Musiques actuelles et musiques classiques entrent en concertation

Publié le lundi 16 avril 2018

POLITIQUE

Réunis à l’Assemblée nationale lundi, les réseaux et fédérations « musiques » ont lancé une concertation sur les politiques publiques.

L’hypothétique Centre national pour la Musique (CNM) aura au moins déjà réalisé cela : la mise en œuvre d’un dialogue réunissant les réseaux, organisations et fédérations présentes sur ces deux secteurs et relevant d’un « monde du milieu » alliant public et privé.

Constatant que « l’intervention publique en direction des musiques souffre d’une prise en compte trop restreinte de la diversité des acteurs du champ musical dans son élaboration et sa mise en œuvre », les signataires du communiqué inter organisations du 17 janvier aux BIS, rejoints par d’autres, ont réalisé, lundi à l’Assemblée nationale, une rencontre de plénière « Pour le lancement d’une concertation sur les politiques publiques en faveur des musiques ».

Porté par un « groupe de travail informel », cette mobilisation amorce sa démarche politique en cherchant à étoffer le dialogue. « Des pans entiers de cette diversité musicale que nous représentons sont invisibilisés dans des dispositifs ou des espaces de concertation cloisonnés entre esthétiques, modèles économiques ou entre les différentes échelles territoriales » indiquait l’appel. Cette matinée d’interventions fût donc l’occasion de faire ressortir des valeurs partagées, notamment celles de la défense des diversités, l’appui sur les droits culturels ou l’importance et l’urgence de la co-construction avec les collectivités territoriales et l’Etat dans un cadre d’économie mixte.

Salué comme « une esquisse de parole commune », ce premier débat, capté, devrait être accessible rapidement. Pour les organisateurs qui ont prévu de se revoir prochainement « la dynamique est lancée » dans une logique d’élargissement qui s’appuyer sur un lexique partagé.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU