MUSIQUE ET MÉTADONNÉES : LES EXPLORATEURS

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le lundi 25 avril 2016

En 2011, l’Irma s’intéressait, via un focus et une conférence, aux métadonnées. 5 ans plus tard, il n’est plus question d’enjeux et de pistes d’avenir. Les métadonnées musicales sont devenues un marché économique, où expérimentations et business se conjuguent au quotidien. La nouvelle filière est en marche, et les métadonnées en sont l’outil ! Petit tour, non exhaustif, des personnes et entreprises qui la construisent aujourd’hui.

VINCENT CASTAIGNET

Musicovery
« Musicovery cherche toujours à optimiser le processus de personnalisation. Actuellement nous testons de nouveaux modèles mathématiques pour adapter plus tôt la personnalisation à partir des données comportementales et de la mesure de la qualité de chaque playlist générée à chaque auditeur » >>Lire l’article

Matthias ROBINE

Simbals
« On présente Simbals par l’intelligence des données musicales, parce qu’à partir de la nébuleuse de données à notre disposition on doit répondre simplement aux questions complexes de nos clients » >>Lire l’article

Denis GAUCHER

Kantar Media- BIPP
« A partir du moment où l’on envisage quelque chose autour de la musique, BIPP peut être utilisée (reconnaissance de pochettes, de sons, enrichissement de contenus…). C’est un outil qui va fluidifier le fonctionnement de la filière musicale, tant pour la collecte de droits que pour la vente ou la distribution, physique ou numérique » >>Lire l’article

Jean-Luc BIAULET

Music Story
« La musique est une somme d’acteurs, et une chaîne de valeur extrêmement complexe : auteurs, compositeurs, interprètes, producteurs, éditeurs, SPRD… Et peut-être que la data est le seul élément qui constitue un véritable liant. C’est pour cela qu’elle est stratégique » >>Lire l’article

François MILLET

Vital Song / BOEM
« En l’absence d’offre légale, des réponses illégales apparaissent pour répondre aux besoins des consommateurs. Le guichet unique était la seule solution crédible et viable vis à vis du public et des exploitants de paroles » >>Lire l’article

Jean-Robert BISAILLON

TGiT
« 2016 va certainement être l’année des grands déblocages. La base ISRC a été rendue publique, sous peu la base ISWC Fast track va aussi l’être pour tous les ayants droit. Le projet Cis-net for right holders devrait permettre de rendre publiques et interrogeables les informations sensibles liées aux identifiants uniques. Le problème de la mise à disposition des informations de base devrait être solutionné au moins en partie au cours de cette année » >>Lire l’article

Julien PHILIPPE

Agrégateur Youtube
« Les débuts de Youtube, c’était le « far west » en termes de droits et de monétisation. Les choses se mettent en place pour une bonne régulation. La monétisation Youtube est un service forcément limité en terme d’offre, puisqu’il faut un contrat spécifique avec la plateforme »>>Lire l’article

Magali CLAPIER

Transparency Rights Management
« Il ne s’agit pas de dire qui fait bien ou mal les choses, il s’agit de réduire les dysfonctionnements entre d’un côté une industrie relativement traditionnelle et de l’autre des acteurs numériques qui raisonnent d’abord en terme de services »>>Lire l’article

Xavier FILLIOL

Radioline
« La métadonnée est capitale, c’est la matière première qui nous permet de proposer de nouveaux services et de créer de nouveaux médias. Mixer flux audios et flux vidéos pour créer un nouvel hypermedia ne peut se faire qu’à partir de contenus enrichis »>>Lire l’article

Bertrand et Johann SEBENNE, Pierre ANOUILH

Blitzr
« Notre chantier prioritaire pour 2016, c’est d’avoir la BDD la plus complète et la plus exhaustive au niveau mondial. Ensuite, nous serons à même de recroiser notre BDD avec toutes les métadonnées juridiques permettant l’identification et le paiement des droits »>>Lire l’article

Dossier réalisé par Romain BIGAY