IRMA

Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles

Connexion / inscription

Le panierVotre panier est vide

PUBLICITE
Accueil du site
Accueil du site > Documentation > Focus > LE FAIR : 20 SÉLECTIONS D’EXPÉRIENCE

Article mis à jour le jeudi 16 septembre 2010
Article créé le mardi 30 septembre 2008

 
Version imprimable de cet article Version imprimable  
Article

LE FAIR : 20 SÉLECTIONS D’EXPÉRIENCE

Organisme d’intérêt général (1) : Fair et savoir-faire

Le Fair, Fonds d’action et d’initiative rock, est un dispositif d’intérêt général singulier. Il accompagne chaque année 15 groupes ou artistes dans l’ensemble de leurs démarches liées au développement de projet artistique et de carrière. En deux décennies, 300 groupes et chanteurs ont bénéficié de cette aide à leur début (NTM, Lofofora, M, Ez3kiel, Renan Luce,etc.).
Créé sous l’impulsion du ministère Lang en 1989, le Fair vient de dévoiler sa 20e sélection le 10 septembre dernier. Cette longévité témoigne de la pertinence de l’outil et des compétences de l’équipe managée par Claude Guyot. Elle est également le résultat d’une coopération quasi unique de l’ensemble des partenaires du secteur (disque, spectacle, édition, management, formation, sociétés civiles, médias) et d’un mécène (Ricard) présent depuis le début de l’aventure. Avec, comme mot d’ordre, l’insertion professionnelle des lauréats sélectionnés.
Pour ce premier volet d’une série de focus sur les organismes d’intérêt général, décryptage du Fair et de ce savoir-faire.

Le Fair, les quatre dimensions de l’accompagnement
Le Fair se définit comme un "dispositif de soutien et d’aide au démarrage de carrière d’artistes ou de groupes musicaux résidant en France". Chaque année, peuvent postuler à la sélection du Fair les chanteurs ou groupes ayant une activité scénique régulière et un élément d’encadrement professionnel, mais qui n’ont pas pour autant plus d’un album distribué nationalement à leur actif (sur les deux dernières années).
Les 15 lauréats choisis par le comité artistique bénéficient en retour d’une aide qui comporte quatre volets.

L’aide financière, de 3 000 à 6 000 euros environ, représente la dimension la plus "palpable" pour les musiciens qui postulent au Fair. "Très honnêtement, nous postulions au départ pour bénéficier de la bourse" nous explique Wax Tailor (lire les interviews). En fonction de leurs problématiques du moment, les groupes choisissent d’affecter cette bourse à de l’achat de matériel (instruments, sonorisation ou vidéoprojecteur comme ce fut le cas pour EZ3kiel), aux répétitions, à l’autoproduction (dans la limite de la moitié de la bourse) ou à du tour support (devant représenter au minimum la moitié de l’aide). Aspect moins connu mais très utile en cas de proposition de contrats, une partie de l’aide financière peut être affectée à la consultation d’un avocat spécialisé.

La visibilité offerte par la dimension promotionnelle de l’aide du Fair est un atout important du dispositif. Elle est rendue possible grâce à un réseau de partenaires médiatiques de renom et par la publication à 10 000 exemplaires d’une compilation regroupant un titre de tous les lauréats (la compilation Fair 2009 sera disponible à partir du 27 octobre). Chaque année, cette compilation est envoyée par le Fair à l’ensemble des professionnels de la musique et aux médias. Elle est également distribuée gratuitement au public par les partenaires du Fair, à savoir Libération, Les Inrockuptibles, la chaîne de télévision France 4, la radio Ouï FM à Paris et les radios membres du réseau national Férarock ainsi que celles du réseau international Francophonie Diffusion. Une campagne de publicité annonçant la sélection est également relayée par certains de ces partenaires.
Par ailleurs, Ricard SA Live Music met à la disposition du Fair la scène de la place Denfert-Rochereau à Paris lors de la Fête de la musique, permettant ainsi à 3 ou 4 artistes choisis conjointement de s’y produire.

Les artistes sélectionnés par le Fair bénéficient également d’une aide en formation professionnelle. Chaque membre du groupe participe à un stage "Gestion de carrière" (le statut des artistes, les contrats, la fiscalité, l’édition…), monté en collaboration avec l’Irma et à des formations techniques adaptées au Studio des Variétés (travail sur la voix, le son, le maquettage, la technique de répétition, etc.).
Pour compléter ce programme de formation, le Fair met en place deux modules pour 3 à 5 artistes, le premier autour d’un travail de résidence (mise en scène, scénographie, lumière), et le second autour d’une pré-production permettant de travailler en studio avec un réalisateur artistique (arrangements, enregistrements).

Comme l’explique Claude Guyot, la directrice du Fair, dans l’interview qu’elle nous a accordée (lire l’interview), le conseil en management est le volet du dispositif qui s’est le plus développé en 20 ans de sélection. S’il s’agit initialement de l’aspect le moins "palpable" et attendu par les nouveaux lauréats, tous les artistes et managers que nous avons interrogés insistent beaucoup sur ce point : "L’équipe du Fair a toujours été disponible et à l’écoute, en proposant sans jamais imposer, assurant ainsi un rôle de ’boîte à idées’ particulièrement utile sur un début de carrière" (Bruno Cariou, manageur de Amélie-les-crayons) ; "Je n’avais pas forcément appréhendé le côté accompagnement de cette façon-là , où la porte est ouverte pendant un an, et même après" (Wax Tailor).
Ce volet consiste à fournir des conseils et des connexions professionnels aux lauréats, sans pour autant se substituer au manager de l’artiste, mais en mettant à disposition le "capital-relations" et les compétences du Fair. Il s’agit concrètement d’aider les artistes à trouver, toujours selon une logique de besoins individualisés, un label, un éditeur, un manager ou un tourneur. Zebda, Mano Solo, Louise Attaque, Dionysos, entre autres, ont pu signer leur premier contrat ainsi. Comme cela est indiqué dans le dossier de presse du Fair, il peut aussi s’agir parfois d’aider les groupes à se séparer de certains partenaires… Plus globalement, le Fair cherche à ce que les groupes prennent conscience de la notion de partenariats stratégiques dans leur relation avec les différentes structures essentielles à l’évolution de leur carrière.

Le fonctionnement du Fair : un outil partenarial
Le Fair a été "lancé" par le ministère de la Culture lors de la conférence de presse "Rock et Variétés" donnée le 25 septembre 1989 par Jack Lang au Bus Palladium à Paris, moment qui correspond peu ou prou au début de l’engagement de l’État en faveur des "musiques actuelles" (terme apparu également à l’époque). Le Fair a été initialement installé au sein du Centre d’information du rock (le Cir, devenu l’Irma depuis) sous la responsabilité de Bruno Boutleux, directeur du Cir, et de Claude Guyot, en charge du programme et aujourd’hui directrice de l’association Fair (devenue autonome en 1994).
La création du Fair s’est construite sur cette volonté politique et grâce aux soutiens, notamment financiers, des sociétés civiles (Sacem, SCPP, SPPF, auxquelles s’est depuis ajoutée l’Adami), du FCM, du CNV et de Ricard SA Live Music. Le Fair est ainsi l’un des seuls dispositifs où l’ensemble des composantes du secteur des musiques actuelles se réunit autour d’un intérêt collectif et d’un projet commun dédié à l’insertion professionnelle des artistes et groupes. Il s’agit par exemple du seul programme d’action soutenu par la Société civile des producteurs phonographiques (SCPP).

Le travail partenarial du Fair se poursuit également dans son fonctionnement annuel : renouvelé chaque année, un comité artistique composé de personnalités du monde professionnel du spectacle, du disque, de l’édition, du management… détermine au mois de septembre les 15 lauréats de la sélection Fair. La "sélection" du comité artistique du Fair est un des aspects fondamentaux de la réussite du dispositif car chacun des professionnels choisit un artiste (au coup de coeur) pour l’accompagner par la suite. Or les 300 acteurs de la musique qui ont composé le comité en 20 sélections Fair (le comité artistique est composé de 15 personnalités par an, autant que de lauréats) ne sont pas des moindres, et pas des moins bien placés pour offrir des clés d’insertion aux artistes en démarrage de carrière. Ces dernières années, y ont participé entre autres Gérard Pont des Francofolies, Salomon Hazot de Nous Productions (ex Garance), Marie Prycko d’Air Production (Taratata), Frédéric Mazzolini de Zamora Prod., Stéphane Espinosa du 3ème Bureau et de Wagram, Bruno Gaston de France 4, Thomas Jamois de Naïve, Benoit Vuillon du Rock dans Tous ses États et de l’Abordage, etc.

C’est par la qualité de ces connexions professionnelles, qu’elles soient entre financeurs, structures partenaires ou entre personnalités du comité artistique, que le Fair trouve une ligne de conduite qui porte ses fruits en termes de repérage et d’accompagnement artistiques. Comme le dit Julien Soulié, manageur d’Alexis HK, "le crédit du Fair a énormément aidé. Quand on regarde la liste des lauréats de chaque année, c’est impressionnant ! Beaucoup d’artistes qui font la musique française d’aujourd’hui sont passés par le Fair" (lire les interviews). Pour ne citer que certains des 300 groupes ou artistes des 20 ans de sélection, la première décennie du Fair aura vu passer des artistes comme Elmer Food Beat, NTM, Têtes Raides, Massilia Sound System, The Little Rabbits, Zebda, Mano Solo, Lofofora, No One Is Innocent, ou un peu plus tard Miossec, le Maximum Kouette, Faudel, Louise Attaque ou M. La seconde aura aidé à découvrir ce qui fait en partie la nouvelle scène française d’aujourd’hui avec Tahiti 80, Ez3kiel, High Tone, Emily Loizeau, Sanseverino, Cali, Olivia Ruiz, Pauline Croze, Princess Aniès, Hocus Pocus, Spoke Orkestra, Wax Tailor, Renan Luce, Cocoon, Moriarty, The Do, etc. (voir la liste complète en encadré).

À travers cet outil qu’est le Fair, singulier par son fonctionnement partenarial et porté vers l’intérêt général, les acteurs et les structures de la filière musicale ont contribué à assurer le renouveau artistique et la pérennité d’une scène française vivante. Ils contribuent par là même au développement économique de l’ensemble des branches du secteur.

Mot d’ordre : l’insertion professionnelle
Le 28 février 1990, six mois après la création du Fair, Thomas Sotinel écrivait dans Le Monde, Le programme Fair porte ses fruits : "l’idée que le rock - au même titre que le cinéma, le théâtre ou le cirque - ait besoin de l’aide de l’État peut sembler incongrue. Mais les malheurs à répétition du rock français, l’incapacité apparente des groupes et des structures à durer, n’ont pas que des raisons artistiques (…). Le Fair tente de soulager quelques points sensibles."
Le paysage de la scène française au début des années 1990 est effectivement morose, largement dominé économiquement par les variétés internationales et, au moins en apparence, loin de la vitalité de la scène actuelle dont témoigne Claude Guyot dans les entretiens (lire les interviews). Le Plan Rock du ministère Lang voyait tout juste le jour et les lois sur les quotas radio n’existaient pas encore…

Dans ce contexte, l’objectif du Fair est "d’accompagner la professionnalisation de jeunes artistes, c’est-à -dire aider les jeunes groupes qui frappent aux portes du professionnalisme, qui ont plusieurs années de ’galère’ derrière eux, à organiser la dimension économique de leurs projets artistiques" (Éléments du discours de Jack Lang à la conférence de presse ’Rock et Variétés’, 1989).
Le Fair revendique dès lors un fonctionnement différent des tremplins et concours, "trop ponctuels pour de jeunes groupes", et une logique qui va bien au-delà du simple repérage d’artistes. L’objectif est de professionnaliser les artistes, plus spécialement par la scène ("C’est à partir de la scène que se construisent les carrières d’artistes") en leur offrant une bourse pour les frais de déplacements de concerts. L’idée est ainsi de lutter contre le travail "au black" et de favoriser le salariat des artistes lors de leurs prestations live (le remboursement étant assujetti à la présentation de fiches de paie).
Au delà du tour support, il s’agit dès l’origine d’accompagner les groupes vers un statut professionnel également par du conseil et de la formation. Par ailleurs, appelés de ses voeux par le ministre, les fondateurs du Fair vont mettre en place des outils pour structurer "cette fonction qu’on appelle manager" en mettant en place une formation et un guide Profession manager.

Le dispositif a un peu évolué au fil du temps, sans changer de logique mais en s’ajustant aux réalités des besoins. Claude Guyot : "Au tout début, il s’agissait surtout d’une aide en promotion et, d’une certaine façon, cela permettait aux artistes d’engranger quelques fiches de paye supplémentaires. Au bout d’un an d’exercice, j’ai réuni les managers pour voir avec eux ce qui était à corriger ou à développer. Puis au fur et à mesure, on a mis l’accent sur le conseil en management et en gestion de carrière." (lire l’interview)
Ce suivi en gestion de carrière, qui s’étale non officiellement sur bien plus d’une année ("Les conseils avisés de Claude Guyot m’aident encore quelquefois à ce jour", Fred Bapt, manager/tourneur d’EZ3kiel ; "Sa porte est toujours ouverte pour aider les groupes qui sont passés par sa structure", Julien Soulié, manageur d’Alexis HK), fait la particularité du dispositif. Contrairement aux tremplins, le travail du Fair ne s’arrête pas une fois les lauréats dévoilés, loin de là . Certains diront que c’est presque à ce moment-là qu’il commence vraiment. L’idée n’est plus seulement d’offrir de l’aide à la tournée et une incitation au salariat, mais également de trouver des partenaires économiques à un artiste, pour qu’il puisse créer, enregistrer et jouer sur scène en s’entourant de professionnels du "marché" de la musique.
D’où l’importance de la composition des comités artistiques et du modèle du parrainage individuel mis en place par le Fair. Les membres du comité sont uniquement là pour participer au vote des lauréats, mais ils accompagnent souvent par la suite le groupe dans ses démarches d’insertion professionnelle.

Peut-on estimer l’impact du Fair ?
Le Fair s’adresse aux groupes issus d’esthétiques rock, chanson, électro, hip hop, etc. résidants en France. Les critères à l’entrée, même s’ils ne présentent pas de caractères éliminatoires, ne permettent cependant pas à tous les groupes de postuler au Fair (400 dossiers par an sont déposés). Conformément aux objectifs, l’appel à candidatures s’adresse essentiellement aux artistes qui s’inscrivent dans une démarche professionnelle depuis quelque temps sans être pour autant "signés" en maison de disques. Le Fair ne sélectionne donc pas uniquement sur critères artistiques mais également en fonction de la structuration et du développement du groupe.
Les artistes que nous avons interrogés estiment ainsi que le Fair est arrivé à point nommé dans leur parcours : "Le Fair a vraiment eu ce côté ’rampe de lancement’ qui est arrivé au bon moment pour le groupe", Nico de X Makeena ; "Avant, de l’extérieur, je me disais que le Fair arrivait un peu tard pour les groupes, qu’on en avait déjà entendu parler et que ce n’était pas eux qui en avaient le plus besoin. En réalité, quand tu es un peu dedans, le fait d’être suivi par le Fair arrive au bon moment. Parce que lorsqu’il y a des mouvements autour de toi, avec des changements de structuration, tu te retrouves avec énormément de choses à faire. Pour le coup, je peux dire que si Claude Guyot n’avait pas été là , je ne sais vraiment pas comment j’aurais réussi à gérer", Wax Tailor (lire les interviews).

Ces retours d’expérience et les quelques noms de lauréats énoncés plus haut plaident pour la crédibilité et la pertinence du dispositif. Cela ne signifie pas pour autant qu’être sélectionné au Fair représente nécessairement un gage de réussite. Un coup d’oeil à la liste des 300 groupes ou artistes laisse également apercevoir des noms qui ne sont pas passés à la postérité. Il est arrivé que des groupes se séparent dans l’année d’accompagnement du Fair, ou peu après. D’autres comme X Makeena n’ont pas forcément trouvé l’encadrement professionnel souhaité : "Par rapport à d’autres groupes suivis par le Fair, nous n’avons pas décroché de contrat avec des maisons de disques ou des labels plus importants, probablement à cause du style musical un peu trop bourrin et à cheval entre plein de styles. Mais après quelque temps, aucun regret ! Nous sommes grâce à cela de plus en plus autonomes et indépendants dans la production de nos disques." (lire les interviews)
Si ce n’est pas un gage de réussite, le Fair représente donc plus une aide qui relève du coup de main, coup de main qui peut s’avérer soutenu et non négligeable pour certains : "Claude Guyot est quelqu’un qui te défend bec et ongle, et parfois, surtout au début, ça fait du bien de ne pas se sentir tout seul. Elle connaît très bien le business et le métier", Julien Soulié, manageur d’Alexis HK.

La directrice du Fair résume humblement son point de vue sur la question, estimant que "le Fair ne fait qu’accélérer un processus qui aurait de toute façon abouti parce que ces artistes ont du talent. On leur fait surtout gagner du temps, et si on peut leur éviter de faire quelques conneries…"
Et comme Claude Guyot a souvent le dernier mot, nous le lui laissons.


PUBLICITÉ

POUR ALLER PLUS LOIN

INTERVIEWS
Entretiens avec Claude Guyot et des lauréats du Fair

Forte personnalité du monde musical, Claude Guyot, directrice du Fair, nous a accordé un entretien où elle revient, entre autre, sur l’histoire et l’avenir du dispositif, le rôle des managers, la vitalité de la scène française actuelle… Pour accompagner ses propos, des artistes (Wax Tailor, X Makeena) et des managers (Julien Soulié/Alexis HK, Bruno Cariou/Amélie-les-crayons, Fred Bapt/EZ3kiel) passés par l’accompagnement du Fair témoignent de leur expérience.
La suite


LA SÉLECTION FAIR 2009 :

ALISTER (Paris)
www.myspace.com/alistermusic

CARAVAN PALACE (Paris)
www.myspace.com/caravanpalace

CARMEN MARIA VEGA (Lyon)
www.myspace.com/carmenmariavega

CURRY AND COCO (Lille)
www.myspace.com/curryandcoco

DANTON EEPROM (Marseille)
www.myspace.com/dantonrocks

THE ELDERBERRIES (Clermont-Ferrand)
www.myspace.com/theelderberries

HUGH COLTMAN (Paris)
www.myspace.com/hughcoltman

LOANE (Paris)
www.myspace.com/loane

LUCIOLE (Rennes)
www.myspace.com/luciole1

MALOH (Dinan)
www.myspace.com/maloh7200

NAIVE NEW BEATERS (Paris)
www.myspace.com/naivenewbeaters

PHOEBE KILLDEER AND THE SHORT STRAW (Aix en Provence)
www.myspace.com/phoebekilldeer

THE RODEO (Paris)
www.myspace.com/iamtherodeo

ROXANE K (Paris)
www.myspace.com/roxanek

SAYEM (Toulouse)
www.myspace.com/djsayem


LES SÉLECTIONS DU FAIR

Fair 90

Johan Asherton, Christine Lidon, Corman & Tuscadu, Dominic Sonic, Double Nelson, Elmer Food Beat, Jad Wio, La Place, Le Cri de la Mouche, Les Roadrunners, Les Soucoupes Violentes, Les Thugs, Les VRP, Marc Minelli, Susan and the Visitors
Fair 91

