La programmation des Musiques du monde dans le réseau généraliste

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le lundi 6 octobre 2008

Enquête

Zone Franche a mené en 2008 une enquête sur la programmation des Musiques du monde dans le réseau institutionnel des Scènes Nationales et des Scènes Conventionnées.

L’enquête est téléchargeable sur le site de Zone franche.

Présentation des résultats de l’enquête

Depuis son origine, Zone Franche s’emploie à diffuser une information de qualité sur les acteurs des Musiques du monde.
Nous réalisons régulièrement des enquêtes permettant de mieux faire connaître et reconnaître les acteurs des Musiques du monde : "Sans visa, Le guide des musiques francophones et du monde" paru en 1991, "Le poids des musiques du monde" en 2001, "L’économie des festivals Musiques du monde" en 2005, "Étude sur la diffusion des Musiques du monde en France et à l’étranger chez les adhérents du réseau" en 2007.

Poursuivant sa mission d’observation, Zone Franche organisait, le 20 novembre 2007, un atelier-débat sur la place des Musiques du monde dans le réseau généraliste et notamment dans les scènes nationales. A cette occasion, Alain Brunsvick, inspecteur de la DMDTS, expert du réseau des Scènes Nationales, nous invitait à utiliser les fonds documentaires du Ministère de la Culture pour mener une enquête sur ce sujet.

Zone Franche a réalisé cette étude pour répondre à deux besoins :
- Connaître la réalité de la vitalité des Musiques du monde sur les scènes du réseau généraliste, et savoir si elle reflète le dynamisme professionnel et artistique de ces musiques.
- Construire un outil permettant à nos adhérents d’identifier les réseaux de diffusion, les modes de programmation des Musiques du monde, les différentes formes de coproductions, les artistes circulant dans ce type de réseaux.

L’enquête a été menée en deux temps : nous avons d’abord repéré les spectacles qualifiés « Musiques du monde » dans les programmations des lieux.
Nous avons constaté que les Musiques du monde sont particulièrement peu présentes en tant que discipline à part entière dans les programmations de ces lieux pluridisciplinaires.
Elles ne représentent en effet que 2% des spectacles programmés tandis que la musique autre que Musiques du monde fait l’objet de 30 % de ces spectacles.

Cependant nous avons remarqué qu’elles ont une place non négligeable, dans ces mêmes programmations, quand elles font partie de spectacles à la croisée de plusieurs disciplines.
Elles sont annoncées dans des spectacles de danse, théâtre, cirque dans 11% de la programmation.
Nous avons donc poursuivi notre recherche en examinant ces spectacles. Dans ces cas-là , les Musiques du monde sont présentées comme une plus-value dans les textes de présentation de ces spectacles. Elles sont en effet décrites comme véhiculant des valeurs, traditions, histoires relatives à des cultures de l’ « ailleurs » et comme invitation au voyage et à l’ouverture sur les autres et le monde.

Aujourd’hui, nous savons que les Musiques du monde représentent un poids artistique, économique et culturel essentiel dans le paysage français du spectacle vivant.
Nous savons qu’en France, elles concernent notamment (1) :
- 1800 artistes
- 190 labels et une trentaine de distributeurs
- 460 festivals programment des musiques traditionnelles et du monde
- 500 salles et lieux de spectacles
- 260 agents, producteurs et entrepreneurs

Zone Franche a par ailleurs mené un travail de repérage sur les programmations des festivals de musique estivaux qui ne sont pas spécialisés Musiques traditionnelles et du monde montrant que 54% des festivals programment des Musiques du monde. Cet intérêt croissant des festivals pour les Musiques du monde témoigne de leur succès auprès du public.

Pour pouvoir être programmés sur les scènes généralistes, les artistes (hors les grands noms) n’auraient-ils d’autre choix que celui de s’associer à des disciplines considérées comme plus « légitimes » ?
Si le mélange des disciplines a le mérite d’ouvrir de nouveaux terrains d’exploration artistique, cela ne doit pas se faire au détriment des Musiques du monde.
Compte tenu de l’enrichissement qu’elles peuvent apporter au public, comme en témoignent des programmateurs tels que Marie Agnès Sevestre, qui était directrice de l’Hippodrome de Douai ou Emmanuel Demarcy-Motta à la Comédie de Reims (2), ces Musiques méritent un éclairage nouveau auprès des réseaux généralistes.

C’est dans ce sens que les professionnels des Musiques du monde, réunis au sein du réseau Zone Franche, souhaitent travailler avec les responsables institutionnels du Ministère de la Culture à une meilleure visibilité des artistes de ces musiques qui représentent aujourd’hui une part essentielle du spectacle vivant en France.

(1) Chiffres Irma « CIMT
(2) Marie-Agnès Sevestre est actuellement directrice du festival « Les Francophonies en Limousin » et Emmanuel Demarcy-Motta est actuellement directeur du Théâtre de la Ville

Sophie Guénebaut,
Directrice de Zone Franche

CRD
Ouverture au public

- Pour la documentation : du lundi au mardi de 14h à 18h

- Pour le conseil : du lundi au mardi de 14h à 18h


Vous pouvez également nous contacter par mail

----

Pour améliorer votre recherche, l’Irma propose également une collection de fiches pratiques, et les réponses aux questions qui lui sont le plus souvent posées.

Le Centre de ressources de l’Irma propose la consultation gratuite de l’ensemble des ouvrages des éditions Irma et l’accès à de la documentation professionnelle et universitaire.. Situé au 22 rue Soleillet 75020 Paris, il est accessible du lundi au mardi de 14h à 18h.
Pour toutes demandes de documentation, contactez-nous.