Les situations d’emploi des musiciens intervenants diplômés des CFMI

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mercredi 18 octobre 2006

Rapport

Les différents enseignements tirés de l’analyse de l’ensemble des matériaux recueillis dans le cadre de cette étude permettent de dresser un tableau riche et contrasté des contextes d’emploi dans lesquels évoluent les DUMIstes, tableau dont les trois dimensions les plus saillantes de diversité, de richesse et de fragilité résument tout autant les spécificités de ce métier que les caractéristiques des situations d’emploi de ceux qui l’exercent.

Cette étude, commandée par la DMDTS à l’agence PREMIER’ACTE, a été réalisée par Mme Dominique LAFOURCADE en collaboration avec un comité de pilotage composé, pour la DMDTS, de Catherine Buard, Sylvie Escande, Marie-Madeleine Krynen, Catherine Lephay-Merlin, Alain Lucchini, Dan Lustgarten, Geneviève Meley-Othoniel, Christian Steinmetz .

Les situations d’emploi des musiciens intervenants diplômés des CFMI - juin 2006

Synthèse

Les DUMIstes, des colporteurs de musiques à la croisée de bien des chemins
Détenteurs d’une part de compétences croisées de création, d’interprétation et de médiation musicales acquises au cours d’une formation dont l’une des richesses est de s’adresser à des musiciens aux parcours extrêmement variés, et exerçant d’autre part un métier aux dimensions à la fois artistique, pédagogique et culturelle, ils viennent en quelque sorte brouiller les catégories d’analyse opposant traditionnellement de façon assez radicale les deux types principaux de musiciens relevant des mondes de la musique savante et de la musique populaire, où la spécialisation (à la fois en terme de compétences, de répertoire et d’activités) et la stabilité d’un côté s’opposent terme à terme à la polyvalence et à la précarité de l’autre.

- Richesse et fragilité d’une diversité plurielle
Ici, la diversité et la polyvalence sont au cœur même des pratiques du musicien intervenant, que l’on pourrait qualifier de musicien d’un troisième type d’abord et surtout itinérant avant d’être intermittent ou permanent : la diversité et la transversalité de ses savoir-faire musicaux, la multiplicité des compétences mobilisées (artistiques, pédagogiques, coordinations de projets) et des écoles visitées dans le cadre d’une seule et même activité (l’intervention en milieu scolaire), la diversification de ses activités et de ses lieux d’intervention (école, école de musique, centre culturel, crèche…) et donc de ses publics à l’intérieur d’un même emploi, la multiplicité de ses partenaires (inspection de l’Education Nationale, collectivité territoriale, école, école de musique) pour un même projet viennent singulièrement complexifier les concepts de spécialisation/ diversification musicale et professionnelle et, plus largement, l’élaboration d’une vision claire et pertinente d’un métier pluriel que la forte composante partenariale rend de surcroît extrêmement sensible aux contextes locaux d’emploi.
Mais avant d’être un souci pour l’analyse, cette forte diversité des profils des DUMIstes, tant aux niveaux de leurs parcours musicaux et biographiques que de la nature, la répartition et le cadre de leurs activités professionnelles pose d’abord et avant tout le problème de l’identification et de la reconnaissance institutionnelles de ce métier, difficulté amplifiée par sa nature itinérante que l’on pourrait aussi qualifier de « non-appartenance’ institutionnelle, qu’illustrent ou renforcent de faibles taux de titularisation et de rattachement à l’école de musique.

- Favoriser la lisibilité de la dimension « personne-ressource’ du DUMIste
Si cette complexité de la diversité rend délicate et limitée toute approche statistique de la diversification des activités du DUMIste, cette étude a néanmoins permis de mettre en évidence combien ce thème de la diversification était au centre de la problématique, puisque c’est bien la mise en valeur de l’articulation des fonctions, des lieux d’intervention et des projets investis par le DUMIste dans le cadre d’un même emploi qui peut venir transcender cette diversité en la résumant à la dimension « personne-ressource’ du DUMIste au service d’une politique culturelle locale, facilitant ainsi la lisibilité de ce métier et de ses potentialités.
Clarifier les mécanismes, modalités et contextes de cette diversification résultant de l’interaction des contraintes et souhaits du DUMIste et de son employeur, mettre en évidence les contextes d’emploi permettant une optimisation des compétences du premier au service de la politique du second permettraient en quelque sorte d’optimiser la nature plurielle du métier de DUMIste tout en réduisant les risques de dispersion de ses activités et donc de son image.
Le taux important de DUMIstes (78%) issus de la formation initiale qui se sont établis professionnellement dans les 9 régions qu’irriguent les CFMI, en plus de poser le problème de la diffusion de ce métier dans les 13 autres régions, prouve en effet s’il en était besoin combien les actions des CFMI ont été déterminantes pour l’enracinement de ce métier, et donc combien le développement de l’emploi est dépendant de certaines formes d’actions et de communications publiques en la matière, basées sur la mise en valeur des spécificités et potentialités d’un métier qui semble correspondre aujourd’hui plus que jamais aux orientations territoriales et transversales des politiques culturelles locales.

Sommaire

Introduction

1. Les grandes lignes du métier et de l’emploi de musicien intervenant
2. Les CFMI et la préparation au métier, ou la relation homothétique entre l’implantation des CFMI et l’insertion de leurs étudiants
3. Profil des étudiants des neuf CFMI
4. Recensement national et régional des DUMIstes
5. L’exemple d’une association employeur de musiciens intervenants : la Fédération Nationale des Centres Musicaux Ruraux (F.N.C.M.R.)
6. Analyse comparative des enquêtes d’insertion internes aux CFMI
7. Les candidats au concours CNFPT 2005 du cadre d’emploi « ASEA » discipline « intervention en milieu scolaire »
8. En conclusion

Annexes : analyses des enquêtes de devenir professionnel des diplômés « formation initiale » des CFMI implantés à Aix, Lille, Lyon, Orsay, Sélestat, Toulouse, Tours.

Documents joints

CRD
Ouverture au public

- Pour la documentation : du lundi au mardi de 14h à 18h

- Pour le conseil : du lundi au mardi de 14h à 18h


Vous pouvez également nous contacter par mail

----

Pour améliorer votre recherche, l’Irma propose également une collection de fiches pratiques, et les réponses aux questions qui lui sont le plus souvent posées.

Le Centre de ressources de l’Irma propose la consultation gratuite de l’ensemble des ouvrages des éditions Irma et l’accès à de la documentation professionnelle et universitaire.. Situé au 22 rue Soleillet 75020 Paris, il est accessible du lundi au mardi de 14h à 18h.
Pour toutes demandes de documentation, contactez-nous.