Les chiffres de fréquentation des festivals en 2011

Publié le mardi 4 octobre 2011

Spectacle

Florilège des réussites (ou pas) de quelques festivals. Des hauts et des bas dans le nombre d’entrées liés à des choix de programmation, d’emplacements, et également… la météo.

Astropolis (Brest, 29) :
35 500 festivaliers, une fréquentation identique à celle de 2010.

Le Cabaret vert (Charleville Mézières, 08) :
51 000 spectateurs, soit 3000 de plus qu’en 2010. Le festival, en déficit l’an dernier, devrait être à l’équilibre cette année.

Chauffer dans la noirceur (Montmartin-sur-Mer, 50) :
6000 spectateurs, 400 de moins qu’en 2010, malgré une tempête pendant le festival…

Les Escales (Saint Nazaire, 44) :
Record battu : 38 000 entrées payantes contre 35 000 l’année dernière.

Eurockéennes (Belfort, 90) :
93 000 entrées (13 000 de plus qu’en 2010) avec une nouveauté sous la forme d’une seconde grande scène à la place du chapiteau, la scène de la plage devient lacustre. Le nombre de groupe a également diminué passant de 80 à environ 60.

Festival Beauregard (Caen, 14) :
A Caen, 50 000 entrées.

Festival Interceltique (Lorient, 56) :
111 000 entrées (115 000 en 2010). Le mauvais temps a entrainé l’annulation d’une soirée. Mais le bilan devrait être positif, en dépit d’une baisse de la fréquentation globale aussi : 700 000 personnes dans les rues de Lorient contre 800 000 en 2010.

Francofolies (La Rochelle, 17) :
86 000 entrées, soit 7 000 entrées supplémentaires par rapport à 2010.

Garance reggae festival (Bagnols-sur-Cèze, 30) :
Seconde année délocalisée à Bagnols sur Cèze et succès : 48 000 personnes (13 000 de plus qu’en 2010), sur un site agrandi et avec une journée en plus.

Hellfest (Clisson, 44) :
80 000 fans en 2011 (72 000 en 2010). Il s’installe durablement comme l’un des festivals majeurs en Europe.

Jazz à Vienne (Vienne, 38) :
31ème édition avec une affluence record : plus de 100.000 spectateurs venus assister aux 16 soirées (contre 95 000 en 2010).

Main Square festival (Arras, 62) :
100 000 personnes. C’est-à-dire presque autant qu’en 2010 (105 000).

Musicalarue (Luxey, 40) :
36 000 personnes (31 000 en 2010). Le festival pourrait passer de 3 à 4 jours l’an proch ain.

Musilac (Aix-les-Bains, 73) :
82 000 festivaliers (75 000 en 2010).

Nice jazz festival (Nice, 06) :
29 555 personnes sur la totalité du festival avec une fréquentation moyenne journalière de 5 900 personnes (contre 3 750 l’année dernière).

Les nuits secrètes (Aulnoye-Aymeries, 59) :
47 000 spectateurs (56 000 en 2010), une baisse qui s’explique par la pluie et l’absence de fête foraine cette année.

Reggae sun ska (Pauillac, 33) :
50 000 spectateurs, alors que 62 000 personnes étaient attendues (46 000 spectateurs en 2010). Cette année, l’événement était passé de 2 à 3 jours sur un plus grand site.

Rock en Seine (Saint-Cloud, 92) :
108 000 spectateurs. Le pari d’ajouter une quatrième scène, la Pression Live, a payé puisque la fréquentation est sans cesse en hausse (97 000 en 2008, 105 000 en 2009).

La Route du rock (Saint-Malo, 35) :
Environ 20 000 entrées, un peu moins qu’en 2010… La faute à la pluie.

Solidays (Paris, 75) :
155 000 personnes (13 000 de moins qu’en 2010).

Sonisphère (Amnéville, 57) :
Un festival métal avec de nombreuses têtes d’affiche internationales : 75 000 entrées, bilan positif malgré des soucis d’organisation.

Les Suds (Arles, 13) :
60 000 festivaliers, 20 550 entrées payantes (plus 28 % par rapport à 2010), pour un taux de remplissage de 93 %.

Vieilles charrues (Carhaix, 29) :
Cette édition a vu 268 000 festivaliers (dont 212 000 entrées payantes, 198 000 en 2010) s’ébattre pourtant sous la pluie… soit 30 000 de plus qu’en 2010. Il confirme sa première place de plus grand festival de musique français en termes de fréquentation.


Bilans des années précédentes :

- Les chiffres de 2010

- Les chiffres de 2009

- Les chiffres de 2008

- Les chiffres de 2007


Sources : La Lettre du Spectacle, La Scène et sites des festivals.

Pour mémoire, la rubrique festival de labase de données de l’Irma contient 1480 entrées.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU