Le Snep modifie le seuil d’attribution des disques d’or

Publié le mercredi 12 juillet 2006

Distinctions

Depuis le 1er juillet 2006, les seuils de vente permettant l’attribution des disques d’argent, d’or, de platine ou de diamant ont été abaissés par le Snep. Cette décision ne fait pas l’unanimité au sein des producteurs phonographiques.

Les ventes de disques chutant en France depuis 2003, les distinctions du "Disque d’or" se font plus rares… Le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) a donc décidé de revoir à la baisse les nombres de ventes permettant les attributions, avec l’objectif de revaloriser les productions.
Dorénavant,
- pour recevoir un disque d’argent, un artiste devra désormais vendre 35 000 albums au lieu de 50 000
- pour l’or, 75 000 exemplaires au lieu de 100 000
- pour le platine, 200 000 au lieu de 300 000
- enfin pour le diamant, 750 000 au lieu d’un million

Selon certains producteurs comme Vincent Frèrebeau, directeur du label Tôt ou tard, cette réévaluation des seuils fait craindre une dévalorisation de ces distinctions "au rabais". L’Union des producteurs phonographiques français indépendants (UPFI), par son directeur Stéphane Bourdoiseau (et PDG de Wagram), exprime son regret face à une "décision unilatérale" prise sans concertation de l’ensemble des producteurs. Il renvoie aussi le Snep à la stratégie développée par les majors : "Si le marché a baissé, c’est aussi parce que les majors investissent moins dans le développement local. Les structures, souvent indépendantes, qui ont fait cet investissement ont connu des réussites avec des artistes comme Louise Attaque, Corneille, Carla Bruni ou Vincent Delerm".
Vincent Frèrebeau a ainsi déjà prévenu qu’il ne déposera pas de demande de certification d’un disque d’or à moins de 100 000 exemplaires…


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU