Le destin d’une oeuvre à l’ère numérique

Étude

Cette étude, réalisée en 2007 par Aymeric Pichevin pour l’Adami, décrit le mode de consommation des oeuvres circulant sur Internet. Si plusieurs idées ressortent (catalogue à étoffer, nécessité de trouver un processus simple de licence, mais aussi multiplication des sources d’accès au contenu), la conclusion met en avant l’impossibilité de trouver une solution unique.

"Hier, le destin d’une œuvre consistait à lui assurer une diffusion protégée auprès d’un public spectateur qui assistait à son exécution. Aujourd’hui, la révolution numérique a modifié ce rapport passif à l’œuvre : celle-ci est diffusée par une multitude de canaux et le public est à même de s’en emparer, de la modifier, de la recomposer et de la rediffuser à sa guise, à l’identique ou transformée. Si l’œuvre elle-même subit de plein fouet ce nouveau parcours, le droit moral est souvent bafoué et l’exploitation financière remise en cause".

SOMMAIRE

Introduction

1. Un monde à créer : les modèles de consommation

2. Le consommateur au coeur - le web 2.0

3. Les processus d’autorisation en questions

4. Une croissance à libérer

5. Impact et questionnements pour les industries de la musique et de l’audiovisuel

Conclusion - Du modèle à l’oeuvre

> Téléchargez l’étude Le destin d’une oeuvre à l’ère numérique.

Un atelier sur ce sujet a eu lieu lors des 8e Rencontres européennes des artistes à Cabourg en novembre 2007. Téléchargez le compte-rendu de cet atelier sur le site de l’Adami.

CONSEIL - ORIENTATION

L’IRMA propose des permanences de conseil pour les porteurs de projets musicaux.