L’été sera show en Europe : la tournée des festivals

Version imprimable de cet article Version imprimable  

Publié le mercredi 6 juillet 2011

Article

"Enfin l’été, revoilà le soleil" chantaient les Négresses vertes… L’été, c’est la saison des festivals, le meilleur moyen de concilier tourisme et plaisir des oreilles. L’offre est pléthorique et le choix souvent cornélien ! Pendant que certains avalent des kilomètres de bitume sur la petite reine, que d’autres oublient une année de travail trop pénible sur 2m2 de sable chaud et bruyant, l’Irma vous invite à un été musical et européen, à travers des parcours concoctés par nos spécialistes. Écouter du jazz au bord d’un fjord, remuer la tête sur du métal au cœur des Alpes juliennes, découvrir les musiques indigènes à deux pas du cercle polaire, ça vous tente ? Alors laissez derrière vous plagistes et autres cyclistes, et entrez dans la peau du festivalier. Préparez votre sac à dos et prenez la route, à la découverte de nos voisins et de rendez-vous insolites ou incontournables ! Bon été, et bons voyages !

Les parcours que nous vous proposons sont purement subjectifs, volontairement pluri-disciplinaires, mais libre à vous de vous concocter votre propre itinéraire.


Pour les puristes, qui souhaitent réaliser un parcours thématique, par esthétique musicale, suivez les pictogrammes :

Pour un été :

- jazz :

PNG - 4.3 ko

- rock, hip hop et electro :

PNG - 5.8 ko

- folk et world :

PNG - 5.2 ko



L’heure du départ a sonné !


En juillet, fais ce qu’il te plaît !

Le mois de juillet est riche en rendez-vous, et nous vous proposons pour ce joli mois trois parcours, qui vous mèneront du grand Nord à l’Europe centrale, en passant par la Belgique et l’Allemagne.

Peut-être avez-vous déjà commencé votre été musical par l’une des grand-messe mondiale du reggae et du ragga, le Summerjam, le week end du 1 au 3 juillet ? Dans un cadre idyllique, au bord du Fühlinger See, un lac près de Cologne, c’est un rendez-vous incontournable pour tous les fans de musique jamaïcaine. Pour les autres, ce sera peut-être le point de départ de l’été prochain !



PARCOURS 1

PNG - 110.4 ko



Etape n°1 : le mastodonte du jazz
NORTH SEA JAZZ FESTIVAL
(Hollande, du 8 au10 juillet)

JPEG - 9 ko

Voilà le festival mammouth par excellence, la manifestation idéale pour tous ceux qui veulent s’offrir en un minimum de temps une idée complète, mieux une photographie sonore grand angle, de l’état du jazz en 2011. Depuis 1966, Rotterdam accueille, avec Montréal, le plus grand festival de jazz du monde. Le North Sea Jazz Festival, avec ses 80 000 visiteurs venus du monde entier, est devenu un événement incontournable pour tous les boulimiques de musiques non-stop. C’est sa grandeur, mais aussi sa limite.

Dans sept salles et sur six podiums défile pendant trois jours, de 17h à 1h, tout le gotha du jazz, du blues et de la soul. Pour qui ne jouit pas du don d’ubiquité, les choix sont atrocement cornéliens. Exemple : faut-il préférer aller écouter Michel Portal, Ruben Blades, Return to Foreverer IV, Chucho Valdes ou Paul Simon ? Dilemme ! Tous ces artistes se produisent en effet le premier soir, entre 21h et 23h, sur des scènes différentes. Et c’est comme cela tout le temps ! On peut comprendre que ce festival marathon devienne vite celui de la frustration et des rendez-vous manqués.

