La DGMIC renouvelle l’aide à l’innovation et à la transition numérique

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mardi 14 février 2017

Financement

Le dispositif d’aide à l’innovation et à la transition numérique de la musique enregistrée est reconduit par le ministère de la Culture (DGMIC) en 2017. Deux commissions d’attribution se réuniront dans l’année.

Cette aide vise à favoriser la mutation numérique des entreprises du secteur, aussi bien des structures de production phonographique indépendante, des distributeurs, des éditeurs de service de musique en ligne que des intermédiaires techniques.
L’objectif de la DGMIC / Ministère de la Culture reste ainsi l’accompagnement des PME et TPE du secteur de la production phonographique indépendante dans l’adaptation de leur outil productif aux nouveaux usages numériques et aux nouvelles conditions de marché.

Lancé à l’automne 2016, la nouvelle version de ce dispositif a permis de soutenir en fin d’année dernière 43 structures du secteur (producteurs phonographiques, distributeurs, plateformes de musique en ligne, intermédiaires techniques) pour un montant cumulé de plus de 1,3 million d’euros.

Selon les modalités du décret 2016-1422 du 21/10/2016 qui encadre la procédure, deux commissions d’attribution sont programmées en 2017 :
- La prochaine aura lieu le 24 avril et le dossier est à déposer au plus tard le 24 mars 2017.
- La seconde aura lieu le 16 octobre et le dossier est à déposer au plus tard le 15 septembre 2017.


Complément au 22/2/17

Données DGMIC :

Le nouveau dispositif d’aide à l’innovation et à la transition numérique de la musique enregistrée a été instauré par le décret n°2016-1422 du 21 octobre 2016. Après publication de ce texte, une première commission a été organisée le 18 novembre dernier. Sur 52 demandes présentées, la commission a donné un avis favorable à 44 projets, parmi lesquels on dénombrait 32 producteurs phonographiques, 2 distributeurs, 2 plateformes de musique en ligne et 8 intermédiaires techniques.

Globalement, les projets présentés par les producteurs se concentraient sur les objectifs suivants :
- la création, la refonte ou l’ajout de nouvelles fonctionnalités (e-commerce) sur des sites internet ;
- le développement de la politique de promotion et de communication autour des réseaux sociaux ;
- la numérisation des fonds de catalogue ;
- la prospection sur les marchés internationaux (notamment au Canada, en Angleterre, mais aussi en Afrique) ;
- la recherche de débouchés sur les marchés de la synchronisation et de la musique à l’image.

Les projets présentés par les autres types de structures étaient plus diversifiés, avec toutefois un axe récurrent autour de la modernisation de la gestion des catalogues et du référencement pour les distributeurs, et des travaux autour de la diversification des mécanismes de recommandation pour les plateformes et les intermédiaires techniques.

Le total cumulé des aides attribuées s’élève à 1,3M€, soit plus de 30.000€ en moyenne par bénéficiaire.