Rencontre entre Technopol et le ministère de l’intérieur le 8 juillet 2004

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le jeudi 15 juillet 2004

Ras-le-bol de la scène électronique suite aux nouvelles annulations de soirées techno

Voir en ligne : Le site de Technopol

Dans une lettre d’info spéciale datée du 14 juillet 2004
Technopol, association pour la reconnaissance et la défense des cultures, des arts et des musiques électroniques, dresse un compte rendu de sa rencontre avec le ministère de l’intérieur datée du 8 juillet. Il y a été notamment rappelé par l’association "qu’il était paradoxal qu’à l’heure actuelle des organisateurs professionnels ne puissent réussir à organiser leurs événements, et ce principalement parce que leurs interlocuteurs, préfectures et/ou maires, n’arrivent pas encore à discerner les spécificités et différences entre catégories d’organisateurs. Les organisateurs professionnels subissent l’amalgame avec la scène free sans pour autant bénéficier par ailleurs d’un système où la préfecture va les aider dans leurs projets."
Cette rencontre fait suite à l’annulation récente de plusieurs manifestations
(notamment le festival Eklecty-k ! prévu les 3 et 4 juillet dans la Meuse) et aux difficultés rencontrées par les organisateurs professionnels, titulaires d’une licence d’entrepreneur de spectacles, d’organiser leurs soirées malgré le respect du cadre légal imposé.
Cette rencontre a débouché sur plusieurs propositions :

- "rappeler aux préfets (…) les différentes catégories d’organisateurs, l’existence de la circulaire de 1998 ainsi que le cadre d’application du• décret du 3 mai 2002 et globalement de faciliter le dialogue entre organisateurs professionnels et médiateurs
- profiter des "stages" donnés aux nouveaux directeurs de cabinet de préfecture pour expliquer et faire passer ce message de dialogue et de concertation
- réaliser un "guide méthodologique" à l’attention des élus qui expliciterait la position du Ministère de l’Intérieur, qui rappellerait la réglementation et les différentes catégories d’organisateurs."