Malgré le streaming, le marché fléchit

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mercredi 30 avril 2014

Musique enregistrée

Le Snep a présenté les chiffres du marché français de la musique enregistrée au 1er trimestre 2014. Le recul conjoint des ventes physiques et des téléchargements à l’acte ne compense pas la croissance du streaming : le marché enregistre une baisse de 7,1% de son chiffre d’affaires.

Le marché global
Lors d’un point presse qui s’est tenu ce jour, le Snep a détaillé ce "fléchissement", principalement dû à l’effet des reculs de vente physiques (-12,6%) et de téléchargement (-10%). Sur les trois premiers mois de l’année 2014, le marché français réalise ainsi un chiffre d’affaires de 100,3 M€, soit une baisse de 7,1%.

Les ventes numériques
En hausse de 6,6%, les ventes numériques gagnent 4 points et représentent désormais un tiers du chiffre d’affaires de la musique enregistrée, contre 20% au 1er trimestre 2011 et 29% au 1er trimestre 2013. La croissance globale du marché de la musique numérique est ainsi de 25% en 3 ans.

Le streaming devient le premier usage en ligne avec une croissance de + 40%
Le streaming franchit le cap des 50% des ventes numériques. Avec un chiffre d’affaires en hausse de 40% et un gain de 12 points par rapport à l’an dernier, il est à lui seul le moteur de la croissance des ventes de musique numérique.

Le streaming représente désormais 17% du marché total
Qu’il s’agisse des services financés par la publicité ( +44%) ou des abonnements (+38%), les offres de streaming trouvent leur public et deviennent un mode de consommation majeur de la musique enregistrée. Près de 2 millions de français sont abonnés à un service de streaming audio. Le chiffre d’affaires réalisé par le modèle de l’abonnement concentre 80% des revenus du streaming audio.

Le point presse a été l’occasion de saluer l’arrivée de nouveaux acteurs sur le streaming, avec notamment Fnac Jukebox, et également de rappeler les priorités du Snep à venir : exposer davantage d’artistes dans les médias traditionnels ; et renforcer la protection de la propriété intellectuelle sur Internet.