Le programme 2011 est bien sûr pléthorique et magnifique. Quelques noms seulement pour vous allécher : Natalie Cole, Esperanza Spalding, BB King, John Mclaughlin, Randy Brecker avec Bill Evans, Jean-Luc Ponty, Lee Konitz, Branford Marsalis, Herbie Hancock, Wayne Shorter, Marcus Miller, Chick Corea, Pharoah Sanders, Charles Lloyd, Jon Henricks, Al Jarreau, Kurt Elling, Brad Mehldau, Joshua Redman, Chaka Khan, Dr John, Madeleine Peyroux, Gerald Clayton, etc. Qui dit mieux ? Cerise sur le gâteau : le North Sea est le seul festival estival à offrir cette année trois nuits durant des concerts de Prince, à partir de 1h 30 jusqu’à pas d’heure. Avis aux amateurs.
www.northseajazz.com



Etape n°2 : la Mecque du folk
KAUSTINEN FOLK MUSIC FESTIVAL
(Finlande, du 11 au 17 juillet)

JPEG - 11.1 ko

Kaustinen vous attend, dans la paisible campagne finlandaise, non loin du port de Kokkola sur la mer Baltique. En 44 éditions, le plus ancien festival folk de Scandinavie est devenu la Mecque de milliers de musiciens et danseurs professionnels comme amateurs. Avec les nuits si brèves, le festival peut aussi bien se transformer en une fête de 7 jours ininterrompue, dans et autour de sa fameuse Maison du Violon Populaire.

Au rendez-vous : des Turcs, des Hongrois, des Arméniens, des Australiens, des Écossais, des Estoniens, des Belges, des Anglais, des États-uniens, etc. Mais si nous sommes ici, c’est bien sûr pour aller à la rencontre des Finlandais, qui comptent dans leurs rangs des violoneux hors pair. Une création en ouverture du festival est consacrée à la vie d’Erkki Ala-Könni, le premier musicien qui ait décidé d’enseigner les musiques traditionnelles en Finlande.

Mais Kaustinen offre surtout une occasion d’éprouver le dynamisme des jeunes générations. Rendez-vous donc au Festival Park, là où se déroulent les concerts. N’oubliez pas votre violon ou votre instrument de compagnie : les bœufs sont permanents et spontanés sur une des diverses scènes. Une semaine de dépaysement garanti !
www.kaustinen.net



Etape n°3 : un panorama electro
TOMORROW LAND
(Belgique, du 22 au 24 juillet 2011)

JPEG - 13 ko

Direction la Belgique, à la découverte du festival de musiques électroniques Tomorrow Land. Dans un écrin de verdure et au milieu d’animations et de décors extravagants près de 200 artistes sur 3 jours défileront, récitant toute la gamme des musiques électroniques d’aujourd’hui : de la techno à la house, de la transe au hardstyle, bref un voyage festif au pays des BPM survitaminés.

Avec : Sven Vath, Carl Cox, David Guetta, Sounds Of Stereo, Growling Mad Scientists, Pet Duo, Simon Patterson, Dixon Vs Ame, Afrojack, etc.
www.tomorrowland.be


PARCOURS 2

PNG - 309.7 ko



Etape n°1 : Hip hop à l’honneur
SPLASH ! FESTIVAL
(Allemagne, du 8 au 10 juillet)

JPEG - 11.3 ko

Pourquoi ne pas commencer l’été sous le signe du hip hop, au Splash ! festival ? Sur le site étrange de Ferropolis près de Gräfenhainichen en Saxe à l’est de l’Allemagne, au milieu d’excavatrices industrielles immenses se déroule l’un des festivals de hip hop les plus importants d’Europe. Ce festival malmené financièrement ces dernières années renait de ses cendres (ou de ses scories de lignites en l’occurrence) avec une programmation de haute volée et de nombreuses gloires locales qui vous permettront de constater que l’Allemagne EST l’autre pays du rap.

Avec : Aloe Blacc, Cunninlynguists, Cypress Hill, Marteria, Public Enemy, De La Soul, etc.
www.splash-festival.de



Etape n°2 : pour réviser ses (Ber)game
CLUSONE JAZZ
(Italie, du 14 au 24 juillet)

JPEG - 9.2 ko

Depuis plus de 30 ans, Clusone, petite ville lombarde, située au nord de Bergame, dans un superbe paysage de collines, fait de la résistance pour défendre son idée ouverte, originale et créative du jazz. Les lecteurs de la revue italienne Jazzit ne s’y sont pas trompés : ils l’ont en 2010 récompensé d’un « Jazz Award » en le classant 4è festival sur 400 manifestations transalpines tout au long de l’année.

Construite toujours avec intelligence, la programmation de la 31è édition ne déroge pas à la règle : rendez-vous est donné à la scène improvisée européenne, principalement italienne et hollandaise. Rappelons que ce « petit » festival à échelle humaine a donné son nom à un groupe hollandais dont les membres Han Bennink, Ernst Reijseger et Michael Moore s’étaient retrouvés pour la première fois en ce lieu et qui depuis a fait parler de lui : le trio Clusone qui s’est dissous en 1998. Seul Han Bennink, le batteur batave fou, sera présent cette année en compagnie de Fabrizio Puglisi (PI) et Ernst Glerum (CO).

Au menu des festivités 2111, on notera : GMD Trio avec Michel Godard, Roberto Martinelli et Francesco D’Auria, le guitariste Maurizio Brunod, Artchimia String Quartet, le trompettiste hollandais Eric Boeren et, enfin, le quartet de Ravi Coltrane, seul groupe américain du festival.
www.clusonejazz.it



Etape n°3 : Dépaysement garanti
RIDDU RIDDU INTERNATIONAL FESTIVAL OF INDIGENOUS PEOPLE
(Norvège, du 20 au 24 juillet)

JPEG - 2.6 ko

Après la douceur de l’Italie, changement de décor, et cap vers le grand Nord. Kåfjord, où se déroule Riddu Riddu, un festival unique consacré aux peuples indigènes, est situé pratiquement sur le 70e parallèle, à 5° au Nord du cercle polaire. Transporté dans ces contrées de roches abruptes, d’eau limpide et glacée, vous pourrez savourer le spectacle étonnant des aurores boréales. Afin d’accompagner l’insomnie de vos nuits brèves, n’oubliez pas d’emporter Le Livre de Dina, captivante trilogie de romans signés Herbjørg Wassmo, dont les principales péripéties se déroulent dans ces fjords de l’extrême nord de l’Europe, où l’écrivaine a forgé son talent.

Riddu Riddu s’intéresse évidemment à la préservation de la culture du peuple Sami, autochtone de ces contrées du cercle polaire, longtemps rejeté et méprisé par les pouvoirs scandinaves. Le festival, qui fête son 20e anniversaire, lui consacre rencontres, expositions, séminaires. Il y sera question de droits, de lois, de langues et de croyances.

Les artistes invités représentent des cultures indigènes minorisées de par le monde : Yat-kha pour les Mongole de Tuva, Timbuktu&damn ! pour les Touareg du Sahara, Moana and the Tribe pour les Maoris de Nouvelle Zélande, Blue King Brown chantera pour les aborigènes d’Australie. Les talents de la musique Sami du Grand Nord seront aussi présents, ainsi que ceux qui accompagnent leurs combats : Nammalahpan, Svante Henryson, Totalteatret, Rolffa, Violet Road, Sofia Jannok, Sami Jenat, etc.
www.riddu.com


PARCOURS 3

PNG - 179.7 ko



Etape n°1 : Au milieu des fjords
FøRDE FOLK MUSIK FESTIVAL
(Norvège, du 7 au 10 juillet)

JPEG - 5 ko

Avec ses 22 ans, le Førde Folk Music Festival vit le bonheur épanoui de sa majorité sur la côte ouest de la Norvège. Située à 150 km au nord de Bergen, la petite ville est entourée de fjords, de montagnes, de glaciers, de cascades. Dans le domaine du folk, des musiques et danses traditionnelles et de la world, le festival s’offre la part du lion. L’une de ses spécificités est de privilégier les ensembles acoustiques. Peu de chance ici d’être importuné par les boomers : le niveau de pollution en décibels peut sans problème être homologué par Eva Joly.

Tout comme notre verte héroïne binationale (n’en déplaise à M. Guéant), le programme trahit un fort penchant pour les cultures qui se côtoient en pays de France. Cette année, elles sont représentées par les Violons Barbares (fusion de vielle mongole Morin Khur et bulgare Gadulka), Christine Salem (chantant en créole réunionnais), Houria Aïchi (qui perpétue la tradition berbère de ses Aurès natales), Deba (interprétant en arabe des chants soufis de Mayotte, le tout récent département français)…

Au programme, également des stars africaines : Oumou Sangaré, Mahotella Queens ; des Balkans : Esma Rezepova, Divna ; de Chine : Liu Fang ; d’Angleterre : Julie Fowlis ; du Portugal : Ana Moura, etc. Et, bien évidemment, de belles artistes scandinaves à découvrir : Kirsten Bråten Berg, Trondheim Solistene, Gjermund & Einar Olav Larsen, Hazelius Hedin, etc. Vous l’aviez compris, le thème de cette année est : “Women’s World” (Monde de femmes). Ça vous tente ?
www.fordefestival.no



Etape n°2 : Enfer et damnation
METAL CAMP
(Slovénie, du 11 au 17 juillet)

JPEG - 7.5 ko

Cap au sud, dans les Alpes juliennes, pour une escapade horrifique dans une petite ville des montagnes slovènes où se tient l’un des must des festivals de metal : le Metal Camp. Ce festival, qui existe depuis 2004, outre sa programmation d’exception, permet aux headbangers venus de toute l’Europe de s’adonner à leur plaisir au milieu d’un paysage unique : ville avec de « vraies » ruines médiévales, cascades, grottes, etc. Sur près d’une semaine, la crème du métal défilera sur deux scènes.

Avec Accept, Airbourne, Brujeria, Bulldozer, Die Apokalyptischen Reiter, Katatonia, Kreator, Mastodon, Rising Dream, Slayer, Trollfest, Vanderbuyst, etc.
www.metalcamp.com



Etape n°3 : un ancêtre toujours au top
MOLDE JAZZ FESTIVAL
(Norvège, du 18 au 23 juillet)

JPEG - 15.2 ko

C’est l’un des plus anciens festivals européens puisqu’il a démarré en 1961, un an après Jazz à Juan ! Là où le soleil hésité à se coucher, sur la côte nord-ouest de la Norvège, au bord du Romadalsfjord. Le festival offre à l’amateur une semaine intense, mais pas du tout marathon. Les après-midi et les soirées sont richement occupées avec des concerts simultanés dans deux salles.

Cette année, « l’artiste en résidence » n’est autre que le contrebassiste Dave Holland. Ce choix est parfaitement symbolique d’une programmation ouverte, intelligente, moderniste, sans effets de mode. On la sent fonctionner avant tout aux coups de coeur : Angélique Kidjo, Dianne Reeves et Lizz Wright, le Scottish National Jazz Orchestra dirigé par Tommy Smith, Lee Konitz et Tomasz Stanko Sextet, John Mclaughlin, Jarle Bernhoft Band, Trombone Shorty & Orleans Avenue, les Française Céline Bonacina et Joëlle Léandre…et une pléiade de jeunes musiciens scandinaves à découvrir. Pas de doute, ce festival quinquagénaire ne s’encroûte toujours pas.
www.moldejazz.no

Entre juillettistes et aoûtiens…

Après ce mois de juillet trépidant, le festivalier aura besoin de recharger ses batteries. Il optera alors pour une retraite de quelques jours chez les moines trappistes (la bière y est bonne paraît-il, ce qui change de "l’eau aromatisée" de la plupart des festivals…), dans les fjords ou éprouvera le besoin de se rapprocher de sa famille, quelque peu délaissée, sacrifiée sur l’autel du plaisir des oreilles. Pour les « jusqu’auboutistes », ceux que rien n’arrête, un petit détour par la Belgique, avant d’entamer un mois d’août tout aussi rempli !



SFINKS MIXED FESTIVAL
(Belgique, du 29 au 31 juillet)

JPEG - 66.7 ko

La réputation du Sfinks n’est plus à faire. Il s’agit simplement d’un des meilleurs festivals européens où découvrir les musiques du monde et partager son plaisir. Peu étonnant que ce soit lui qui coordonne le réseau européen des festivals de musiques du monde, European Forum of Worldwide Music Festivals (EFWMF).

Né en 1975, il accueille aujourd’hui jeunes et moins jeunes, enfants et familles, public lambda en quête de plaisir estival, comme amateurs pointus de cultures exotiques. On y salue une organisation parfaite s’appuyant sur un réseau de 1500 bénévoles fortement impliqués et qualifiés, une ambiance ouverte et accueillante. Comme il se définit lui-même le Sfinks est : « un festival à mesure humaine sous le signe de la tolérance. »

Sur pas moins de six scènes, le festival programme une bonne quarantaine de spectacles. Les têtes d’affiche en 2011 ont pour noms AfroCubism, Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, Alpha Blondy, Ruben Blades, Faiz Ali Faiz, Bomba Estero, Hindi Zahra… Une grande place est faite à des spectacles exceptionnels, comme Les Étoiles du Ballet Royal du Cambodge, et aux artistes dont les talents méritent d’être mieux connus, comme la Tunisienne Ghalia Benali, le Kazakh Mamer vivant en Chine et inventeur du “chinagrass” ou Lëk Sèn, ex-rappeur sénégalais tourné à l’afro-folk-reggae. Et pour donner des frissons aux world-mélomanes les plus exigeants, le Sfinks fait venir un groupe de femmes de Yakoutie, Ayarkhaan, ainsi que Sooeun Kwak, virtuose de la cithare coréenne gayageum.
www.sfinks.be

En août, reprends la route…

Pour celles et ceux qui ont survécu à la frénésie festivalière du mois de juillet, le mois d’août propose également de nombreuses possibilités d’escapade musicale aux quatre coins de l’Europe. Jazz, tarentelle, rock, fanfares, il y en a pour tous les goûts ! Il est temps de reprendre la route…

Pour ce mois augustien, deux parcours s’offrent à vous. Mais pour celles et ceux qui n’auraient pas encore tenté l’expérience de "l’énorme festival rempli de monde sur une semaine mais dans une ambiance à l’arrache", un passage par le Sziget s’impose. Souvent considéré comme le "Woodstock européen" (certes, en version payante…), tout routard festivalier doit avoir à son tableau de chasse une semaine sur l’île d’Obuda. Et accessoirement en profiter pour déguster les célèbres pâtisseries hongroises…



SZIGET FESTIVAL
(Hongrie, du 8 au 15 août 2011)

JPEG - 11.9 ko

L’instinct grégaire reprenant le dessus, et alléché à l’idée du « French camping », le choix du Sziget Festival s’impose de lui-même. L’un des plus gros festival de musique en Europe offre plus de 500 concerts sur 8 jours. Avec plus de 400 000 visiteurs, une programmation hétéroclite mais de qualité, le « Woodstock hongrois » est devenu un événement majeur dans le paysage des festivals européens. Situé sur une ile au milieu du Danube, c’est aussi un excellent point de départ pour visiter la ville de Budapest, selon votre état de forme néanmoins.

Avec : Pulp, Interpol, Chemical Brothers, Motorhead, Rise against The Machine, Skunk Anansie, Helloween, Kaiser Chiefs, Judas Priest, etc.
www.sziget.hu


PARCOURS 1

PNG - 100 octets
Europe



Etape n°1 : Invitation à la flânerie
TIME IN JAZZ
(Sardaigne, du 9 au 16 août)

PNG - 46.3 ko

C’est un festival imaginé et signé par le trompettiste sarde Paolo Fresu dans sa ville natale de Berchidda. C’est bien pour cela qu’il a une âme et une identité très singulières : l’urgence sous les atours de la flânerie estivale. Cette manifestation est magique et unique par la transversalité des formes artistiques (du jazz aux musiques traditionnelles), par la convivialité des lieux, par la fraîcheur et l’audace des rencontres improvisées, par l’insolite des modes d’écoutes (des happenings, des églises, des piazzas sublimes à ciel étoilé, des cours intérieurs, le musée du vin de Berchidda, des trajets en tortillard de montagne dans les villages de la province de Sassari, etc.).