Black Maria, Les Coquines, Croaks, Fly and the Tox, Greta Services, Hoax, Joueurs, Kni Crik, Loudblast, Les Nightclubbers, Suprème NTM, Têtes Raides, Les Tétines Noires, Treponem Pal
Fair 92

Backsliders, Bruno Green, Bubble Blue She Made, Eleonora, IAM, Les Maracas, Les Pires, Les Vindicators, Marcel Kanche, Massilia Sound System, The Little Rabbits, Via Romance, Vic Moan, Wroomble Experience, Zebda
Fair 93

Betty Boop, Blankass, Bouducon Production, Cry Babies, L’Ecole du Crime, E.V., Malou, Mano Solo, Mr Kuriakin, Les Piétons, Sale Défaite, Seba, Sister Iodine, Les Skippies, Welcome to Julian
Fair 94

Burning Heads, les Clam’s, Cut The Navel String, Fata Morgana, Human Spirit, Lo’Jo Triban, Lofofora, Marco Lipz, Mush, No One Is Innocent, Original Combo, Prohibeat, Schultz et les Tontons Flingueurs, Sons Of The Desert, la Tordue
Fair 95

Alliance Ethnik, Bà¤stard !, Blonde Amer, Cache-Cache, Casbah Club, Distant Winter, Drive Blind, Drôles de Beaux Gars, Edgar de l’Est, Fabulous Trobadors, Forguette Mi Note, Prohibition, Raggasonic, Sinclair, la Storia
Fair 96

DNC, DSB, les Elles, Chris Gonzales, Hint, Katerine, Kickback, Mad In Paris, Marousse, Miossec, Oneyed Jack, Portobello Bones, Shaî No Shaî, Spicy Box, Thuillier Brass Trio
Fair 97

2 Bal 2 Neg, Belly Buton, Mathieu Boogaerts, Boochon, The Despondents, Annie Ebrel, Ekova, Femmouzes T, Mad Pop X, Mary’s Pop, Mary’s Chid, le Maximum Kouette, Ulan Bator, Useless, Vercoquin, Yachines
Fair 98

Baz-Baz, D Abuz System, Dionysos, Djoloff, Expression Direkt, Faudel, Louise Attaque, M, marc Em, Neil, Oobik, "Rinôçerôse", Rocca, Shout, Spina, Superflu, Wide Open Cage
Fair 99

Alexandre Varlet, Candie Prune, El Sikameya, La Familia, Jasmine Bande, Kà¿u, LT.NO, Orange Blossom, Petit Vodo, La Rumeur, Tahiti 80, Tue Loup, Virago, Yo ! Pizza Jump, Zézé Mago
Fair 2000

Agoria, Basement, Curl, Dun Leéa, Ginkgo, Ignatus, Lycanthrope, Mukta, NatYot, Néry, Puzzle, Rageous Gratoons,Ramsès, Uncommonmenfrommars, Zenzilé
Fair 2001

Etienne Charry, Ez3kiel, Ferris Bueller, Flor Del Fango, Le grand David, Hamma, High Tone, Jean Jacques Nyssen et son orchestre de sa chambre, Lab°, My Favorite Dentist Is Dead, Nolderise, Le Peuple de l’Herbe , La Phaze, Tripod, Vero Sego
Fair 2002

10 Dubians, Agnès Bihl, Al & Adil, La Compagnie du 26 Pinel, Frandol, Homeboys, Meé Teé Shô, Mobiil, Monsieur Orange, Natacha Tertone, Nestor is Bianca, Sanseverino, Spor, Telecran, Zenzila
Fair 2003

Alesix HK, La Caution, D-Fé, Daisybox, Dahlia, Encre, Laetitia Sheriff, Mouloud, Oboken, Orwell, Overhead, Sayag Jazz Machine, Sportès, Stereotypical Working Class, Stupeflip
Fair 2004

A.S Dragon, La Blanche, Les Boukakes, Cali, Doubleman, Dub Incorporation, Dysfunctional By Choice, The Electric Fresco, Kaolin, Killa Carltoon, Sébastien Martel, Sexypop, Watcha Clan, worMachine
Fair 2005

Asyl, Cyrz, Déportivo, Dgiz, Emily Loizeau, The Film, Florent Marchet, Jamait, Joseph d’Anvers, Nosfell, Olivia Ruiz, Pauline Croze, Princess Aniès, Rhésus, X Makeena
Fair 2006

amélie-les-crayons, Anaés, Arman Méliès, Balbino Medellin, Bertrand Belin, La Cédille, Hocus Pocus, Loic Lantoine, Mansfield.TYA, Mr Lab !, The Patriotic Sunday, Psykick Lyrikah, Smooth, Spleen, Spoke Orkestra
Fair 2007

Adam Kesher, Adrienne Pauly, Beat Assailant, David Walters, Diving with Andy, Kateln Lola Lafon & Leva, M.A.P. (Ministère des Affaires Populaires), Montgomery, Mr Roux, Nadj, Renan Luce, Stuck in the Sound, Wax Tailor, Zong
Fair 2008

