?
Quelles sont les nouvelles approches et leur portée ?
Les initiatives innovantes ?
Cette conférence propose un point sur les actions menées et leurs résultats, tout en évoquant des projets en cours.

Modérateur :
> Gildas Lefeuvre, journaliste et consultant, GL Connection

Intervenants :
> Jean-Christophe Hoarau, directeur pédagogique, Ecole Atla
> Fabrice Hubert, chargé de mission Adiam Val d’Oise
> Clément Saunier, musicien, Muzik’it
> Jean-Claude Decalonne, initiateur des Orchestres à l’Ecole
> Gilles Vacchia, documentaliste pédagogie et médiathèque, Cité de la Musique

***
Le son pour l’image, quels débouchés pour les compositeurs et les musiciens ?
Lundi 15 Sept. / 12h30 « 14h00
En partenariat avec l’IRMA

Cinéma, télévision, publicité, jeux vidéo, illustration musicale, jingles, design sonore, web, mobile… Les utilisations de musiques se multiplient et constituent autant de possibilités pour les compositeurs et musiciens. Que faut-il savoir sur la « • musique à l’image• » ? Quels sont ces « • créneaux• »• et leurs perspectives ? Comment fonctionnent-ils concrètement• ? Comment le compositeur/musicien peut-il trouver sa place dans ce paysage• ? Dans quelle économie et avec quel statut ? Quels sont les interlocuteurs• ?
Il est dur de vivre de « • sa• » musique, mais on peut vivre de la musique…

Modérateur :
> Jean-Noël Bigotti, responsable des éditions et du Centre de ressources et de documentation, Irma

Intervenants :
> Michael Wijnen, responsable musique EuropaCorp
> Paul Lavergne, éditeur, Madoro Music
> Christophe Caurret, music supervisor, BETC Euro RSCG et Fabrice Brovelli, directeur général BETC Euro RSCG
> Aurélien Marini, compositeur, arrangeur, réalisateur, sound designer, Studio 2C,
> Alain Wisniak], compositeur de musique de films (sous réserve)

Lire le focus Musique à l’image

« Tant que les producteurs de films n’auront pas compris qu’il importe d’avoir un budget adapté à chaque projet pour la musique à l’image, la BOF ne prendra pas d’essor »

***
Nouvelles approches, nouvelles pratiques du Jazz
Dimanche 14 Sept. / 15h « 16h30

Les musiques jazz font, elles aussi, l’objet de nouvelles approches, attirent toujours de jeunes musiciens, séduisent de nouveaux publics et jettent des passerelles entre les genres et les cultures. Comment évolue le jazz dans le contexte actuel (dématérialisation des supports, new medias, distribution numérique, pratiques musicales, pédagogie, révélations d’artistes, diffusion…)• ? Quel impact sur la pratique instrumentale et sur la création• ? Etat des lieux et perspectives.

Modérateur :
> Gildas Lefeuvre, journaliste, consultant, GL Connection

Lire le focus Vivre du jazz

« Rester créatif à travers son instrument et crever de faim ne sont pas, on le concédera, le but du jeu »

***

L’artiste n’est pas seul…

Les conférences du SMS s’adressent également aux professionnels qui accompagnent les groupes (tourneurs, labels, éditeurs, distributeurs, etc.) et aux artistes souhaitant eux-même se lancer dans la production. Plus généralement, elles ont pour ambition de renseigner le public de "grands amateurs" de musique qui cherche à savoir "qui fait quoi ?" dans ce secteur.

En partenariat avec des structures spécialisées dans l’information des professionnels de la musique (Pro-music, Irma), deux conférences aborderont de manière transversale le panel des métiers existants dans le secteur musical. Autour de la création, qui participe au développement d’artistes ? Quels sont les rôles et les méthodes de chacun ?
Il s’agit à la fois de se rendre compte de la chaîne des métiers qui compose la filière, notamment à travers la conférence modérée Rémi Bouton de Pro-music France, mais également de questionner les pratiques de ces métiers, y compris à travers un regard critique porté par l’étude-réflexion des auteurs de "Musique assiégée. D’une industrie en crise à une musique équitable".

