Musique et numérique : créer de la valeur par l’innovation

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le vendredi 20 avril 2007

Etude

D’avril 2006 à mars 2007, le projet "Musique & numérique" initié par la Fing et soutenu par de nombreux acteurs de la filière, a prospecté différents modèles pour trouver des éléments de réponse à la baisse dramatique du marché de la musique enregistrée. Restitution.

Cette initiative de la Fing (Fondation Internet nouvelle génération), soutenue par l’Adami et la Spedidam, a réuni pour la première fois les majors et les indépendants, les organisateurs de concerts, les acteurs de l’internet, les activistes de la musique, les représentants des artistes, etc. : Acsel, CLCV, Fédurok, Geste, Qwartz, SNEP, UFC Que Choisir, UPFI ainsi qu’une centaine d’acteurs de la musique et du numérique, sans compter les contributions des internautes sur le site http://musique.fing.org.

JPEG - 9.5 ko

Nous vous avions longuement parlé de cette démarche en mars dans le focus "La Fing rétablit le dialogue pour envisager l’innovation", et comme prévu, c’est hier dans l’amphithéâtre de la Cité de la Musique qu’a eu lieu la restitution publique.

Retrouvez ci-dessous l’étude de la Fing :

Télécharger la Synthèse de l’étude "Musique & Numérique : la carte de l’innovation" 127 pages (pdf 1Mo)
ou

La synthèse du rapport (4 pages - pdf 245Ko)

Quelques extraits de la synthèse :
Six sources innovantes de création de valeur économique :

- Accroître la valeur économique d’un enregistrement, en le transformant en une "expérience" personnelle, en multipliant ses formats et "créneaux" d’exploitation ;
- Valoriser la relation avec les artistes, du "fan club" en ligne à la souscription, du merchandising à la Star Ac, en passant par les "amis" artistes de MySpace ;
- Développer la valeur économique des concerts par la publicité et le sponsoring, la complémentarité avec le disque ou encore l’accès distant et/ou différé ;
- Valoriser la construction et l’enrichissement de son univers musical personnel : vivre "sa" musique où l’on veut, quand on veut et comme on veut -, mais aussi partager ou étendre son univers musical ;
- Proposer des services destinés à faciliter l’accès d’inconnus à des moyens de production, de diffusion, d’échange avec des communautés d’amateurs, etc. ;
- Développer l’usage de la musique comme "supplément de valeur" associé à d’autres produits et services : marques, espaces, offres de services …

Trois sources innovantes de monétisation des contenus musicaux

- Paiement direct par les consommateurs : achat (avec une infinie diversité de modes de paiement), "location", abonnement, vente liée, souscription, don…
- Paiement par des tiers : licences de diffusion publique, publicité, grands portails, fabricants de baladeurs, fournisseurs d’accès…
- Les systèmes de gestion numérique des droits (DRM) comme sources de mesure et de collecte de valeur, plutôt que de "protection" contre le consommateur.