Alexandre Kinn, Boogie Balagan, La Canaille, Cocoon, Constance Verluca, Gong Gong, Hey Hey My My, Imbert Imbert, Moriarty, Narrow Terence, Ours, The Sugar Plum Fairy Pr., Thedo, Vibrion, Yelle

LES COMITÉS ARTISTIQUES DU FAIR

COMITÉ ARTISTIQUE fair 90
Yves Bigot (Europe 1) - Patrick Mathé (New Rose) - Luc Natali (Boucherie) - Daniel Chenevez (Niagara) - Jean-Louis Brossard (Transmusicales) - François Pinard (Los Production) - Gérard Beullac (Virgin) - Fazette Bordage (Le Confort Moderne) - Dominique Revert (S O S) - Tanya Scemama (Musidisc) - Hervé Bordier (Polygram Music) - Fabrice Absil (Fairplay) - Bernard Batzen (Programe) - Alain Bourven (Coatelan) - Colette de Woutters

COMITE ARTISTIQUE fair 91
Stéphane Saunier (Closer) - Bertrand Dupont (Fest. Ouvrez les Vannes) - Olivier Jouan (A. Art.) - Didier Estèbe (Krakatoa) - Patrick Millat (MJC d’Oullins, P. Bourges) - J. Brody (Barclay) /F. Falceto (A. Art.) - Michel Bosseau (Garance Production) - Laure Chenieux (Off The Track) - J. Brody (Barclay) /F. Falceto (A. Art.) - Stéphane Girard (Justine Production) - Emmanuelle Debaussard (Oui FM, Best) - Didier Tuaillon (Squatt) - Jean Davoust (Warner Chappell) - Michel Sajn (Verbes d’Etat) - Gérard N’Guyen (Dis. du Soleil & de l’Acier)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 92
Thierry Effray (Quai des Brumes) - Christian Bordarier (F N A C Musique) - Patrick David (La Dolce Vita/Suisse) - Stéphane Berlow (B M G Editions) - Angelo Gopee (I Z B) - Patrick Dubucq (promoteur en Belgique) - Jacques Sanjuan (Phonogram) - Joà« l Breton (Orques Idées) - Patrick Winzelle (Festival d’Aubervilliers) - Eric Debris (Bondage) - Bertrand Lamblot (R C A) - Patrick Plunier (Mus. de Traverses/Aeronef) - Olivier Garnier (Disque Vogue) - Halit Uman (Editions Rondor Music) - Corinne Serres (Label Mad Minut Music)

