IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Actualités > Actualités professionnelles > La Carte musique jeune, disparition d’un flop

Publié le jeudi 4 octobre 2012

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Musique enregistrée

La Carte musique jeune, disparition d’un flop

Officiellement créée le 25 octobre 2010 pour une durée de 2 ans, la Carte musique jeune disparaitra à la fin du mois, dans l’indifférence. La mort d’un flop dont à peine plus de 70 000 unités ont été vendues sur les 2 millions initialement espérés.

La Carte musique jeune, un échec tellement cuisant que personne, à part igeneration, n’avait jugé bon de se souvenir que le décret instituant le dispositif pour deux années arrive à échéance le 25 octobre prochain. Pour celles et ceux qui disposent encore de crédits sur leurs cartes, il faudra donc se dépêcher de les utiliser !

Dispositif assez largement soutenu par les professionnels de la musique enregistrée, il devait permettre, en partenariat avec des plateformes de musique en ligne, de sensibiliser les jeunes aux nouveaux usages et aux nouveaux modes de consommation musicale. En cela, la Carte musique devait être l’un des pendants incitatifs de la "réponse graduée" mise en place par la Hadopi. Mais les voix ne sont pas nombreuses aujourd’hui pour demander son prolongement. L’opération avait été initialement envisagée sur 3 années, et aurait du coûter autour de 25 millions d’’euros /an, pour un budget total de 75 millions d’euros. Son fonctionnement était très simple. Le consommateur, âgé de 12 à 25 ans, achetait une carte d’une valeur pouvant aller de 5 à 25 euros. Et le montant facial de cette carte était, grâce au financement du dispositif, doublé. D’où le slogan accolé à la carte : "2 fois plus de musique".

Après deux années de fonctionnement, le constat est cruel : 70 615 cartes musique ont été vendues depuis leur mise en circulation, dont 8 216 cartes physiques, alors que le gouvernement prévoyait d’en écouler 1 million par an.

PUBLICITÉ
RRS 2.0
FOCUS DU MOIS

Focus du mois

BNF : ENTRETIENS AUTOUR DE L’ÉDITION PHONOGRAPHIQUE

Les aventuriers du disque - Celluloid, Cream records, Crash disques, Nato, ou encore Saravah, Disjoncta, Futura records ou Playasound… Qui connaît l’histoire de ces labels et de leurs créateurs ? Depuis près d’un an, le service du dépôt légal de la BNF mène des entretiens autour de l’édition phonographique indépendante, pour poser les premières pierres d’une histoire, enfin reconnue, qui démarre à la fin des années 60, et se poursuit aujourd’hui.

>>Lire l’article


Starting-blocks : les startups de la musique se racontent !

À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting-blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! Et tout ça, dans la musique ! Chaque mois, une startup présentée en détail par leurs créateurs : parcours, produits, services, clients, business models…

>> Découvrez les startups qui font le secteur musical de demain !

Suivez l’Irma en continu !

IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0