Time in Jazz est chaque année une invitation au voyage aux marges du jazz. Sous le thème de « Terra », l’édition 2011 sera, comme à son habitude, riche de surprises et de temps forts.Avec Ahmad Jamal, Rokia Troaré, Ballaké Sissoko & Vincent Segal, Joao Donato, Pierre Favre, Chano Dominguez, Cristiano De André, les Tambours de Brazza, Bojan Z, etc.
www.timeinjazz.it



Etape n°2 : sous le signe de la tarentelle
LA NOTTE DE LA TARANTA
(Italie, du 13 au 26 août)

JPEG - 10.2 ko

L’ambiance des fêtes populaires du Salento, à l’extrême Sud-Est de l’Italie, n’a rien à envier à la folie des fanfares de Guca. Ici, ce ne sont plus les instruments à vent qui vous propulsent dans un état second à force de rivaliser d’audace et de puissance, mais l’incessant bruissement des tambourins à cymbalettes, qui marquent le tempo obsédant de la tarentelle. L’itinérance du festival italien ajoute à son attractivité.

Ses multiples événements se déroulent en effet dans 13 villes et villages répartis à travers cette région splendide connue sous le nom de “Grèce salentine”. Par les journées de grand beau temps, on regardera, du haut de ses falaises, se découper sur l’horizon de la mer bleu azur la côte d’Albanie. On se laissera emporter par les charmes de la ville de Lecce, regorgeant de beautés d’architecture baroque. On se promènera entre campagne et bord de mer, à la découverte de paysages sublimes, profitant des heures chaudes pour prendre un peu de repos dans la fraicheur de l’ombre, avant de se mêler, le soir venu, au frisson de la pizzica.

Danse vive, la pizzica tire ses origines du rite de guérison de la piqure provoquée par la tarentule. Selon la tradition populaire, la personne tombée en transe ne pouvait recouvrer ses sens que grâce à cette musique. Aujourd’hui, le “tarantisme” a quasiment disparu, mais la danse est demeurée un patrimoine de la culture du Salento. Si le festival aime à mettre en avant les musiciens locaux, il a aussi acquis la réputation de plus important festival de musiques traditionnelles et du monde au Sud de l’Italie. Chaque année, il attire près de 150 000 spectateurs et les noms de Buena Vista Social Club, Lucio Dalla, Carlos Nuñez, Giovanna Marini, Rokia Traoré, Richard Galliano, Lucilla Galeazzi, Sud Sound System ou Angélique Kidjo ont fait les délices de sa programmation.
www.lanottedellataranta.it



Etape n°3 : british institution
READING FESTIVAL
(Angleterre, du 26 au 28 août)

JPEG - 7.4 ko

Il nous fallait, pour finir ce tour d’horizon faire une place, noblesse oblige, à l’un des plus célèbres festivals britanniques : celui de Reading. Sur 3 jours ce festival et son frère jumeau de Leeds offre un condensé, sans égal depuis 1971, de l’actualité rock du moment. 3 scènes par jour permettront aux festivaliers d’explorer la richesse du rock d’aujourd’hui : les stars de l’indie pop (un contre-sens ?) côtoyant grâce une organisation sans faille la relève punk anglaise ou étasunienne.

Avec : My Chemical Romance, The Strokes, Muse, Elbow, Pulp, The Offspring, Jane’s Addiction, The Streets, etc.
www.readingfestival.com


PARCOURS 2

PNG - 309.7 ko



Etape n°1 : Août en fanfare(s)
GUCA FESTIVAL
(Serbie, du 8 au 14 août)

JPEG - 10.5 ko

Poussé par le goût des fanfares bien cuivrées, notre chemin s’oriente au Sud, vers la campagne serbe, à 150 km au Sud de Belgrade. Ici, comme l’indique la présentation du festival, « la trompette s’est imposée comme l’instrument le plus connu qui accompagne les coutumes, et qui chauffe l’âme des peuples. » À vrai dire, il n’y a pas que la trompette qui chauffe les âmes.

