IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Centres d’information > CIMT > CIMT Actualités > Artistes et répertoire > Izza Génini célébrée par l’Académie Charles Cros

Publié le jeudi 24 novembre 2011

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  

Izza Génini célébrée par l’Académie Charles Cros

Le jury de l’Académie Charles Cros a décerné ses des Coups de Cœur Musiques du Monde 2012 à l’occasion de Babel Med Music. Dans la catégorie DVD, ils reviennent au coffret Maroc en Musiques et au CD-DVD Nûba d’Or et de Lumière , tous deux le fruit du travail qu’Izza Genini consacre aux musiques du Maroc depuis des années.

Maroc en Musiques contient onze de ses films musicaux filmé ces musiques "de l’intérieur". Ces documentaires abordent de nombreuses facettes de la musique traditionnelle marocaine telle qu’elle est pratiquée par le peuple au sein de confréries ou à l’occasion de fêtes et de rituels. Re-mastérisés pour cette édition en DVD, les films bénéficient de nouveaux commentaires.


Maroc en Musiques
menu de détail des 3 volumes et 11 films
avec liens vers des extraits vidéos en ligne

• Volume 1

Vibrations en Haut Atlas - 1993 -­ 27’

Dans le Haut-Atlas, une piste sinueuse conduit à la vallée de Aït Bouguemez, là où les marques de la vie moderne s’éloignent pour laisser l’homme seul face au ciel et à la terre.

La musique est l’émanation naturelle et spontanée de cet univers primordial : les chants des femmes en polyphonie aiguës, en youyous ou en ritournelles accompagnent chacune de leurs actions. La flûtes et le tambourin sont les seuls instruments que les hommes pratiquent, en particulier lorsque le soir venu les villageois se retrouvent pour danser Adersi, la danse qui rappelle la ronde cosmique.

Nuptiales en Moyen Atlas ­‐ 1993 – 25’ Dans le Moyen-Atlas, autour de Khenifra, les tribus Zayane et Ichker se réunissent pour la représentation de la noce mythique de Asli et Taslit, le Fiancé et le Fiancée.

Dans ces régions imprégnées de croyances, ils sont les symboles du Ciel et de la Terre qui, en s’unissant suivant une mise en scène précise composée de chants et de danses, feront jaillir les forces vives de la végétation. Pour leurs clans respectifs ils incarnent toutes les espérances de fertilité et de fécondité que la communauté exprime dans la ronde de l’Ahwache, devant les immenses tentes berbères au rythme des dizaines de bendirs.

Gnaouas  – 1993 – 25’

L’Afrique Noire coule dans les veines du Maroc.

Esclaves venus à partir du XV° siècle avec l’or du Soudan Occidental, les Gnaouas ont formé des confréries qui pratiquent encore des rituels de possession et d’exorcisme qui empruntent autant au monde préislamique qu’aux rituels des divinités africaines. Ces cérémonies religieuses et thérapeutiques, accompagnées par la basse du grand luth hajhouj, le crépitement des crotales métalliques et le battement sourd du tambour appellent le mlouk, le génie bienveillant qui descendra sur le danseur au sommet de sa transe.

Rythmes de Marrakech  – 1989 – 25’

A Marrakech, les rythmes des tambourineurs de la Dekka, des femmes percussionnistes des Houara, des musiciennes de la Aïta et des Mwazniya ces violonistes qui jouent en dansant, résonnent dans toute la ville.

La fête de Achoura est le temps privilégié de la musique, toute la médina vibre au son des tambourins, des crotales et du Neffar, longue trompe de cuivre. Dans les ruelles de la médina les troupes de chaque quartier rivalisent de virtuosité avant de se retrouver dans les jardins de la Ménara pour célébrer dans la joie la fête champêtre de la nzaha.


• Volume 2

Louanges  – 1988 – 27’

Entre Volubilis et Meknès, le sanctuaire de Moulay Idriss I°, fondateur du Royaume islamique du Maroc, est le théâtre de l\’un des plus importants pèlerinages religieux du Maroc.

Lors du moussem annuel, la confrérie soufi des Alamiyine inaugure les cérémonies par la khamra ( symbole d’ivresse) qui conduit les adeptes par des phases de plus en plus haletantes à l\’extase de l\’union mystique avec le divin. Puis, pendant huit jours, des processions de tambours et de hautbois mèneront sur des rythmes libérateurs des défilés de confréries et de simples pèlerins en quête de bénédictions.