***
Quels métiers autour de l’artiste et de la création ?
Vendredi 12 Sept. / 15h00-16h30
Conférence en partenariat avec Pro-music France

Auteurs, compositeurs, interprètes, managers, producteurs de spectacles, éditeurs, producteurs phonographiques… Les acteurs de la filière musicale seront présents au Salon de la Musique pour faire découvrir ou redécouvrir le monde de la création musicale, les métiers qui permettent aux artistes de créer, de réaliser des albums, de se produire sur scène, de développer une carrière. Ces professionnels raconteront leurs parcours de vie, leurs rencontres et répondront à ceux qui souhaitent se lancer dans un univers où le rêve, la passion et la motivation demeurent les principaux atouts.
Alors que les modes de consommation et d’écoute de la musique sont en pleine évolution, il s’agira également de mettre en lumière ces métiers « de l’ombre », pour que professionnels et journalistes puissent sensibiliser le grand public à la valeur de la création musicale et aux problématiques économiques de la filière.
La conférence sera précédée de la projection du court-métrage « Les 1001 métiers de la musique ».

Modérateur :
> Rémi Bouton, rédacteur en chef de Pro-music France

Un artiste, un manager, un producteur de spectacle, un éditeur et un producteur de disques interviendront sur cette conférence.

Voir la collection de guides des Métiers de la musique

***
Musique équitable, ou comment jouer plus juste
Vendredi 12 sept. / 12h30« 14h00
Conférence en partenariat avec l’IRMA

Depuis quelques années, des projets musicaux ont vu le jour en intégrant une dimension éthique à leurs démarches, notamment en termes de redistribution équitable des revenus vis-à -vis des artistes et de transparence des échanges vis-à -vis du public. Des initiatives comme celle de l’association FairPlayList, du label Reshape-music ou de la plate-forme de distribution cd1d.com s’inscrivent dans cette mouvance, avec la volonté de changer les règles. Le concept est de lier les métiers de la musique aux principes du commerce équitable, de définir de nouveaux rapports, de nouveaux équilibres.
La conférence s’appuiera sur l’ouvrage « • La musique assiégée. D’une industrie en crise à une musique équitable• » qui vient de sortir aux éditions L’Echappée. Les auteurs - Charlotte Dudignac et François Mauger y passent au crible l’industrie musicale• (est-elle inéquitable par définition ? Les musiciens sont-ils condamnés à être manipulés par un système financier qui les dépasse ?) et proposent, en s’appuyant sur les pratiques et les idées du commerce équitable, des pistes qui dessinent un avenir plus juste pour la musique.

Modérateur :
> Marc Benaïche, directeur général et fondateur de Mondomix

Intervenants :
> François Mauger, producteur de disques et de concerts depuis plus de dix ans, co-auteur de « La musique assiégée. D’une industrie en crise à une musique équitable »
> Jeff Cali, label éthique et participatif Reshape Music et plateforme Fair Trade Music,
> David Morel, co-fondateur de cd1d.com, initiative de distribution équitable
> un des fondateurs de FairPlayList

Lire l’interview de Charlotte Dudignac et François Mauger

« La crise actuelle du disque peut être accélératrice et créatrice d’une nouvelle économie de la musique »

***

Parce que l’industrie du disque, et plus globalement de la musique enregistrée, reste la branche économique la plus importante du secteur, la production phonographique est au coeur des enjeux actuels. D’un côté, avec la "crise du disque", de plus en plus de labels indépendants se retrouvent en situation de précarité et le taux de renouvellement des structures dans le paysage s’accélère (avec des micro-labels ayant du mal à s’implanter durablement). De l’autre, les pratiques musicales ont continué à s’accroître, et le nombre de groupes postulant à une signature de contrat également (Internet aidant à mettre en valeur l’existence des autoproduits). Ainsi, si de nombreux labels meurent, il y a toujours des hurluberlus pour se lancer dans l’aventure, pour prendre les risques financiers, souvent par passion ou en tant qu’artiste-entrepreneur ayant déjà affronté le monde de la production.
Pour mieux connaître les rouages de ce métier, un atelier pratique sur le montage et la gestion de labels indépendants, animé par Jean-Noà« l Bigotti, auteur du guide "Je monte mon label", aura lieu en complément des conférences sur les métiers de la musique. Il s’adresse autant à ceux qui sont dans une démarche de création de label qu’aux administrateurs souhaitant bénéficier de conseils en matière économique ou de réglementation.

