Les femmes dans la filière musicale

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le dimanche 4 juillet 2010

Musique au féminin était le thème de la fête de la musique 2010 en France. L’occasion nous a amené à poser la question de la place des femmes dans la filière musicale.

Musique au féminin était le thème de la fête de la musique 2010 en France [1]. Ce sujet, adapté au milieu professionnel des musiques actuelles, nous a amené à poser la question de la place des femmes dans la filière musicale et une question à laquelle un certain nombre de femmes (et un homme) œuvrant dans notre filière ont accepté de répondre.
Grâce à l’aide de Pascal Foy et de Carole Perraut, du groupe Audiens, nous avons pu obtenir un certain nombre de données montrant la représentation des femmes dans les musiques actuelles. Un immense merci à Carole pour ce travail de répartition.

La place des femmes dans la société du travail…

"La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme".

Art. 3 du préambule de la constitution du 27 octobre 1946

Il commence à être long, le chemin de la parité Homme-Femme depuis 1791 et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges… depuis le 21 avril 1944 où l’ordonnance d’Alger a accordé le droit de vote aux femmes françaises jusqu’à maintenant avec des avancées sur l’égalité salariale entre les hommes et les femmes…

Des statistiques sexuées.
Si l’on compare la place des femmes au travail dans la filière musicale et dans la société en général, l’Insee nous apprend que concernant l’emploi et le chômage, le comportement d’activité des femmes se rapproche de celui des hommes mais reste marqué par certaines spécificités :


- leur taux d’activité demeure plus faible, mais leurs carrières deviennent plus continues ; 

- leur taux d’activité est sensible à la présence d’enfants et à la catégorie socioprofessionnelle de leur conjoint.

Sur le marché du travail, la situation des femmes reste distincte de celle des hommes, en ce qui concerne :

- les professions exercées, 

- les formes d’emploi occupées,

- les risques de chômage.

Source Insee

Et dans la filière musicale ?

Les femmes ne sont pas des hommes différents

Rachel Cordier, Administratrice de l’Astrolabe

Est-ce que Attachée de presse a un masculin ? Et Assistante de direction ? Dans le secteur de la communication et de la promotion, on sait pertinemment que l’on va demander une attachée de presse spécialisée en radio, en presse, en télé… Et les hommes dans ce milieu sont plutôt rares… La filière musiques actuelles a la réputation d’être très masculine ? Est-ce vrai ? Comment le vérifier ?
Marc Chonier nous dit : « je n’ai jamais ressenti de problèmes ou de gênes à être un homme dans un milieu "dit" principalement féminin. Et il ne me semble pas qu’il y ait eu un jugement extérieur sur cette position aussi bien de mon entourage, que des femmes exerçant ce métier. Certains clichés ont la vie dure : les femmes sont faites pour les métiers de communication, les hommes pour diriger. » (lire l’interview)

Dans l’Étude sur les intermédiaires du travail artistique réalisée pour le ministère de la Culture et de la Communication [2], on obtenait le tableau suivant :

Nous avons demandé à Audiens, groupe de protection sociale de l’audiovisuel, de la communication, de la presse et du spectacle de nous fournir des données sur la répartition hommes-femmes dans les champs dépendant des codes Naf suivants (ceux les plus rencontrés dans notre filière musicale…

- 9001Z Arts du spectacle vivant ;
- 9002Z Activités de soutien au spectacle vivant ;
- 9003A Création artistique relevant des arts plastiques ;
- 9003B Autre création artistique ;
- 9004Z Gestion de salles de spectacles ;
- 5920Z Enregistrement sonore et édition musicale ;
- 7990Z Autres services de réservation et activités connexes.

Concernant la méthodologie employée, on se penchera sur le document en annexe, les graphiques et tableaux proviennent de ce même document. Un seul bémol : l’ensemble du champ étudié représente tout le spectacle vivant, sans distinction particulière pour les musiques actuelles.

Les différentes catégories professionnelles concernées par cette répartition sont :
- les artistes interprètes ;
- le personnel artistique [3], technique et administratif ayant le statut de cadre ;
- le personnel technique et administratif n’ayant pas le statut de cadre.

Pour comprendre les différences présentées plus loin, sont définis comme intermittents du spectacle les salariés cadres et non cadres techniques et artistiques employés en contrat à durée déterminée d’usage.
Un permanent est un non intermittent – qu’il soit en CDI ou en CDD.

19 577 entreprises définissent le périmètre étudié dont 75% relèvent des arts du Spectacle Vivant et dont moins de la moitié déclarent du personnel permanent.

Les chiffres Audiens, tels que présentés [4], montrent une répartition hommes/femmes des effectifs et de la masse salariale associée en fonction de la catégorie professionnelle : 58 000 effectifs permanents et près de 146 000 effectifs intermittents ont été déclarés dans ses entreprises et ont généré plus de 1 300 000 k€ de masse salariale sur 2008. Les effectifs relevant du spectacle vivant représentent plus de 60% des effectifs totaux.

- Dans les emplois permanents, les hommes représentent 47% des effectifs et 54% de la masse salariale.
- Dans les emplois intermittents, les hommes représentent 67% des effectifs et 71% de la masse salariale. CNV Les hommes sont majoritaires dans toutes les catégories professionnelles, excepté dans les emplois de non cadres permanents (46% d’hommes).
Ils représentent 73% des effectifs non cadres intermittents.

Pyramides des âges par catégories professionnelles
Les structures d’âges sont très différentes selon la catégorie professionnelle observée et aussi selon le sexe.
Dans les emplois permanents, que ce soit dans des postes de cadres ou de non cadres, les femmes sont dans des tranches d’âges plus jeunes que les hommes. La pyramide des non cadres est très évasée sur le bas (les moins de 30 ans y sont très présents : - 43% pour les hommes et 50% pour les femmes) alors que la pyramide est plus homogène dans les postes de cadres.

