IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Documentation > Focus > NOUVEAUX USAGES, NOUVELLES ENTREPRISES ET NOUVEAUX SERVICES, LA FILIERE MUSICALE EN MUTATION

Article mis à jour le mercredi 10 septembre 2014
Article créé le mercredi 1er août 2012

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Article

NOUVEAUX USAGES, NOUVELLES ENTREPRISES ET NOUVEAUX SERVICES, LA FILIERE MUSICALE EN MUTATION

L’année dernière, pour fêter le quart de siècle de L’Officiel de la musique, nous étions revenus sur les 25 dernières années du secteur musical. Cette année, finie la nostalgie, on dirige le regard sur l’avenir, sans prétendre dire de quoi seront faites les 25 prochaines années. Accompagnement de l’innovation, nouvelles formes de spectacle, montée en puissance du rôle prescripteur du public, approche renouvelée du développement d’artistes, recréation de valeur pour la musique enregistrée, multiplication des canaux de promotion, etc., les initiatives foisonnent. Petit panorama, non exhaustif, d’acteurs qui dessinent aujourd’hui les contours de l’industrie musicale de demain.

La filière musicale connaît un début de XXIe siècle agité. Les mutations technologiques et économiques recomposent le paysage, de nouvelles pratiques apparaissent, et de nouveaux acteurs, porteurs d’innovations, viennent y répondre.

Dans le spectacle vivant, le public n’est plus simple spectateur mais prescripteur (Plemi), quand l’artiste ne vient pas directement chez vous (H.O.M.E). Aujourd’hui, tout un chacun peut référencer ses concerts et ouvrir une billetterie gratuitement (Moxity). Le spectacle vivant, à la pointe sur les questions environnementales, a entraîné la création de nombreuses entreprises de services permettant de remplir les conditions des Agendas 21 (Les Connexions). Dans ses financements, il a depuis longtemps ouvert la porte au mécénat. Les banques ont été pionnières sur le live, notamment dans l’association avec des festivals, mais certaines se positionnent sur les services web liés à la musique et sur l’émergence (Esprit musique). Les entreprises s’organisent, avec les pouvoirs publics, en se dotant d’outils de coopération et de développement pour favoriser innovation et collaboration (Le Damier).

Du côté des artistes, quelles possibilités de développement dans un environnement où tout découle encore du disque, malgré la crise que celui-ci connaît  ? Les artistes émergents ont aujourd’hui les moyens de se développer par eux-mêmes, avec des potentialités de communication décuplées par le web (YouTube). Internet a même apporté le chaînon manquant : l’argent. Désormais, les fans peuvent financer directement les projets artistiques (Ulule)  ! D’ailleurs, de plus en plus d’artistes décident de se passer de maison de disques (Don’t believe the Hype). Une révolution pour la promotion et la recommandation qui repousse les frontières. Les labels ont aussi à leur disposition des outils pour développer la promotion et le placement de synchro à l’international (Francophonie diffusion). Et pour suivre en temps réel ces diffusions, des outils de tracking très pointus sont accessibles à tous (Mediaforest). Mais les majors ne sont pas en reste, et cherchent aussi depuis plusieurs années à multiplier les sources de revenus, en développant l’association musique et marque (U think  !). Elles cherchent aussi, en s’associant à des start-up, à créer de l’expérience autour des artistes et de leurs musiques, effet des réseaux sociaux sur les modes de consommation oblige. Le social gaming musical est en plein essor (Bopler Games). Mais l’un des grands chantiers pour l’avenir de la musique en ligne, c’est la qualité de mise en contexte, avec un énorme travail à réaliser sur les métadonnées (Music Story).

Des entreprises, des services innovants, il en existe beaucoup d’autres. Ce ne sont là que des pistes, tracées par quelques-uns de ceux qui préparent aujourd’hui l’avenir de la filière musicale… Comme une invitation à cheminer à travers leurs témoignages. La parole est à eux…


L’avenir de la musique dure longtemps… et il a déjà commencé  !


ROMAIN GUILLOT, Fondateur de Plemi

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique  ?

C’est d’abord en mélomane, musicien et sociologue que j’ai développé ma passion pour la musique, en me tenant plutôt à l’écart de l’industrie. Passionné, je le suis depuis toujours : à ma naissance en 1975, mon père écoutait à fond Miles, Weather Report, Pink Floyd, Gainsbourg, etc. Forcément, ça marque. Musicien assidu en parallèle d’un parcours scolaire et universitaire classique, j’ai sévi en tant que compositeur et batteur au sein de différentes formations…


AYMERIC PICHEVIN, Fondateur de H.O.M.E

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique  ?

Je travaille depuis une quinzaine d’années dans le secteur de la musique avec une expérience transversale, comme auteur d’ouvrages (Autoproduire son disque, Le Disque à l’heure d’Internet), journaliste (correspondant en France du magazine américain Billboard), et comme entrepreneur…

>> Lire l’interview


SÉBASTIEN ARNOULT, Fondateur de Moxity

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique  ?

Malgré plusieurs tentatives (chant, guitare, piano…), j’ai dû me rendre à l’évidence : je ne suis pas musicien. Je suis même particulièrement mauvais… Par contre, je suis un spectateur attentif et assidu. Et je peux me vanter d’être devenu, grâce à Moxity, un – modeste – acteur du secteur. C’est en étant journaliste, en visitant des lieux de spectacles et en rencontrant des artistes, que j’ai pensé qu’il y avait des opportunités. L’histoire a commencé comme ça…


NICOLAS DAHAN, Membre fondateur et directeur des Connexions

- Pourquoi avoir créé Les Connexions  ?

J’ai créé cette structure en 2003 avec quelques amis qui s’investissaient bénévolement dans l’organisation de concerts et de festivals en Drome/Ardèche. À chaque fin de concert, nous étions interpellés par la mer de gobelets jetables et de bouteilles qui se trouvaient au sol. Nous savions que les poubelles étaient remplies de déchets recyclables, mais certains organisateurs…

>> Lire l’interview


GUILLAUME CADE, Directeur mécénat et sponsoring Caisse d’épargne, Esprit musique

- Quelle est la politique de mécénat/sponsoring de la Caisse d’épargne  ?

La Caisse d’épargne est constituée de 17 Caisses d’épargne régionales qui sont chacune libre d’avoir leur propre politique de sponsoring sur leur territoire. Au niveau national, notre rôle est de les soutenir et de les accompagner dans leurs initiatives. Ainsi, nous structurons leurs démarches pour leur donner une ampleur nationale. C’est ce que nous faisons dans le sport (partenaire du CNOSF) et dans la culture (Musique et bande dessinée)…


KATIA BOUFERRACHE, Coordinatrice du Damier

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique  ?

Actuellement coordinatrice de la grappe d’entreprises Le Damier, œuvrant dans le champ des industries de la musique et de l’audiovisuel, mon parcours professionnel est caractérisé par plusieurs expériences de management appliqué au secteur culturel. Mes expériences m’ont conduite à intégrer un cabinet de conseil généraliste en management et stratégie qui m’a permis d’intervenir tant auprès de l’administration centrale qu’auprès du secteur privé pendant…

>> Lire l’interview


CHRISTOPHE MULLER, Directeur des partenariats pour la région SEEMEA YouTube

- YouTube est devenu une plateforme incontournable pour la musique :

YouTube en France c’est 25 millions de visiteurs uniques. Avec les réseaux sociaux, YouTube est devenu un des indicateurs phares : on ne parle plus seulement en termes de « meilleur album », meilleures ventes, mais en nombre de fans, de followers, ou de vues…


ALEXANDRE BOUCHEROT, Cofondateur d’Ulule

- Comment en êtes-vous arrivé à créer Ulule  ?

J’ai fondé Fluctuat.net, webzine culturel en 1998. Mélomane averti, mon expertise est centrée principalement sur la diffusion des productions culturelles sur le web. En 2010, j’ai cofondé Ulule.com avec Thomas Grange…

>> Lire l’interview


VIRGINIE BERGER, Fondatrice et directrice de Don’t believe the Hype

- Pourquoi avoir créé l’agence DBTH  ?