***
Atelier pratique : comment je monte mon label ?
Lundi 15 Sept. / 16h00 « 17h30
En partenariat avec l’IRMA

Comment faire pour monter son label ? Alors que l’industrie du disque voit ses revenus diminuer, la demande de création de label n’a jamais été aussi forte. Pourquoi ? parce que les créateurs doivent apprendre à tout faire…
L’auteur de « Je monte mon label » (éditions Irma) propose une séance de rattrapage à destination du public du salon. En 1h30 chrono, seront abordés des sujets comme les motivations à créer un label, les défis à relever, les enjeux actuels…

Animateur :
> Jean-Noël Bigotti, responsable des éditions et du Centre de ressources et de documentation, Irma

Lire l’interview de Jean-Noël Bigotti

« On ne peut pas empêcher la création d’avancer et de trouver sa place, quel que soit le contexte, la situation économique ou financière… »

***

Attali/Petitgirard : rencontre au sommet

Sur fond d’économie de la musique, une confrontation de deux points de vue a priori divergents aura lieu en guise de rencontre au sommet du SMS. C’est déjà une prouesse que d’avoir réussi à booker ces deux personnalités aux agendas chargés, Laurent Petitgirard étant compositeur, chef d’orchestre et président du CA de la Sacem tandis que Jacques Attali, connu du grand public en tant qu’écrivain, économiste et conseiller d’Etat, préside également deux sociétés internationales.
Le rapport récemment publié par la Commission pour la libération de la croissance française présidé par Jacques Attali a mis de l’huile sur le feu au sein du secteur musical. Alors que la mission Olivennes permettait d’aboutir à la signature des Accords de l’Élysée, accords qui établissent de nouvelles formes de sanctions pour lutter contre le piratage des oeuvres musicales et cinématographiques, Jacques Attali se prononçait en faveur d’une toute autre méthode, à savoir le recours à une licence globale permettant aux internautes de télécharger librement en échange d’une redevance mensuelle.
Le débat entre les instigateurs de ce projet de licence (l’Alliance Public-Artistes regroupant notamment l’Adami, la Spedidam et l’UFC Que Choisir) et ceux qui préconisent la répression de la piraterie (ministère de la Culture, Sacem, Snep, UPFI…) avait fait couler beaucoup d’encre au moment du vote de la DADVSI en 2006. Si le débat ne s’était pas complètement tu depuis, le "rapport Attali" l’a en tout cas entièrement réouvert.
Laurent Petitgirard et la Sacem qu’il représente se sont toujours prononcés à l’encontre de la licence globale au nom de la défense des droits des auteurs et de la défense de leurs revenus.
Si le débat restera courtois, il n’en reste pas moins qu’il sera engagé vu les sujets qui font polémiques entre ces deux écoles et les remous que cela cause dans la filière musicale. Le rendez-vous est pris pour le samedi 13 après-midi pour un débat public entre ces deux hommes.

***
Rencontre Laurent Petitgirard vs. Jacques Attali
Samedi 13 Sept. / 15h00 « 16h30

Le Salon de la Musique et du Son propose une rencontre inédite, imaginée par Gildas Lefeuvre, entre deux personnalités autour de réflexions sur la musique. Pendant 1h30, Laurent Petitgirard et Jacques Attali confronteront leurs points de vue dans un face à face exceptionnel. Les sujets ne manquent pas : le rapport à la musique, la direction d’orchestre, la place du créateur dans la société, les solutions pour sortir la filière musicale de la crise, le droit d’auteur, Internet et la nouvelle donne numérique, la licence globale, le « • rapport Attali• » sur la libération de la croissance, la diversité culturelle…