Des luths et délices  – 1988 – 28’30

Au nord du Maroc, la ville de Tétouan est surnommée "Fille de Grenade". Abdelsadek Chekara et son orchestre y interprètent le répertoire classique des noubas, suites musicales aux accents de flamenco héritées l’Andalousie si proche.

Tétouan perpétue le souvenir de l ‘Age d’Or qui fut celui de l’Espagne tolérante où chrétiens, juifs et musulmans vivaient dans la convivialité exprimée en particulier par la musique. Abdelsadek Chekara sait aussi la innover en jetant un pont entre la ala classique, le flamenco et le chaabi, la musique populaire.

Cantiques brodés (Matruz)  – 1989 – 26’

Les Juifs et les Musulmans du Maroc ont préservé avec ferveur et passion les trésors de leur patrimoine musical commun hérité de l’époque bénie de l’Andalousie tolérante et conviviale d’avant 1492.

Le MATRUZ, littéralement « pièce brodée » est un genre musical qui illustre parfaitement cette co-existence. Dans une poésie bilingue où se succèdent des vers en hébreu et en arabe, le rabbin Haïm Louk et le maître de musique andalouse Abdelsadek Chekara de Tétouan, interprètent quelques morceaux de ces cantiques brodés au cours d’un concert exceptionnel organisé à Paris en Décembre 1987 par l’Association Identité et Dialogue.

Chants pour un Shabbat  – 1989 - 25’

En quittant le Maroc, les Juifs ont emporté avec eux leur chant religieux, leur "hazanout".

Réunis à la Synagogue Buffault de Paris, le rabbin Haïm Louk, venu de Los Angeles, et les hazanim ( les chantres) Malkiel Benamara, Albert Bouadanah, Gad Benchabat, Elie Tordjman et Salomon Nahmias, tous originaires du Maroc, entonnent ces chants qui marquent tous les moments de la vie juive, en particulier celui du Shabbat. Interprétés sur le mode des noubas andalouses, ces chants réunissent des groupes d’adeptes fidèles au Roi David le psautier appelés les « Gardiens de l’Aube »


• Volume 3

Aïta – 1988 – 28’

Interprétée par les cheikhate, (des musiciennes itinérantes ), la aïta est le cri qui devient chant, chant qui devient appel : appel à la mémoire, appel à témoin de la douleur, appel au dépassement de soi, la aïta est aussi un cri d’ amour et d’ espérance

Face à l’océan Atlantique, au sud d’El Jadida, le Moussem de Moulay Abdallah est le lieu d’expression idéal de la aïta. Fatna Bent El Hocine, une des cheikhate les plus célèbres du pays, s’y produit chaque année avec sa troupe Oulad Aguida pour le bonheur des cavaliers de la fantasia et celui d’un public passionné.

Malhoune  – 1989 – 25’

Le malhoune signifie la "parole dialectale chantée".

Issu d’un genre né dans le Tafilalet au XII° siècle, le malhoune est toujours brillamment perpétué par les orchestres de Meknès et de Marrakech qui interprètent dans une forme proche de la poésie classique l’expression millénaire de la sagesse populaire, des espérances de l’homme et le miroir de sa réalité quotidienne. Le salon de musique qui se tient chaque vendredi soir avec "la régularité du jour qui se lève" chez l’un ou l’autre des mélomanes est l’occasion de renouveler le répertoire de ce patrimoine vivant.

Tambours battant – 1999 – 52’

« Les tambours emplissaient l’espace. Il y en avait des ronds, des plats, des ventrus… Il y en avait de minuscules et d’énormes comme ceux des musiciens qui venaient virevolter sous nos fenêtres à Casablanca… »

A travers les percussions omniprésentes pendant la fête de Achoura, à travers le récit personnel de Izza Génini, le film Tambours Battant interroge la place que la musique tient dans l’identification d’un être à ses origines sociales et culturelles.
Par quel secret la musique -profane ou sacrée - relie-t-elle un être à son monde et parfois à lui-même ?