Depuis 13 ans, je regarde, analyse, travaille et souvent peste contre ce qui se passe sur Internet. En 2009, j’ai créé un blog pour transmettre mon expérience et mes idées sur ce que pourraient faire les artistes pour mieux l’utiliser. Cela a suscité un intérêt grandissant. Des artistes, labels et technologies émergentes m’ont proposé…


OLIVIER JABOIN, Adjoint de direction Francophonie diffusion

- Pouvez-vous présenter Francophonie diffusion.

Francophonie diffusion assure depuis 1993 la promotion média internationale de la production musicale française et de ses artistes. Aujourd’hui, Francophonie diffusion est une plateforme promotionnelle qui propose une offre légale à destination des radios, des médias en ligne, des festivals et des professionnels de la synchronisation sur les 5 continents. Au-delà, Francophonie diffusion est une interface entre producteurs, artistes et diffuseurs…

>> Lire l’interview


ERIC JAOUI, Fondateur et directeur de Mediaforest France

- Que fait Mediaforest  ?

Mediaforest s’appuie sur une technologie créée dans la Silicon Valley qui permet de savoir où, quand et comment sont diffusés les artistes à la radio et à la télévision. Avec une spécificité : on fait du tracking à la seconde  ! Aucune diffusion, même de très courte durée, ne nous échappe. Nos utilisateurs savent en temps réel leurs diffusions et le montant de droits Sacem qu’ils génèrent. On a également un système personnalisable de top/classement des diffusions radio. On fait également beaucoup de veille des catalogues éditoriaux…


CÉCILE RAP-VEBER, Directrice d’Universal Music Consultings and Contents (Uthink  ! / projets spéciaux / merchandising)

- Que fait Uthink  !  ?

Nous travaillons sur l’association musique et marque, sur trois grands types d’activités : endorsement, concerts privés, et placement de produits. U think  ! est une filiale d’Universal, nous fonctionnons comme une agence, nous avons d’ailleurs une licence d’agence de mannequinat, obligatoire pour pouvoir proposer l’utilisation de l’image d’un artiste pour faire de la promotion. Nous avons un rôle de conseil auprès des annonceurs. Nous ne nous substituons pas aux agences de pub, mais…

>> Lire l’interview


ALBIN SERVIANT, Président-directeur général de Bopler Games

- Que fait MXP4  ?

MXP4 propose aux fans de musique de nouvelles expériences interactives autour de l’écoute. Nous créons des jeux musicaux de nouvelle génération, directement intégrables sur les réseaux sociaux et sur mobile. La marque commerciale est Bopler Games. Nous permettons aux fans de jouer, au sens propre du terme, avec leurs morceaux favoris. Les jeux sont variés…


JEAN-LUC BIAULET, Fondateur de Music Story

- Que fait Music Story  ?

Nous sommes spécialisés dans le traitement et l’enrichissement des métadonnées de la musique : ingestion et désambiguïsation des catalogues, qualification des données, création de rédactionnel propre (biographies, chroniques…), agrégation de photos… Sans compter les services techniques de distribution de ces données à nos clients. Ce travail est effectué au plus près de l’actualité (concerts, sorties), avec les responsables promo des labels…

>> Lire l’interview


BONUS TRACK


QUENTIN NICOLLET, Sales & marketing manager, Earmaster aps

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique ?

Musicien amateur à titre personnel, je suis entré dans le secteur professionnel de la musique en 2006 lorsque j’ai commencé à travailler en tant que responsable marketing pour la société danoise EarMaster ApS. Depuis cette date, ma vie privée et ma vie professionnelle se recoupent progressivement avec pour point d’encrage la musique.


GÉRALDINE NOËL, Fondatrice de Play it by ear

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique ?

Premier emploi aux Trans Musicales en 1997 à la coordination des médias internationaux, puis Bureau export de la musique française en tant que Directrice Exécutive adjointe pendant 4 ans, Atmosphériques comme responsable de l’international (Ghinzu, Tahiti 80, Mellow, Louise Attaque, Abd El Malik…) pendant 4 ans jusqu’en 2006…

>> Lire l’interview


DENIS TALLEDEC, Directeur du Collectif Culture Bar-Bars

- Quel est ton parcours personnel en lien avec le secteur de la musique ?