Laurent Petitgirard
Né en 1950, Laurent Petitgirard est un musicien éclectique. Sa carrière de compositeur de musique symphonique (plus d’une vingtaine d’œuvres) et de musiques de films (160 partitions) se double d’une activité de chef d’orchestre invité dans le monde entier (Orchestre de l’Opéra National de Paris, Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Orchestre National de France, Orchestre National de Lyon, de Bordeaux, de Lille, Bamberger Sinfoniker, Berliner Symphoniker, Orchestres de la TonHalle, de la Fenice, de la BBC, Utah Symphonic Orchestra, Seoul Philharmonic & KBS Orchestras, Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre National d’Espagne…..) Laurent Petitgirard est le Directeur Musical de l’Orchestre Colonne depuis décembre 2004, après avoir été celui de l’Orchestre Symphonique Français de 1989 à 1996. Membre de l’Académie des Beaux-Arts, Commandeur des Arts et Lettres, il est par ailleurs président du Conseil d’Administration de la Sacem.

Jacques Attali
Economiste, professeur, écrivain, conseiller d’Etat honoraire, Jacques Attali fut conseiller spécial auprès du Président de la République de 1981 à 1991. Fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, on lui doit aussi la création d’Action contre la faim et du programme européen Eurêka. Diplômé de l’Ecole Polytechnique, (major de la promotion 1963), de l’Ecole des Mines, de l’Institut d’Etudes Politiques et de l’ENA, il préside aujourd’hui A&A, société internationale de conseils spécialisée dans les nouvelles technologies, et PlaNet Finance, organisation internationale à but non lucratif, rassemblant l’ensemble des institutions de microfinance du monde.
Chroniqueur à L’Express, Jacques Attali est l’auteur de quarante livres, traduits dans plus de vingt langues et diffusés à plus six millions d’exemplaires dans le monde entier : essais (traitant de sujets variés allant de l’économie mathématique à la musique), romans, contes pour enfants, biographies et pièces de théâtre. Volontiers provocateur, il a préconisé que les maisons de disques se mettent à vendre des instruments de musique pour compenser la chute du marché de la musique enregistrée et a plaidé récemment pour une licence globale.

***

Pour aller plus loin : Bibliographie des conférences

Musique équitable, ou comment jouer plus juste - Vendredi 12 sept. / 12h30« 14h00

ADEME. Charte des festivals engagés pour le développement durable et solidaire en Bretagne. Rennes : Conseil régional de Bretagne, 2007.
Agenda 21 de la culture
DUDIGNAC Charlotte, MAUGER François, La musique assiégée, D’une industrie en crise à une musique équitable. Paris : l’Échappée, 2008.
FAIRPLAYLIST. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire. Paris : Reshape Music, 2007.
MILLIARD Mathias. Musiques, développement durable et solidarités. Paris : Irma, 2007 (IrmACTU ; 17)
UFISC, Manifeste pour une autre économie de l’art et la culture, Paris : Ufisc, 2007
Également :
Les musiques actuelles à l’épreuve de l’économie sociale et solidaire : le tiers secteur dans le champ des musiques actuelles est-il considéré comme un angle d’entrée par les premiers intéressés ? Émilie Mendes. 2004. Mémoire de maîtrise : Métiers des arts et de la culture : Université d’Avignon : 2004.
Le positionnement économique des lieux associatifs de musiques amplifiées : l’apport de l’économie solidaire Arthur Gautier. 2005. Mémoire de DESS : Gestion des entreprises d’économie sociale : École supérieure des sciences commerciales d’Angers : 2005
Économie de la culture : quelles politiques pour quelle éthique ? Diversité culturelle et droit à la culture de tous. Jean-Michel Lucas. 2005. Intervention lors du colloque "Politiques publiques et économie sociale et solidaire".