Dans les emplois intermittents, que ce soit dans des postes de cadres ou de non cadres, les femmes sont dans des tranches d’âges plus jeunes que les hommes. La forme de la pyramide est quasiment la même selon la catégorie professionnelle (une forme en ballon de rugby), avec comme différence que celle des cadres est dans des âges plus élevés que pour les non cadres et les artistes. Marie Buscatto rappelle que : "pour les femmes, les réalités sont bien différentes. Soit elles quittent le jazz par lassitude ou par nécessité, soit elles sont limitées dans leur aptitude à construire des relations de travail complices, à participer à des occasions de jeu moins protégées, à travailler sur le territoire français. […] Fatiguées aussi bien des conventions masculines définissant l’interaction musicale que de leurs plus grandes difficultés à s’insérer dans un réseau social efficace, elles tendent à s’éloigner du jazz vers des mondes de l’art ou des pays plus accueillants." (lire l’interview)

Et ailleurs ?

Un article de The Independant : Where are the women to rock the music industry ?, en date du 25 juin 2010, revient sur la place des femmes dans la musique, particulièrement depuis l’arrivée de Lily Allen, Amy Winehouse, etc. Intéressante lecture pour les anglophones, dont nous vous livrons une traduction où une régisseuse de tournée raconte : "Vous devez être particulièrement dure, quand un groupe ou une équipe remarque une faiblesse, ils en tirent avantage…"
Au mois d’avril 2010, à Londres, l’Association of Independent Music (AIM) a organisé une rencontre à propos des femmes dans l’industrie de la musique et du divertissement. Occasion pour Jeannette Lee, co-manager de Rough Trade (The Smiths, Pulp, The Strokes…), de fustiger l’industrie pour ne pas avoir réussi à reconnaître le talent féminin qui se cache derrière la scène, dénotant qu’au cours des années, elle a souvent été prise pour la secrétaire de son associé Geoff Travis.
Helienne Lindvall, journaliste au Guardian écrivait un article intitulé Derrière la music, le fossé des genres n’est pas prêt de se refermer, et où elle démontre, chiffres à l’appui, les inégalités de traitement entre hommes et femmes dans l’industrie de la musique anglaise… Et du côté des artistes ? Quel avis ?
Au Québec, Marie-Christine Blais rappelle que : "on n’est pas loin de la masse critique nécessaire pour que la question du sexe de l’artiste ne se pose plus vraiment. Et dans le cas précis de Cœur de pirate et Ariane Moffatt, personne ne se demande si elles ont ou non leur place dans la musique, elles y sont, et voilà tout."

Paroles de femmes… sur la parité

En France, pour autant, la situation n’est pas si rose…
30% de manageuses dans la musique, c’est toujours 20% de pas assez…Frédérique de Almeida qui s’impose depuis quelques années comme manageuse, nous dit que "c’est d’autant plus dur dans ce milieu quand on est une fille, même s’il y a de plus en plus de "manageuses". Ce qui nous oblige à en faire deux fois plus pour être crédible."
Hanieh Hadizadeh demande (lire l’interview) "pourquoi n’avons-nous toujours pas atteint la parité dans le milieu du disque, que ce soit du coté de la création artistique (producteurs, réalisateurs et meme instrumentistes hormis chanteuses) tout comme côté industrie du disque ? L’artiste en avance sur son temps serait-il un mythe ?"
Et Claire Deligny, interprète et accompagnatrice souligne que : "d’un côté, la musicienne bénéficie d’un capital sympathie qui peut l’aider à obtenir un job, d’un autre côté elle doit faire ses preuves plus qu’un homme pour être considérée en tant qu’instrumentiste."
Pas forcément évident de s’imposer en tant que femme. Hormis en faisant ses preuves. Voire un peu plus que les hommes, c’est ce qui ressort au final de tous les entretiens… Laissons alors à Céline, artiste et technicienne le dernier mot : "Donc, pour moi c’est à nous de dépasser les carcans de notre éducation pour nous sentir à l’aise et faire notre place dans tous les domaines, je pense que les hommes sont prêts, ou forçons-les à l’être !" (lire l’interview)

Dossier réalisé par Jean-Noël Bigotti à partir d’un document réalisé par Audiens.

[1] « J’ai souhaité cette année que la Fête de la Musique fasse entendre tout particulièrement la voix des femmes. En se déclinant au féminin, cette 29e édition offrira une infinité de variations sur ce thème, rappelant tout ce que la musique doit aux femmes, et saluant le courage avec lequel elles ont su, au fil du temps, conquérir leur place d’artistes et de créatrices  », Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication.

[2] (pour le Département des études, de la prospective et des statistiques) par Wenceslas Lizé, Delphine Naudier, Olivier Roueff (Laboratoire de Recherche en Sciences Humaines - LRSH) en 2008.

[3] Par définition, le personnel artistique relève de la catégorie non-cadre. Toutefois, certaines fonctions comme les réalisateurs, les metteurs en scène, les chefs d’orchestre relèvent de la catégorie cadre au vu de leur niveau de responsabilité.

[4] Tous les individus déclarés au moins une fois par une entreprise du périmètre sont comptabilisés. Pour les permanents, que les individus aient contractés des CDD ou des CDI, ils comptent pour un. Pour les intermittents, ont été comptabilisés toute personne ayant contracté un CCD d’usage, et ceci même pour une heure. Les individus sont dédoublonnés : par exemple, un individu déclaré plusieurs fois comme artiste par les entreprises du périmètre n’est compté qu’une seule fois.