Après avoir organisé de petits concerts dans les années 1990, fait dix mille métiers (dix mille misères au début des 1990 ; administrateur de compagnie, directeur de structures intercommunales,…) j’ai intégré l’association Trempolino à la fois en charge de la mission d’information, du disque et de l’antenne régionale du Printemps de Bourges…


TOM GAUTHIER, Fondateur de Beloola

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique ?

Je ne suis pas issu de l’industrie du disque à la base. Je suis plutôt un novice du secteur mais ma "naiveté" sur ce marché nous a pour le moment plutôt réussi lors de nos échanges avec des acteurs de ce milieu. Je suis issu d’une formation supérieure en marketing puis…

>> Lire l’interview


CHRISTOPHE CAURRET et FABRICE BROVELLI, Superviseurs musicaux, fondateurs de BETC Music


MATTEO CARGNELUTTI, Fondateur de ZikCard.com

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique ?

Avant d’être développeur web, j’ai été musicien. Le bac en poche et, ayant fait mes classes sur la scène locale, je me suis lancé dans un projet solo, Mister Alone. Je connais donc la vie de musicien en voie de professionnalisation, et tout ce que cela implique…

>> Lire l’interview


MARINA QUAISSE, Chargée de projet numérique, Asso6sons

- Quel est votre parcours personnel en lien avec le secteur de la musique ?

L’apprentissage d’un instrument, du solfège et la pratique collective m’a mené a évoluer dans le secteur de la musique. Ces expériences artistiques m’ont donne l’envie d’aller plus loin et de comprendre l’environnement de l’artiste…


Dossier réalisé par Romain Bigay et Frédéric Drewniak
PUBLICITÉ

EN QUELQUES CHIFFRES, L’OFFICIEL DE LA MUSIQUE C’EST :

14 entretiens de professionnels présentant de nouveaux usages et services au sein de la filière musicale ou en relation avec elle.

25 000 contacts rattachés à plus de 15 000 activités commentées bénéficiant toutes d’un descriptif complet.

• Un outil facilitant la communication vers les acteurs du secteur en proposant 8 840 e-mails et 7 810 sites web.

• Plus de 80 métiers en situation qui concourent à la diversité et à la richesse du monde de la musique.

RICHESSE ET DIVERSITÉ SE DÉCLINANT COMME SUIT :

1 800 structures travaillant directement dans le secteur de la musique enregistrée dont 900 maisons de disques, distributeurs de musique.

2 550 diffuseurs de spectacles dont 1 060 salles, clubs et cafés-concerts, 480 agents, tourneurs et producteurs de spectacles, 650 festivals et tremplins.

1 900 artistes référencés à leur éditeur, manager, tourneur ou maison de disques.

1 200 médias offrant un large panorama de ce secteur avec entre autres, plus de 130 journalistes spécialisés ayant leur propre fiche, 360 radios locales diffusant régulièrement des émissions musicales, 350 organes de presse papier ou en ligne et l’ensemble des télévisions et radios nationales.

400 structures de promotion et de communication allant des agendas concerts papier ou en ligne, aux activités de crowdfunding, de social gaming, de promotion en ligne ou événementielle, d’attachés de presse free lance ainsi que les salons professionnels en France comme à l’étranger.

930 activités autour de la supervision et de l’édition musicale (270 références), de la ressource, du management et de l’accompagnement. On y retrouve également avocats spécialisés et prestataires administratifs (gestion et traitement des paies, par exemple).

400 structures présentant une revue exhaustive de l’offre en matière de formation professionnelle technique (sécurité, sonorisation, lumières, régie, etc.) et administrative (droits d’auteur, administration/gestion de projets culturels, management, fiscalité, etc.).

645 organismes professionnels et institutions de l’État intervenant dans le domaine de la musique.

>> SE PROCURER L’OFFICIEL DE LA MUSIQUE

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0