Le liquide transparent comme de l’eau de source que l’on vous tend en guise de bienvenue a tout du petit verre inoffensif. Il présente les caractéristiques idéales du produit artisanalement bio, élaboré avec amour dans la stricte tradition des bouilleurs, telle qu’ils se la transmettent de père en fils depuis des décennies. Toutefois, un conseil de prudence n’est peut-être pas superflu, d’autant que cette merveille de gnôle à forte saveur de quetsche portant le doux nom de slivovitz semble être le carburant d’une bonne partie des festivaliers à Guca.

Quoi qu’il en soit, il faut reconnaître la richesse du répertoire des fanfares et l’extraordinaire capacité des orchestres à se livrer à des concours de virtuosité, de vitesse et d’ambiance. Force est de constater que le commentaire de présentation ne ment pas : « Pendant les jours de festival de Guca c’est vraiment difficile de résister aux mélodies qui vous forcent de danser et qui vous remontent l’adrénaline. »

Vous voilà donc prévenu. Pour sa 45ème édition, le festival de Guca entend rassembler jusqu’à 500 000 spectateurs, pulvérisant tous les records établis auparavant. Pour le moment, impossible d’avoir une idée bien précise des artistes à y découvrir. Le tout est de savoir que l’on sera transporté dans l’ambiance délirante d’un film de Kusturica. Pour vous donner un avant goût, je vous invite à surfer sur cette page du site Ideoz, le voyage vu par les voyageurs.
www.guca.rs



Etape n°2 : Bom dia indie !
FESTIVAL DE PAREDES DE COURA
(Portugal, du 17 au 20 août 2011)

PNG - 15.7 ko

Après avoir gouté aux charmes du goulash, de la Dreher et de l’écoute en hamac, direction plein sud pour le Portugal où se tient l’excellent festival de Paredes de Coura, petite ville située au nord de Porto entre terre et mer. Dans un décor magnifique, épicentre du « Jardin du Portugal », le festival, à taille humaine, fait la part belle sur 4 jours à la fine fleur de la scène indie sans oublier quelques têtes d’affiche de bonne facture.

Avec : L’inévitable (cet été) Pulp, Kings of Convenience, Blonde Redhead, Deerhunter, Mogwaï, Jamaica, etc.
www.paredesdecoura.com



Etape n°3 : éclectisme helvétique
JAZZ FESTIVAL WILLISAU
(Suisse, du 24 au 28 août)

JPEG - 10.8 ko

Voilà près de quarante ans que Willisau se déroule à une période (fin de l’été) et avec un esprit qui se distinguent avec personnalité, autorité et originalité de la grosse machine juilletiste et montreusienne dominée par Claude Nobbs. Ici est mise en avant avec détermination l’ouverture aux divers courants actuels des musiques improvisées, sans exclusive ni élitisme.

Pour preuve, la programmation de l’édition 2011 est très éclectique, cosmopolite et incendiaire : Dave Douglas Keystone « Spark of Being », le trio Kris Davis, Ingrid Laubrock et Tyshawn Sorey, Christy Doran’s New Bag, Anemone Quintet avec Frédéric Blondy, John Butcher, Peter Evans, Clayton Thomas et Paul Lovens, Daniel Erdmann & Samuel Rohrer Quartet avec Vincent Courtois et Frank Möbus, Samuel Blaser Quartet avec Marc Ducret, Bänz Oester et Gerald Cleaver, Trio Ellery Eskelin, Christian Weber et Michael Griener. Conclusion : un détour helvétique très frais et free pour finir vos vacances sur une bonne note.
www.jazzwillisau.ch

Parcours musicaux proposés par :
Pascal Anquetil, François Bensignor et Frédéric Drewniak.
Dossier coordonné par Romain Bigay