L’événementiel électro en plein boom

Publié le jeudi 17 mai 2018

Spectacle

Selon une étude Shotgun, le nombre de soirées électro s’est multiplié par quatre ces trois dernières années et la demande reste toujours croissante, à Paris comme en régions.

Après l’étude Les Musiques électroniques en France publiée par la Sacem il y a deux ans, la billetterie spécialisée Shotgun publie Le marché de l’événementiel électronique : mythe ou réalité ?, une étude des données issues de Facebook, Resident Advisor et Soundcloud, et analysées par les outils algorithmiques de Shotgun permettant de mieux connaître les goûts des publics.

"Le marché événementiel électronique affiche une croissance explosive depuis les 4 dernières années. Le nombre d’événements organisés annuellement, pourtant en hausse constante, reste inférieur à la demande de sorties exprimées pour ces événements. Un tel rapport laisse penser que le marché n’est pas encore saturé, et que tous les signaux sont au vert pour les années à venir."

Le nombre d’événements électroniques est passé de 2.225 événements en 2014 à 7.328 en 2017 (x4), et pourtant la demande continue à rester supérieure à l’offre selon les auteurs de l’étude. La donnée reste toutefois relative car elle est basée sur les "intentions de sorties" (participants et intéressés sur Facebook) qui témoigne d’une multiplication par six des intentions de sorties sur la même période.

L’électro à la conquête des régions

L’un des faits marquants constatés par l’étude est le développement de l’événementiel électro sur certains territoires. "Si la dynamique reste forte en île de France, les régions entrent dans la danse et affichent souvent des taux de croissance supérieurs à ceux de d’île de France. Parmi les régions championnes du dynamisme électronique figurent la Bretagne, Le Pays de Loire, le Centre et le Nord."

Si l’Île-de-France génère près de la moitié de l’activité du secteur événementiel électro, une tendance à la déconcentration géographique s’observe avec l’éclosion de l’événementiel électro en régions.


Nous suivre /asso.irma /IrmACTU