COMITE ARTISTIQUE fair 93
Marie Agnès Beau (BAM) - Dominique Misslin (La Générale) - Jean-Louis Sautreau (Les Eurockéennes) - Patrick Bonnet (MRM Nantes) - Christophe Leblanc (Virgin) - Vincent Frèrebeau (WEA) - Christophe Lameignère (Epic) - Alain Laurenson (Yaba Music) - Eric Laporte (Bistro Management) - Christophe Piot (Editions MCA) - Charles Hurbier (Mix It) - Mustapha Terki (Réseau Printemps) - Pamela Lynch (Roadrunner Paris) - René Gentil (Radical Production) - Louis Thévenon (Single KO)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 94
Laurent Castanié (SDG Warhead Productions) - Philippe Krumm (Silex) - Alan Gac (Rosebud Records) - Thierry Chassagne (In Fact/Sony Music) - Thierry Planelle (Editions Delabel) - Philippe Puydauby (Ariola BMG) - Patricia Bonneteau (Polydor) - Paul Banes (Nouvelles Editions Panache) - Stéphane Gotkovski (Polilith) - Alain Lahana (Canal Productions) - Paul Lavergne (PEM Masq) - Pascal Chevereau (Turbulences) - Dominique Née (Carrère) - Serge Teyssot-Gay (Noir Désir) - Geneviève Girard (Azimuth Productions)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 95
Yamani Dazi(Le Fromage Prod. / Big Cheese Records) - Frédérique Marciniak (Emmetrop) - Jean-Michel Reusser (Editions Praktik) - Richard Franoux (Zeit Geist / Sémantic) - Marsu (Crash Disques) - Sébastien Farran (EMI Virgin Music Publishing) - Christophe Bosq ( 3 C Productions) - Patrick Delamarre (Gopaé) - Assaad Debs (Corida) - Juliette Husson (Sony Music Publishing) - Vincent Rulot (La Clef / L’Eclipse) - Jean-Louis Ménanteau (Dingo / La Nef) - Olivier Caillart (Island / Barclay) - Maryse Andrians (Francofolies) - Jean-Philippe Benoit (Remark)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 96
Bertrand Coqueugniot (Peer Music) - Mickey (Folies Mélodie) - Anne Marie Blanc (Ed. You You Music) - Nicole Mingasson Londeix - David Fournier (Rock Festival/Fontenay Le Comte) - Anne Claverie (Absolute Management) - Bruno Ponge (Sriracha Sauce) - Isidore Brobst (PIAS) - Alain Osowski (Chorus des Hauts de Seine) - Marc Garcia (France Inter) - Benjamin Chulvanij (Labels / Hostile) - Francis Vidal (CCS Conçerts/Too Much To Soon) - Santi Casariego (Editions Patchanka) - Didier Varrod (Columbia/Yelen Music) - Bernard Aimé (Le Petit Faucheux)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 97
Olivier Cachin (L’affiche) - Charles Bensmaine (EURL L’Olympic) - Olivier Poubelle (Astério Production) - Philippe Désindes (S.M.A.L.L.) - Philippe Petit (Pandemonium) - Marie Anne Dudouit (Blonde Music) - Marc Thonon (Atmosphéric) - Vanina Michel (Ed. Salabert) - Richard Kolinka (KOD Production) - Didier Veillault (Le Plan) - Achème (Festival de Marne) - Dominique Répécaud (Festival Music Action) - Piranha (Shaman/Polygram) - Hervé Defranoux (Island/Remark) - Eric Morand (F. Communications)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 98
Jean-Christophe Alpincourt (le Rock dans tous ses Etats) - Philippe Ascoli-Source (Virgin) - Marie Audigier (Crépuscule France) - Philippe Baéa (V2) - Laurent Bouneau (Skyrock) - Patrick Colléony (Night & Day) - Xavier Collin (Tourbillon) - Jean-Michel Dajon (Life Live in the Bar) - Patrick Guarniéri (Salam Aleikum) - Mehdi El Jaé (XIII Bis Records) - Anne Lamy (Polygram Barclay) - Little Bob - Marc Ridet (Paléo Festival de Nyon) - Sandrine Runser (BMG Music Publishing France) - Hervé Sansonetto (Le Bikini)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 99
Gérald Chabaud (Chabada) - Philippe Coudrec (Vicious Circle) - Michel Duval (Delabel Editions) - Georges Fangon (Consultant) - Anne Sophie Gadrey (A gauche de la Lune) - Nicolas Gauthier (Sankara) - Yann Hamon (3 petits tours) - Stéphane Hervé (Rage) - Charly Idounda (Editions MCA Caravelle) - Patrick James (Management) - Olivier Lebeau (Naéve) - Claude Mescida (Obiwan’management) - Fred Monvoisin (Le Village Vert) - José Tavares (La Pêche) - Alix Turretini (Bobine)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2000
Bertrand Blaha (Easy Dub Ducasse) - Sébastien Catillon (Tréma) - Charlotte Darnall (Tabatha Tour) - Delphine Debord (L’Aéronef) - Hervé Deplasse (Double T) - Jean Michel Dupas (Festival de Saffré) - Nicolas Galibert / Sony (ATV Publishing) - Jeff Génie (3C Productions) - Cédric Grouhan (Festival Aucard de Tours) - Jean Louis Jossic (Tri Yann) - Varda Kakon (BMG) - Kem Lalot (Le Noumatrouff) - Bruno Lion (Peer Music) - Stéphane Ridard (Festival La Route du Rock) - Sébastien Zamora (Zamora Productions)

COMITE ARTISTIQUE fair 2001
Max Amphoux (Emma Production) - Manu Baron- Stéphane Barret (Chrysalis Editions) - Bertrand Burgalat (Tricatel) - Gaà« lle Court (Garance Productions) - Bertil David (Souce - Virgin) - Henri Didonnat / (La Cave à Musique - Mâcon) - Franck Hédin (FAT Management) - Freddy Lamotte (Flam) - Caroline Molko (Mercury - Universal) - Peter Murray (Murrayfield Music) - Philippe Tassard (Ginger) - Olivier Vallon (P Box) - Martine Vicériat (Salle Victoire 2 - Montpellier) - Reuno Wangermez (Lofofora)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2002
Christian Alex (Festival Les Eurockéennes) - Stéphane Amiel (Bandido) - Karim Bô (IV My People) - Jean-Michel Boris (ex Olympia) - Catherine Cuny (Editions ;Strictly Confidential) - Mathias Jeannin (People Sound.com) - Loéc Lecomte (La Luciole « Alençon) - Julien Lemaire (Label Jaff) - Marc Lumbroso (EMI) - Thierry Pilat (Le Ninkasi KO « Lyon) - Vincent Steudler (Radio Couleur 3) - Jean-Christophe Thiefine (BMG Pubishing) - Jean-Jacques Toux (Festival Les Vieilles charrues) - Sarah Schlolnyk (Label B pourquoi B ?) - Jean-Marc Valay (Novimusic Productions)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2003
Philippe Berthelot (Fédurock) - Michel Besset (Summer Festival) - Vincent Blaviel (Zomba Record) - Marie-Pierre Bonniol (Nouveau Casino « Paris) - Patrice Budzinski (le Théâtre d’Arras) - Christophe Davy (Radical Productions) - Laurent Dreux-Leblanc (Editions XIII Bis Music) - Leslie Dubest (Recall) - Marcelle Gallinari (Réseau Printemps) - Jean-Claude Ghrenassia (Editions Cirta) - Laurent Malvaldi (Olympic Tour - Fest.ival Les Jeux) - Jérôme Mestre (Chronowax) - Fabrice Nataf (EMI Publishing) - Pascal Sanchez (P.Pôle) - Jean-François Veillet (IXO Publishing)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2004
Olivier Bas (R&G Production) - Fabrice Benoit (Universal Music Publishing) - Fabrice Borie (Festival Les Volcaniques de Mars) - Jef Cahours de Virgile (Up Music) - Florent Decroix (A Gauche de la Lune) - Françoise Dupas (Le Grand Mix « Tourcoing) - Eric Giraudon (Jarring Effects) - Philippe Hébrard (Feu Orange) - Fernando Ladeiro-Marques (Gato Loco Productions) - Stéphane Laick (AT(h)OME) - Valérie Michelin (Columbia) - Thierry Noygues (L’Escale Saint Michel « Aubagne) - Jacques Renault (Corida) - Max Staat (La Fête de l’Humanité) - Pascal Stirn (EMB « Sannois)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2005
Pascal AMIAUD RTL- Robert BIALEK Editions Scipion- Guillaume BOURREAU 3C- Morvan BOURY Labels / Virgin Music- Chiquito Polydor / Universal- Guillaume COINTET Atmosphériques- Arnaud DELBARRE Olympia S.A. - Jérôme LABORY Warner Chappell- Maurice LIDOU El Mediator-Perpignan- Georges MASURE Festival "Alors… Chante !" Montauban- Adrien MOISSON Future Now- Danièle MOLKO Abacaba Editions- Sara-Jane RICHARDSON VMA- Hélène VALLAUD Sriracha Records- Paul Henry WAUTERS Botanique-Bruxelles

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2006
Fabien BONNIN (Peer Music) - Nicolas CUINIER (Nouveau Casino) - Mathieu DUFFAUD (L’Astrolab) - Jorge FERNANDEZ (Virgin) - Pierre-Pascal HOUDEBINE (Furax) - Olivier LACOURT (Discograph) - Bernard LENOIR (France Inter) - Gaà« lle MASSICOT (AFAA) - Gérard MICHEL (Garance productions) - Alexandra MONAURY (EMI Music Publishing) - Marc-Antoine MOREAU (Publish It) - Pascal RENOULT (Festival des Inaperçus) - Nathalie RIDART (Ephélide) - Mika ROCH (Naéve) - Laurent SAULNIER (Francofollies de Montréal)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2007
Virginie AUCLAIR (Neiomi) - Brigitte BATCAVE- Antoine DATHANAT (BMG Music Publishing France) - Bertrand FURIC (Le Brise Glace « Annecy) - Edgar GARCIA (Zébrock) - Bruno GASTON (France 4) - Simon JAVELLE (Festival Paroles&Musiques - St Etienne) - Florence MARIN (Wagram Music) - Frédéric MAZZOLINI (Zamora Production) - Christian OLIVIER (Mon Slip « Têtes Raides) - Laurent PHILIPPE (Le Confort Moderne « Poitiers) - Gérard PONT (Les Francofolies de La Rochelle) - Fabrice PROUFF (W2 Productions) - Sylvain TAILLET (Barclay) - Pierre-Alexandre VERTADIER (TS 3)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2008
Alex Aujolas (Le Périscope) - Samuel Benzakin (On Music/Warner) - Bruno Boutleux (JMF) - Antoine Coinde (AZ/Universal Music) - Pierre Cornet (Sony ATV Music Editions) - Habib Dechraoui (Uni’sons) - Xavier Decleire (La Maroquinerie / Paris) - Delphine Forest (Gérard Drouot Productions) - Jean-François Foulon (Les 3 Éléphants / Lassay les…)- Salomon Hazot (Rock en Seine / Parc de St Cloud) - Stéphane Ichaé (Microbe Records) - Thomas Jamois (Naéve Editions) - Stéphan Paris (Radio Néo) - Nathalie Quipandedié (Kabardock / La Réunion) - Valérie Suder (Productions Spéciales)

COMITÉ ARTISTIQUE fair 2009
Florence Andrieu (Le Plan - Ris Orangis) - Annie Benoid (L’Autre Distribution) - Pascale Bigot (Aracadi) - Romain Bilharz (Polydor / Universal Music) - Rodolphe Dardhalon (MMFF / Roy Music) - Frédéric Doll (Capitaine Plouf) - Stéphane Espinosa (3ème Bureau / Wagram) - Stéphane Grégpoire (Ici, d’Ailleurs) - Myriam Kanou (Migal Productions) - Thierry Langlois (Le Printemps de Bourges / Uni-T) - Olivier Lefebvre (Universal Music Publishing) - Marie Prycko (Air Productions) - Pierre-Yves Romano (Pyrprod) - Eric Roux (Théâtre Barbey) - Benoit Vuillon (Le Rock dans Rous ses Etats - Evreux)


IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuellesInformations légalesRégie publicitaireNous contacterPlan du siteRSS 2.0