Le SMA interpelle Fleur Pellerin sur le plan Smac

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mercredi 14 janvier 2015

Politique culturelle

Dans un courrier adressé ce jour à la ministre de la Culture, le Syndicat des musiques actuelles interroge le décalage entre la volonté de mettre en place une politique ambitieuse pour les musiques actuelles et la faiblesse du soutien financier apporté au plan Smac.

Cette semaine, un texte cosigné par 14 organisations des musiques actuelles, dont le Syndicat des musiques actuelles (SMA), pointait le déséquilibre engendré par le budget alloué à la Philharmonie, supérieur aux projections budgétaires pour les lieux de musiques actuelles sur l’ensemble du territoire.

Dans la foulée, le syndicat adresse ce mercredi 14 janvier une lettre à la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin. En cause, le montant de la dotation nouvelle apportée au plan Smac (Scènes de musiques actuelles) pour l’année 2015 : 120 000 euros. Bien loin de l’objectif fixé en 2010 d’une valeur-plancher de 75 000 euros par Smac (à raison d’un établissement par département).

Mis en regard des nouveaux crédits débloqués sur d’autres projets, en premier lieu les 9,8 millions alloués à la Philharmonie de Paris, inaugurée ce jour, le décalage ne passe pas pour le SMA. Pour ce dernier, "il est inconcevable de voir que l’État puisse continuer à débloquer de nouveaux crédits pour certains de ses labels ou pour de nouvelles salles aux budgets pharaoniques comme la Philharmonie de Paris alors même que le plan SMAC n’est pas respecté et que l’objectif est déjà minimaliste, et qu’au contraire de voir les écarts se réduire, les structures de Musiques Actuelles sont plongées un peu plus, chaque année, dans la précarité."

Le SMA, qui fête cette année ses 10 ans, demande ainsi à la ministre "un geste concret sous la forme d’une dotation nouvelle décente, étape nécessaire d’un vrai plan de soutien à la mesure des besoins".


www.sma-syndicat.org