Quels métiers autour de l’artiste et de la création ? - Vendredi 12 Sept. / 15h00-16h30

AUDUBERT Philippe, Profession entrepreneur de spectacles. Paris : Irma : 2007.
BOUVERY, Pierre-Marie. Les contrats de la musique. Paris : Irma : 2008.
GOMBERT, Ludovic, PICHEVIN, Aymeric. Autoproduire son disque. Paris : Irma, 2006.
IRMA, Tout savoir de la scène de la disque, Paris : Irma éditions, 2008.
LE SAGERE, Stephan. Profession Artiste. Paris : Irma, 2007.
MILLIARD Mathias. Musicien : portrait d’une profession. Paris : Irma, 2007 (IrmACTU ; 18).
PERRENOUD Marc. Les musicos, enquête sur des musiciens ordinaires. Paris : La Découverte, 2007.
PESSINA DASSONVILLE. L’artiste-interprète salarié : entre création intellectuelle et protection sociale. Aix-Marseille : Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006.
Les fiches pratiques de l’Irma regroupée dans Tout savoir de la scène au disque. Paris : Irma, 2008.
Également :
ADAMI. Filière de la musique enregistrée : quels sont les véritables revenus des artistes interprètes ? Paris : Adami, 2006.
DELORME Marie, JARDIN Chloé. Musiques actuelles : de la pratique amateur à la professionnalisation des artistes. Licence professionnelle conception et mise en oeuvre de projets culturels, 2007.
L’État et la création artistique. Paris : la Documentation française, 2006 (Regards sur l’actualité). Les enjeux de la politique en faveur de la création et l’action artistiques. Avec des interventions d’E. Wallon, F. Benhamou, G. Saez, J.-P. Fourmentraux, C. Mollard.
GOGENDEAU Fabrice, HAZARD Christian. Musiques actuelles : de la pratique amateur au développement professionnel des artistes. Mémoire de maîtrise : IUP Université de Bourgogne : 2001.
GREFFE Xavier. Création et diversité au miroir des industries culturelles. Paris : la Documentation française, 2006 (Questions de culture).
GREFFE Xavier. Artistes et marchés. Paris : la Documentation française, 2007 (Études de la Documentation française ; 5264-65)
TEILLET Philippe. L’artiste et le politique : je t’aime, moi non plus ! Journées d’étude sur l’évolution de la politique culturelle de la ville de Grenoble. 2004.
VESSILLIER-RESSI Michèle. La condition d’artiste : regards sur l’art, l’argent et la société. Paris : Maxima Laurent du Mesnil, 1997

Pédagogie musicale : quelles initiatives innovantes ? - Vendredi 12 Sept. / 17h30-19h00

Enseigner les musiques actuelles, Actes du colloque organisé par la Fneijma en mai 2005, Toulouse.
IRMA. Enseigner les musiques actuelles. Paris : Irma, 2007.
MOUGIN Bertrand. Des formations au cœur du métier. Paris : Irma, 2007 (IrmACTU ; 10).
Une pédagogie pour la musique en ligne ? Synthèse de l’atelier Promusic organisé pour les 10 ans de l’Irma.
VEITL Anne. Quelles ressources technologiques pour renouveler les pédagogies de la musique ? 2001.
IPEDAGOGIE.COM : Site consacré à la pédagogie musicale. Il est destiné aux enseignants et à leurs élèves, ainsi qu’à tous ceux que le sujet intéresse, qui souhaitent faire évoluer la pédagogie, partager leurs idées, leurs projets…

Comment exposer sa musique en 2008 ? - Samedi 13 Sept. / 12h30 « 14h00

LE SAGERE Stéphan, Profession artiste, nouvelle édition, Paris : Irma, 2007.
SOK Borey, Musique 2.0 : Solutions pratiques pour nouveaux usages marketing. Paris : Irma, 2007.
SOK Borey, Mode d’emploi de la musique en ligne. Paris : Bureau export de la musique française, 2008.

Rencontre Laurent Petitgirard vs. Jacques Attali - Samedi 13 Sept. / 15h00 « 16h30

COCQUEBERT Antoine, Le Financement de l’industrie du disque, rapport établi à la demande du ministère de la Culture, Paris, 2004.
KRIM Tariq, Le Peer to Peer : un autre modèle économique, L8Rmédia - Paris, Adami, 2004.
LABARTHE-PIOL Benjamin, BOURREAU Marc, Le Peer to peer et la crise de l’industrie du disque : une perspective historique, 2004.
LABARTHE PIOL Benjamin, L’Impact d’Internet sur l’industrie du disque : vers un nouveau régime de croissance, thèse, Université Dauphine Paris, 2005.
Ministère de la Culture et de la Communication, département des études et de la prospective, Les Chiffres clé de la culture 2008, Paris, La documentation française, 2007.
MOYON Émilien, Nouvelles Pratiques de consommation et innovations technologiques : quels impacts sur l’industrie de la musique ?, Master, IAE, Lille, 2006.

Les nouveaux outils pour exposer sa musique - Samedi 13 Sept. / 17h30 « 19h00

LE SAGERE Stéphan, Profession artiste, nouvelle édition, Paris : Irma, 2007.
SOK Borey, Musique 2.0 : Solutions pratiques pour nouveaux usages marketing. Paris : Irma, 2007.
SOK Borey, Mode d’emploi de la musique en ligne. Paris : Bureau export de la musique française, 2008.

Nouvelles approches, nouvelles pratiques du Jazz - Dimanche 14 Sept. / 15h « 16h30

ANQUETIL Pascal. Vivre du jazz. Enquête sur les conditions économiques d’exercice du "métier" de musicien de jazz aujourd’hui en France. Paris : Irma, 2008 (IrmACTU ; 24)
Jazz de France : guide-annuaire du jazz en France, Paris, Irma éditions, 2008.
Quelle politique nationale pour le Jazz ? Actes de la table ronde organisée par l’Afijma en décembre 2005, Paris.

Profession Artiste - Dimanche 14 Sept. / 17h30 « 19h00

BOUVERY, Pierre-Marie. Les contrats de la musique. Paris : Irma, 2008.
COULANGEON Philippe, Les Musiciens interprètes en France, portrait d’une profession, Paris : La documentation française, 2004.
Devenir musicien classique et jazz, Paris : Cité de la musique, Millénaire, 2007. GOMBERT, Ludovic, PICHEVIN, Aymeric. Autoproduire son disque. Paris : Irma, 2006.
LE SAGERE, Stephan. Profession Artiste. Paris : Irma, 2007.
MILLIARD Mathias. Musicien : portrait d’une profession. Paris : Irma, 2007 (IrmACTU ; 18).
PERRENOUD Marc. Les musicos, enquête sur des musiciens ordinaires. Paris : La Découverte, 2007.
PESSINA DASSONVILLE. L’artiste-interprète salarié : entre création intellectuelle et protection sociale. Aix-Marseille : Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006.
La Situation des professionnels de la création artistique en Europe, Bruxelles, Parlement européen, Direction générale politiques internes de l’Union, 2006.
Les fiches pratiques de l’Irma :
Le statut de l’artiste-interprète
La circulation des artistes
Fiscalité des auteurs et des artistes-interprètes

Le son pour l’image, quels débouchés pour les compositeurs et les musiciens ? - Lundi 15 Sept. / 12h30 « 14h00

BERT Jean-François, L’Édition musicale, Paris : Irma, 2006.
BIGOTTI Jean-Noël, Musique à l’image. Paris : Irma, 2008 (IrmACTU ; 23)
CAYLA Véronique, DURUPTY Anne, Relations entre télédiffuseurs et filière musicale, 2005.
Comment travailler la synchronisation ?. Paris : Bureau export de la musique française.
CNC, La production audiovisuelle aidée, Paris : Centre national de la cinématographie (CNC), 2007.
LAVOIE Mathieu, Le petit guide pour les nouveaux musiciens du cinéma, Montréal, Société des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ), 2007.
LEROUGE Stéphane, 100% compositeurs de bandes originales de films, Paris : MBC, 2002. Spectacle vivant et droit de l’audiovisuel, Synthèse de la journée d’information organisée par le CND, le CNT, HLM et l’Irma, 29 janvier 2001, Théâtre du Vieux Colombier.
VERNAY Éric, Scopitone et Soundies. Histoire du clip. Paris : Fluctuat, 2008.
VILLANI Vivien, Guide pratique de la musique de film, Paris : Editions Scope 2008.

Atelier pratique : comment je monte mon label ? - Lundi 15 Sept. / 16h00 « 17h30

BIGOTTI Jean-Noël, Je monte mon label, guide pratique du producteur de phonogrammes, Paris : Irma, 2008.