PUBLICITÉ

Les actus du CIMT

K-fé rencontre ethnomusiKa

Le 24 avril 2014, de 19h à 21h, au bar Aux chiffons, 90 rue Marcadet, Paris (75018), ethnomusiKa propose une rencontre avec l’ethnomusicologue et cinéaste Patrick Kersalé (Geozik)

Le 4 mai 2014, de 12h à 14h, à la Péniche Anako, face au 61 quai de Seine, Paris (75019) aura lieu un Brunch ethnomusiKa avec Anne-Florence Borneuf : “À la recherche des chants ganga" (Croatie, Bosnie-Herzégovine)

Tremplin des JMF

Les Jeunesses Musicales de France (JMF) et les JMF Lorraine organisent un Tremplin consacré aux musiques traditionnelles.

Pour y participer, vous devez envoyer votre dossier de candidature au Tremplin des Musiques Traditionnelles de Mirecourt (88) avant le 1er mai 2014.

Musica Criolla de Venezuela

Du 27 juillet au 3 août 2014, à Mirecourt (88), l’association Sonar propose, pour la treizième année, un stage encadré par Cristobal Soto et Richard Sandoval.

Celui-ci aborde les musiques traditionnelles du Venezuela dans ses pratiques individuelles et d’ensemble, concerne tous les niveaux et rassemble des élèves de différents pays.

Danses et percussions africaines

Les dimanches 6 et 27 avril, 11 mai et 1er juin 2014, à Pertuis (84120), Sidiki Koumbassa propose un stage de danse guinéenne.

Les samedis 17 mai et 14 juin 2014, à Pertuis (84120), Pape Sambe propose un stage de danse mandingue.

Stage avec Titi Robin

Du 5 au 9 mai à La Grande Boutique, Langonnet (56), Drom propose un stage "Interprétation, improvisation, composition" avec Titi Robin.

Ce stage s’adresse à des musiciens de niveau professionnel. Les candidats seront sélectionné sur dossiers, dans la limite de 15 places. Répondre avant le 17 mars 2014.

Planètes Musiques

Le CIMT présente la septième édition de son Guide-annuaire Planètes Musiques.

Outil de référence nécessaire à toutes les démarches et recherches professionnelles dans le domaine des musiques du monde et des musiques traditionnelles, cet ouvrage contient 5500 contacts expertisés et sélectionnées.

Fruit du travail de veille et d’expertise du Centre d’information des musiques traditionnelles et du monde (CIMT), Planètes Musiques est le Guide-annuaire indispensable aux artistes, producteurs, acteurs professionnels et amateurs des musiques traditionnelles et du monde.

Les Musiques Noires exposées à Paris

Jusqu’au 24 août 2014, la Cité de la Musique de Paris (75019) invite Mondomix à exposer les musiques noires. Unique en son genre, l’exposition Great Black Music propose une immersion dans les sons et images.

Le visiteur, aux commandes d’une tablette, écouteurs aux oreilles, se lance dans un parcours multimédia. Suivant ses émotions, il expérimente la diversité des danses, rythmes et voix qui ont révolutionné les musiques populaires.

D’un univers à l’autre, la créativité des artistes modèle le génie d’une culture qui ne pourra plus être niée… jamais plus.

Festival de l’Imaginaire

Jusqu’au 1er juin 2014, à Paris (75), la 18e édition du rendez-vous initié par la Maison des Cultures du Monde promet de merveilleux voyages musicaux dans les cultures de la planète.

Au programme, des chants populaires de Corée, du Haut Atlas marocain, traditionnels du golfe du Tonkin, des lettrés du delta du Mékong, de la liturgie orthodoxe copte, des joutes andalouses, d’une confrérie soufie sénégalaise, de femmes iraniennes, des Pygmées Aka, etc.

Eurofonik

Les 11 et 12 avril 2014 à Nantes (44), se tient la troisième édition du festival Eurofonik, dédié aux musiques des mondes d’Europe.

La première soirée, intitulée “Nuit Danse”, propose des concerts dansés, un bal métissé, un fest-noz débridé et des farandoles endiablées. La seconde déroule trois scènes : "Eurofolk", "Brèches" et "Les Grandes Voix de l’Europe".

Production et diffusion en débat

Le 11 avril 2014, à la Cité des Congrès de Nantes (44), dans le cadre du festival Eurofonik, la FAMDT et Zone Franche organisent une rencontre nationale.

Son thème : “Production et diffusion des musiques traditionnelles et du monde : des coopérations à réinventer”. Y sont conviés les artistes, diffuseurs, producteurs et autres personnes concernées.

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0